En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
Coût du travail
76% des bénéfices des PME seraient perçus par les salariés
Publié le 29 novembre 2012
Ce sont les résultats d'une étude réalisée par ATH, une association technique de cabinets d'audit et de conseil.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce sont les résultats d'une étude réalisée par ATH, une association technique de cabinets d'audit et de conseil.

 Le cout du travail pèsent très lourdement sur les petites entreprises.

ATH, une association technique de cabinets d’audit et de conseil, publie la deuxième édition de son ouvrage sur le thème du partage de la valeur ajoutée et des bénéfices dans les PME. Selon une étude réalisée par l'association, lorsque l'entreprise est en bonne santé et dégage des bénéfices, les salariés perçoivent 76% de la valeur ajoutée et des bénéfices, du moins pour les entreprises de moins de 250 salariés, et ce à travers les salaires, les cotisations sociales, les primes, la participation et l’intéressement.

 

L’entreprise, de son côté ne garde que 7% de la valeur ajoutée et des bénéfices qu’elle dégage.

Les bénéfices se partagent comme suit : 10% pour l’Etat et les collectivités locales à travers les impôts et taxes liés à l’exploitation et l’impôt sur les sociétés, 7% pour l’entreprise, 7% pour les actionnaires avec la distribution de dividendes.

Ces chiffres expliquent la baisse chronique du taux d’autofinancement des entreprises, qui a sombré à un plancher historique (65,9% en 2012 contre 81,5% en 2010).  Ils expliquent aussi les difficultés à investir, embaucher et innover. "Cette prépondérance du facteur coût du travail dans la répartition de la valeur ajoutée et des bénéfices montre l’urgence d’agir significativement sur ce poste. L’arbitrage pris par le gouvernement, diminution des impôts plutôt que des charges sociales, répondra‐t‐il complètement aux objectifs de recherche de compétitivité? Faut‐il y associer des conditions? L’étalement dans le temps de la mesure ne dilue‐t‐il pas son effet?", remarquent les auteurs.


Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
La taxe carbone va prendre l’avion, très bonne idée, sauf que ceux qui vont payer ne sont pas ceux que l’on croit
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
La République des taxeurs fous se porte bien
06.
Faut-il se résoudre à une situation à l’israélienne alors que le Sahel tend à devenir un nouvel Afghanistan ?
07.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
06.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
01.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
02.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
03.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
06.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
guy bernard
- 30/11/2012 - 15:16
bientot reagan, tatcher, ou enfin un macroeconomiste
le partage de la VA que vous decrivez est celle de 1980 environ qui a ete le prealable a l'arrivee de Ronald Reagan et Margaret Tatcher.
c'est d'ailleurs le point de depart pris par la gauche française comme ideal economique alors que les entreprises etaient mortes.

nous avons aujourd'hui des macroeconomistes competents prets a faire le boulot.

cependant, pensez quand meme qu'une entreprise qui ne serait pas un defiscalisant a peu de chances de survie et que ces entreprises ont de fortes disparites.
il faut donc re-traiter, puis segmenter pour avoir des idees claires
Salaudepatron
- 30/11/2012 - 11:26
CA, VA, EBE, RC, RN... tous dans le même panier !
C'est vrai que le mélanger le Bénéfice avec la Valeur ajoutée est un peu tiré par les cheveux, surtout lorsqu'on laisse entendre que 7 % de la VA = 7 % du bénéfice !
Et il faudrait m'expliquer comment font les entreprises de moins de 250 salariés, pour ne payer que 10 % de leur bénéfice en impôt société ?
En ce qui me concerne, je ne peux échapper à une ponction de 33,33 %, pas comme les boites du CAC 40, qui ne payent que 8 % environ, en délocalisant leurs profits sur leurs filiales étrangères...
Dire qu'avec ma petite boite de 25 personnes, certaines années, j'ai payé plus d'impôt société que TOTAL !!!
Mais pour en revenir à la part du bénéfice qui profite aux salariés, ce qui est sûr, c'est que Flamby à augmenté le forfait social de 250 %, sur l'intéressement, la participation, etc...
Et après, c'est le même qui nous dit qu'il faut augmenter la part de résultat reversée aux salariés... Ca montre bien l'hypocrisie du bonhomme !
laurentso
- 29/11/2012 - 23:27
ouie ouie ouie
aie aie aie....
Additionner "salaires, primes, intéressement, participation..." pour arriver au résultat "coût du travail"... quelle hérésie !
De toute façon, mettez douze économistes autour d'une table et vous aurez douze résultats du partage de la Valeur Ajoutée...
Les uns vous disant que ce partage évolue en faveur des salariés, les autres en faveur du "capital" (sachant que "capital" est aussi sujet à controverses...)
Enfin, j'exagère, mettez douze économistes autour d'une table, et AUCUN ne vous dira que le travail représente 76% de la VA! Ce chiffre relève de la galéjade marseillaise...
Et aucun ne va expliquer "la baisse du taux d'autofinancement des entreprises" par cette accumulation improbable de rémunérations aux salariés ! Cela n'a strictement rien à voir! Il suffit d'ouvrir un dictionnaire d'économie pour les nuls pour le comprendre...