En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

03.

Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions

04.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

05.

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

06.

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

07.

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
pépites > International
Espoir pour les familles
Explosions à Beyrouth : un compte Instagram aide les habitants de la ville à retrouver les personnes disparues
il y a 9 heures 44 min
pépite vidéo > Environnement
Filière menacée
Pesticides : une dérogation accordée par le gouvernement pour sauver la culture de la betterave
il y a 11 heures 17 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le singe prend un bain et quand Mademoiselle souffle vingt bougies : c’est l’actualité aoûtienne des montres
il y a 12 heures 32 min
light > Culture
Disparition
Mort du philosophe Bernard Stiegler à l’âge de 68 ans
il y a 15 heures 9 min
pépite vidéo > Santé
Recommandations
Canicule et coronavirus : les bons gestes à adopter
il y a 16 heures 13 min
décryptage > France
Fines lames

La France orange mécanique (complément d’information) : merci de ne pas oublier les couteaux

il y a 19 heures 1 min
décryptage > Consommation
Origines des produits

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

il y a 19 heures 45 min
décryptage > Loisirs
"Voyage, voyage"

Ces pays où continuent à partir les Français malgré le Coronavirus

il y a 20 heures 29 min
décryptage > Economie
Relance européenne

L’Euro fort, bonne ou (très) mauvaise nouvelle pour la reprise ? Le match des arguments

il y a 21 heures 21 min
pépite vidéo > Politique
Solidarité avec le peuple libanais
Liban : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Emmanuel Macron à Beyrouth
il y a 1 jour 8 heures
pépites > International
Liban
Explosions à Beyrouth : le président libanais Michel Aoun rejette l’organisation d’une enquête internationale
il y a 10 heures 23 min
Liban
Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions
il y a 12 heures 35 sec
pépites > France
Enquête
Incendie à Anglet : un mineur de 16 ans mis en examen pour "destruction volontaire"
il y a 14 heures 26 min
pépites > Santé
0.800.06.66.66
Canicule et vague de chaleur : le ministre de la Santé, Olivier Véran, annonce la création d’un numéro vert
il y a 15 heures 49 min
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 18 heures 40 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : Cognac Tonic, mieux que le Gin, optez pour un cocktail d’été "trendy"

il y a 19 heures 18 min
décryptage > High-tech
Mort de la concurrence ?

Pourquoi nous surfons de moins en moins en dehors de Google

il y a 20 heures 11 min
décryptage > International
"Le Liban n'est pas seul"

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

il y a 20 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint, l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 1 jour 8 heures
pépites > International
Voix de la France
Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique
il y a 1 jour 8 heures
© Reuters
© Reuters
Imbroglio diplomatique

Affaire Assange : l'Equateur et la Grande-Bretagne campent sur leurs positions

Publié le 17 août 2012
Le gouvernement britannique refuse de laisser partir le fondateur de Wikileaks en Equateur, pays qui lui a accordé l'asile politique. Pour le moment, Julian Assange est donc coincé à l'ambassade.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement britannique refuse de laisser partir le fondateur de Wikileaks en Equateur, pays qui lui a accordé l'asile politique. Pour le moment, Julian Assange est donc coincé à l'ambassade.

La journée de jeudi a été chargée pour Julian Assange.

Le ministre équatorien des Affaires étrangères Ricardo Patino a en effet annoncé que l’Équateur accordait l'asile politique à Julian Assange.

Peu de temps avant, la Grande-Bretagne a expliqué qu'elle n'autoriserait de toute façon pas le fondateur de WikiLeaks à quitter l'ambassade d’Équateur, déclarant "accorder l'asile [en Equateur au fondateur de Wikileaks] ne changera fondamentalement rien", ajoutant qu'ils ont l'obligation de l'extrader vers la Suède.

Le ministre équatorien des Affaires étrangères avait par ailleurs déclaré qu'ils avaient reçu mercredi "du Royaume-Uni la menace expresse et par écrit qu'un assaut pourrait être lancé contre l'ambassade à Londres si l’Équateur ne lui remet pas Julian Assange".

Le fondateur de Wikileaks, qui est accusé de viol et d'agression sexuelle par la justice suédoise, garde la tête froide. Après que l’Équateur lui a offert l'asile politique, il a déclaré : "C'est une victoire importante pour moi et mes gens. Les choses vont probablement devenir plus stressantes maintenant."  Il a appris la nouvelle devant la télévision au sein de l'ambassade équatorienne à Londres, où les autorités britanniques comptent toujours l'arrêter. Il devrait s'exprimer dimanche devant l'ambassade de l'Equateur au Royaume-Uni à 14h GMT, soit 15h en France. 

Il a par ailleurs exprimé sa gratitude envers le peuple équatorien, le Président Rafael Correa et son gouvernement dans une déclaration faite à l'ambassade. 

"Ce n'est ni le Royaume-Uni, ni mon pays d'origine, l'Australie qui s'est mobilisé pour me protéger des poursuites dont je fais l'objet, mais une courageuse nation indépendante d'Amérique Latine. Si ce jour est une victoire historique, nos combats ne font que commencer", a-t-il prévenu.

Il a également attiré l'attention sur le sort de Bradley Manning, ce soldat américain soupçonné d'avoir divulguer des informations classées secret défense à Wikileaks. "Bradley Manning est détenu depuis plus de 800 jours sans même avoir fait l'objet d'un procès"; a t-il rappelé lors de son allocution. 

Mais la vraie question reste : Comment Julian Assange pourrait-il quitter Londres ? D'un côté, L'Equateur vient de lui offrir l'asile politique et de l'autre, le Royaume-Uni vient de réaffirmer qu'il ne l'autoriserait pas à quitter l'ambassade de l'Equateur.

Pour nombre de juristes, Assange n’aurait d’autre choix que de rester au sein de l’ambassade d’Equateur. Cette situation pourrait alors durer des mois, voire des années.

Le Royaume-Uni pourrait décider d’utiliser une loi de 1987 permettant d’entrer dans l’ambassade d’Equateur et d’arrêter Julian Assange. Nénamoins, la plupart des experts jugent cette situation peu probable et dangeureuse. L’inviolabilité des ambassades étant un principe fondamental de la loi internationale. 

L'AFP vient d'indiquer que la Suède a convoqué l'ambassadeur équatorien à Stockholm. Les relations diplomatiques entre l'Equateur et la Suède et le Royaume-Uni pourraient se tendre. 

Le ministre des Affaires étrangères de la Suède, Carl Bildt, a d’ailleurs déclaré sur son compte Twitter : "notre système jurisdique et constituionnel garantie les droits de chacun de nous. Nous rejettons fermement toutes accustions du contraire", juste avant de twitter, non sans cynisme, un rapport faisant état de la détérioration de la liberté de la presse dans ce pays d'Amérique Latine. Son commentaire : “Tiens on parle de l’Equateur dans l’actualité aujourd’hui."

Il semblerait que la question Wikileaks ait déjà  quelque peu tendu les relations diplomatiques entre le Royaume-Uni et l’Equateur. La précédente ambassadrice équatorienne aurait du être remplacé ce mois-ci par le nouvel ambassadeur Patrick Mullee, dont l’arrivée a été retardée.

La Décision de l’Equateur d’accorder l’asile politique peut paraître irrationnelle étant donnés les coûts diplomatiques d’une telle opération. Et si le réel objectif du pays ne serait en fait précisément l’impasse diplomatique ? C’est la question que soulève un article du site d'informations The Atlantic. Le président Correa aurait en effet l'habitude d'entretenir des relations extérieures houleuses afin de cimenter sa crédibilité à l'intérieur de son pays. 

Le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, a déclaré lors d'une conférence de presse que "Le Royaume-Uni ne reconnaît pas le principe d'un asile diplomatique". Le gouvernement britannique refuse en effet que que Julian Assange quitte Londres pour se rendre en Equateur. "Nous ne permettrons pas à M. Assange de quitter le Royaume-Uni et il n'y a aucune base juridique selon nous pour agir ainsi ", a précisé William Hague. 

Voici l'annonce faite par le ministre des Affaires étrangères équatorien, en version originale sous-titrée :

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ercole
- 17/08/2012 - 12:48
@ le gone
Merci, ça me fait chaud au coeur...
Kakou
- 17/08/2012 - 10:30
Mon ticket..!
que ce type va avoir un "accident" sous peu ...un truc du genre "..... il a loupé une marche ..!"..par contre les Rosbifs et les occidentaux voudraient donner la leçon d'humanisme ...a Monsieur Poutine pour les 3 grues qui ont chier dans une église orthodoxe...
Satan
- 17/08/2012 - 02:25
Effectivement La France aurait du proposer de l'accueillir...
Mais maintenant qu'on s'est vendu aux soviétiques de l'OTAN et qu'on fait le travail en sous mains des Américains le pauvre gars ce serait vite retrouver sur une chaise électrique!
Elle est loin la France indépendante du temps du Général de Gaule.