En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Issue fatale
Selon David Cameron, l'Angleterre pourrait sortir de l'Europe, faute de réformes
Publié le 18 janvier 2013
Le Premier ministre britannique prévoyait d'annoncer dans un discours que son pays pourrait "dériver" hors de l'UE si celle-ci n'engage pas de sérieuses réformes.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Premier ministre britannique prévoyait d'annoncer dans un discours que son pays pourrait "dériver" hors de l'UE si celle-ci n'engage pas de sérieuses réformes.

Son discours sur l'Europe a été repoussé à cause de la prise d'otages en Algérie. Le premier ministre britannique, David Cameron, avait l'intention d'avertir que le Royaume-Uni pourrait "glisser" vers la sortie de l'Union européenne si celle-ci ne se réforme pas.

Dans des extraits rendus publics par Downing Street, David Cameron décrit trois défis pour l'UE : la crise de la zone euro, le manque de compétitivité face à la concurrence de pays émergents, mais aussi un problème de nature politique : "il y a un fossé entre l'Union européenne et ses citoyens qui s'est creusé de façon spectaculaire ces dernières années".

Ce "manque de légitimité démocratique et d'adhésion est ressenti de façon particulièrement intense en Grande-Bretagne", assure le chef du gouvernement britannique, qui fait face à une poussée d'euroscepticisme dans son camp et dans le pays. "Si nous ne nous attaquons pas à ces défis, le danger est que l'Europe échoue et que les Britanniques dérivent vers la sortie", avertit le responsable conservateur.

"Je ne veux pas que cela se produise. Je veux que l'Union européenne soit un succès et je veux une relation entre la Grande-Bretagne et l'UE qui nous maintienne dedans", dit encore David Cameron, qui est, d'un autre côté, pressé par les milieux d'affaires britanniques, ses partenaires européens et les Etats-Unis de ne pas marginaliser son pays.

Les extraits n'évoquent pas l'annonce très attendue d'un référendum sur les nouveaux termes de la relation entre la Grande-Bretagne et l'UE, censés faire l'objet d'une négociation préalable.

"Il y a une frustration grandissante chez les gens, qui voient davantage l'UE comme quelque chose de subi que comme capable d'agir en leur nom, juge le premier ministre. Les gens sont de plus en plus mécontents de voir que des décisions prises de plus en plus loin d'eux ont pour effet de dégrader leur niveau de vie à travers une austérité imposée, ou de consacrer leurs impôts à des plans de sauvetage pour des pays situés à l'autre bout du continent."

Vu sur : Lu sur la BBC
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
05.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
06.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
07.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
01.
Cyndi Lauper charme l'aéroport de Buenos Aires
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Jean-Francois Morf
- 20/01/2013 - 17:46
Les Anglais inventent l'auto-prophétie PIIGS qui ruine l'EU...
...Puis les spéculateurs de la city encaissent le Téra Euro que la BCE leur donne pour sauver les PIIGS ruinés par les anglais...
...Et après, ils exigent de nous des réformes: Or on sait que les réformes sont toujours dans le sens de prendre aux plus pauvres pour donner aux multi-milliardaires...
Mais PARTEZ, partez, LES ANGLAIS: on a pas besoin de vos sévices financiers!
jlbaty
- 20/01/2013 - 15:32
les traiter comme des chiens et ils nous respectent
Pour etre respecté des anglais seuls les menaces et les rapports de force font foi ,après on trinque
Thierry.64
- 20/01/2013 - 07:32
J'aurais aimé
entendre ce discours émis par notre président. Je sais, je rêve mais quand même... quel espoir pour tout un peuple ! Imaginez un peu : Notre souveraineté, notre monnaie, nos frontières, nos marges de manœuvre dans nos décisions retrouvées, bref nous retrouverions notre pays, dilué dans cette entité depuis des décennies, notre pays qui se meurt doucement...

Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l'heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure

Paul verlaine.