En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© DR
Piou piou
Statut de l'auto-entrepreneur : Jean-Marc Ayrault répond aux "Poussins"
Publié le 31 mai 2013
Le mouvement des "Poussins" s'inspire de celui des "pigeons" de l'automne dernier.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le mouvement des "Poussins" s'inspire de celui des "pigeons" de l'automne dernier.

Après "les pigeons", c'est au tour des "poussins" de faire du bruit. Lancé il y a quelques jours sur le net par des auto-entrepreneurs qui ont décidé de s'inspirer du mouvement des "pigeons", les "poussins" entendent bien contrer la réforme du statut portée par la ministre de l'Artisanat Sylvia Pinel. Cette dernière souhaite en effet limiter dans le temps, deux années a priori, la possibilité pour les auto-entrepreneurs d'utiliser ce régime pour une activité principale. Pour rappel, la ministre a expliqué au mois de juin dernier que le régime d'auto-entrepreneur "conduit à créer dans certains secteurs, notamment le commerce et l'artisanat, une concurrence déloyale avec les professionnels qui sont soumis à des règles sociales et fiscales et des normes différentes".

Jean-Marc Ayrault cherche à calmer le jeu et a donc assuré ce vendredi que le régime des autoentrepreneurs ne serait pas limité dans le temps à l'exception de ceux du bâtiment. Le Premier ministre a ainsi déclaré  à quelques journalistes à Annonay dans l'Ardèche : "Les auto-entrepreneurs, c'est un statut [...] qui permet de créer très rapidement une entreprise, donc il faut le sécuriser : je rassure tous ceux qui s'inquiètent" précisant qu'"il y a un problème qui a été soulevé par les artisans du bâtiment, parce que là il y a en effet une concurrence qui peut s'avérer inacceptable pour les professionnels. Le bâtiment, cela demande énormément de compétences, de savoir-faire, de respect d'un certain nombre de règles: sécurité, environnement, réglementation. Donc ce qui est proposé, c'est que lorsqu'un auto-entrepreneur dans le bâtiment s'installe, au bout de deux ans, si son entreprise est viable, il rejoint le droit commun".

Mais la lutte ne s'arrête pas à cela. La ministre a en effet indiqué qu'elle aimerait également baisser le plafond de chiffre d'affaires pour les seules activités secondaires. Elle a ainsi expliqué aux Echos que "c'est encore à l’état de discussion, mais le plafond atteindrait 10 000 euros annuels pour les services et 27 000 euros pour les commerçants".

Une annonce qui est loin d'avoir provoqué la joie des auto-entrepreneurs. Le président de la fédération des auto-entrepreneurs, Grégoire Leclercq, a ainsi déclaré que l'annonce de Sylvia Pinel "est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Jusqu’à présent, le gouvernement a justifié la limitation dans le temps par le renforcement des mesures d’accompagnement. Avec l’abaissement du seuil du chiffre d’affaires, on a un double effet guillotine. Et techniquement, c’est une usine à gaz".

La ministre ne voit toutefois pas le mouvement des "poussins" prendre l'ampleur de celui des "pigeons" et défend donc son projet coûte que coûte. Son entourage indique ainsi que "le but est au contraire de détecter plus tôt les entreprises qui ont un potentiel de développement, et ainsi, lorsqu’elles basculent dans le régime principal, de mieux les accompagner vers la croissance".

Sylvia Pinel, qui souhaite "encourager l'esprit entrepreneurial" assure ainsi qu'"il faut lever cette forme d’auto-censure qui fait que les entreprises ne veulent pas développer leur chiffre d’affaires par crainte de perdre les avantages du régime".

Si la grogne des "poussins" n'atteint pas encore l'intensité, ni la médiatisation de celle des "pigeons" il y a quelques mois, elle pourrait toutefois rapidement monter en puissance. La pétition en ligne des "poussins", qui assurent que Bercy "tue les projets dans l’œuf", a déjà recueilli près de 10 000 signatures ainsi que la soutien de Jean-David Chamboredon, à l'origine des "pigeons", qui s'est dit "totalement solidaire du mouvement".

Vu sur : Lu sur Les Echos
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
05.
Quand les tabloïds britanniques s’inquiètent de voir Paris livrée aux bandes pendant la fête de la musique : fantasme de no-go zones ou début de réalité ?
06.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
07.
« L'homme-arbre » demande à être amputé
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
04.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
01.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
02.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
03.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
04.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
05.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
06.
Indignez-vous… en permanence ! Stéphane Hessel et Twitter ont-il étranglé la démocratie ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires