En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
Riposte
Angela Merkel coule l'Europe : The Economist persiste et signe !
Publié le 19 juin 2012
Le journal allemand Handelsblatt avait tourné en dérision la couverture de l'hebdomadaire britannique début juin.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le journal allemand Handelsblatt avait tourné en dérision la couverture de l'hebdomadaire britannique début juin.

La Une originale de The Economist début juin montrait un tanker en train de couler, représentant l'économie mondiale. Une voix s'élevait alors du pétrolier en perdition pour demander à Angela Merkel de "remettre les gaz".

Une image de la gestion de la crise par l'Allemagne jugée visiblement peu flatteuse par le journal allemand Handelsblatt, qui a détourné la couverture originale en affichant un tanker lesté par le poids de plusieurs fardeaux à l'effigie de la Grèce, des Etats-Unis, de la France, de l'Espagne et du Portugal, autrement dit les dettes publiques. Sur un canot de sauvetage à la surface de l'eau, Angela Merkel décrète alors que ses amis européens sont "trop gros pour nager".

Mais The Economist n'était visiblement pas décidé à en rester là : le mensuel vient de publier une riposte en bonne et due forme sur son site internet. L'hebdomadaire juge assez incongru que l'Allemagne, dépendant des exportations, se tienne à l'écart de l'économie mondiale. Et souligne au passage que la dette publique allemande est plus importante que celle de l'Espagne. Enfin, la présence des Etats-Unis dans les pays tirant le tanker vers le fond ne paraît pas pertinent à The Economist qui précise que la croissance des Etats-Unis a augmenté plus rapidement que celle de l'Allemagne dans l'année jusqu'au premier trimestre 2012.

Pour l'hebdomadaire, le problème réside surtout dans le fait que les Allemands ont tendance à considérer, quels que soient les problèmes de l'économie allemande, que ce n'est pas leur faute. Une perception qui n'est pas sans lien avec le sens que The Economist a souhaité donner à sa couverture : le gouvernement allemand, plus que tout autre, a la capacité de piloter l'économie de la zone euro, et par extension l'économie mondiale, en la préservant d'une catastrophe économique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
06.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
07.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Tremendo
- 19/06/2012 - 17:35
Si l'Allemagne a des dettes
Si l'Allemagne a des dettes cachées elle a donc encroe moins de raisons de s'endetter pour sauver le monde entier.
Ce sont les castes politiques et leurs affidés des banques centrales qui ont coulé l'économie en s'endettant et en surdimensionnant leurs Etats. L'Allemagne elle a décidé de suivre un autre chemin, celui de l'austérité et de la réforme, c'est donc elle qui tire l'économie européenne.
Le contribuable allemand n'a pas à payer pour la caste politique irresponsable des autres pays. Il faut que Merkel tienne bon et ne se laisse pas impressionner par le jeu des Obama, Hollande et autres Rajoy qui sont bien incapables d'économiser de l'argent et de se réformer. Evidemment cela nécessite d'affronter les syndicats et les gens de la rue, on préfère donc s'en prendre aux marchés et -dernière mode- à l'Allemagne qui a déjà beaucoup dépensé et emprunté pour sauver la Grèce, l'Irlande et le Portugal.
Ce que les parasites peuvent être ingrats.
Equilibre
- 19/06/2012 - 14:02
Ils sont nuls à The Economist
Après "le plan de sauvetage" de l'Espagne et la recapitalisation bancaire au frais de cette même Espagne, celle-ci va avoir droit à un déficit de l'ordre de 80 - 90 %.
Si ils ont compté en valeur absolue, ils sont encore plus nuls.
Par contre, il parait que l'Allemagne a plein de dettes cachées à droite et à gauche.