En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
ça vient d'être publié
pépites > France
Drame
Suicide des agriculteurs : un député LREM chargé de faire un état des lieux
il y a 5 heures 57 min
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 12 heures 17 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 12 heures 48 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 13 heures 14 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 13 heures 21 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 13 heures 22 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 13 heures 39 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 14 heures 6 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 1 jour 9 heures
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 11 heures 24 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 12 heures 34 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 12 heures 57 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 13 heures 21 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 13 heures 21 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 13 heures 23 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 13 heures 52 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 1 jour 5 heures
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 1 jour 7 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 1 jour 10 heures
Tensions

Croissance et déficit français: l'Allemagne s'inquiète

Publié le 12 novembre 2012
Selon nos voisins, le gouvernement français ne s'attaque pas de manière directe au rétablissement de l'économie
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon nos voisins, le gouvernement français ne s'attaque pas de manière directe au rétablissement de l'économie

Les allemands s'inquiètent pour la France. Selon l'agence reuters, le ministre des finances W. Schäuble aurait demandé aux experts allemands de plancher sur un rapport contenant des pistes de réformes pour la France. L'hebdomadaire allemand Die Zeit, à l'origine de l'information, expliquait que les "sages" devaient trouver des solutions pour aider la France à retrouver le chemin de la croissance et à réduire ses déficits. Coté allemand, l'information a été démentie. Selon Libération, l'Allemagne serait de plus en plus inquiète face à la dégradation de la situation économique française. Moscovici a tenu à dissiper tout malentendu. Selon lui, " les choses vont bien entre la France et l'Allemagne ".

Certes, la croissance française reste nulle mais la situation n'égalerait pas encore celle traversée par les pays d'Europe du Sud. La France bénéficie toujours de la bienveillance des marchés et des agences de notations, tout comme l'Allemagne et les Etats-Unis. Pourquoi les allemands s'inquiètent-ils ? Il y a probablement deux raisons à cela. La première est économique : la France est le premier partenaire commercial de l'Allemagne. Du coup, si la demande française stagne, les exportations allemandes baissent. Enfin, depuis l'élection de François Hollande, notre pays s'éloigne des standards allemands et notamment de la voie tracée par le chancelier Gerhard Schroder.

Lars Feld, l'un des membres du comité des sages allemands explique : "les inquiétudes s'accumulent en raison du manque d'action du gouvernement français sur la réforme du marché du travail (...) Le principal problème en ce moment, ce n'est plus la Grèce, l'Espagne ou la l'Italie, c'est devenu la France parce qu'elle n'a rien entrepris de nature à rétablir sa compétitivité, au contraire, elle va dans l'autre direction".

Ce n'est pas la première fois que ce constat cinglant surgit en Allemagne. En avril dernier, juste avant les élections présidentielles françaises, les économistes de la banque Berenberg écrivaient : les deux questions clé pour l'Europe restent les mêmes : "La France va-t-elle enfin se réformer?" et "La crise va-t-elle contaminer l'Espagne et l'Italie ?". "Grâce à une démographie plus favorable (un taux de fécondité de 2 contre 1,3 en Allemagne), la France pourrait dépasser aisément l'Allemagne à condition qu'elle réforme son marché du travail, sa fiscalité et son système éducatif ", assuraient-ils.
Les réformes de l'ancien chancelier allemand Gerhard Schröder, même si elles ont fini par payer, ont été extrêmement douloureuses. Le renouveau de l'économie allemande s'était traduit par une stagnation sans précédent des salaires et une remontée de la précarité. François Hollande ne prendra pas le risque de s'engager dans cette voie.

Les finances publiques sont aussi un motif de discorde entre les deux pays. Selon les prévisions d'automne de la Commission européenne, notre pays ne sera pas en mesure de tenir son objectif de réduction du déficit budgétaire à 3% du PIB en 2013. Bruxelles prévoit un dérapage à 3,5% l'année prochaine. Il faudra donc renégocier avec Bruxelles les objectifs français

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
walküre
- 12/11/2012 - 22:28
Doucement mais sûrement...
vers une faillite à la grecque. Nous demanderons alors des comptes à Moscovici, Hollande et consorts...
ZOEDUBATO
- 12/11/2012 - 21:50
C'est vrai car les travailleurs attendent toujours un plan
- d'économies structurelles du train de vie de l'Etat et du secteur Public
- un baisse immédiates et pérennes des coûts de production afin de sauver les emplois qui peuvent encore être sauver malgré la cruauté du chef de clan qui par vengeance personnelle a casser des dizaines de milliers d'emploi.
Espérons que le chef de clan finira par montrer un minimum de "care", d'humanité et de justice sociale
quesako
- 12/11/2012 - 20:58
Si ça pouvait ouvrir les yeux des français ?
Hélas non car les Montebourg - Hamadi - Emanuelli - Linneman - Mélanchon - Hamon, etc vont réveiller l'anti-germanisme, comme l'a déjà fait Montebourg et vont encore faire croire que le problème c'est l'Allemagne.
Et pour parfaire il y a les "Alice au pays des merveilles" !