En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Reuters
Justice
Plainte contre Christian Estrosi : le parquet de Nice ouvre une enquête préliminaire
Publié le 14 février 2013
Le parquet de Nice a ouvert une enquête préliminaire contre X à la suite d’une plainte pour "détournement de biens publics" contre Christian Estrosi.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le parquet de Nice a ouvert une enquête préliminaire contre X à la suite d’une plainte pour "détournement de biens publics" contre Christian Estrosi.

Rien ne va plus pour Christian Estrosi. Le parquet de Nice a en effet ouvert une enquête préliminaire contre X suite à la plainte pour détournement de fonds publics contre le député-maire UMP Christian Estrosi, confirmant des informations de Mediapart.

C'est Jean-Noël Falcou, un militant écologiste membre de l'association Anticor qui lutte notamment contre la corruption et pour la transparence en politique, qui est à l'origine de la plainte déposée le 21 janvier dernier. Le militant écologiste reproche notamment à Christian Estrosi d'avoir effectué "un envoi massif" de tracts de promotion et d'appel à souscription à "l’Association des amis de Nicolas Sarkozy" dont le député est le secrétaire général, le tout aux frais de l'Assemblée nationale.

Dans un courrier de remerciement envoyé par le député des Alpes-Maritimes lors des élections législatives était en effet glissé un coupon promouvant "l’Association des amis de Nicolas Sarkozy"

Anticor explique ainsi qu'"un élu de la République ne peut utiliser l’argent des contribuables à des fins privées. Si l’Assemblée nationale ne joue pas pleinement son rôle de contrôle, c’est alors aux citoyens et aux associations de veiller à ce qu’il n’y ait pas d’abus".

L'entourage de Christian Estrosi s'est empressé de répondre qu'"il s’agit d’une erreur matérielle, faite à sa permanence parlementaire, qui a conduit à ce qu’un bulletin de soutien à l’action en faveur de Nicolas Sarkozy soit ajouté à un courrier relevant de l’activité parlementaire du député, qui constituait le seul motif de ces envois" assurant que "la majorité des bulletins de cette association a été adressée avec des enveloppes et des timbres facturés à la permanence parlementaire ".

Quant à Jean-Noël Falcou, il a affirmé suite à l'ouverture de l'enquête, cette "étape logique du processus judiciaire" que "[s'il] espère voir aboutir le plus rapidement possible [sa] plainte, étayée et fondée en droit, [il] ne souhaite pas commenter outre mesure le travail de la justice".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires