En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

05.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

07.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 3 heures 3 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 5 heures 27 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 6 heures 41 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 8 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 9 heures 18 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 10 heures 17 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 11 heures 1 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 11 heures 32 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 11 heures 56 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 12 heures 31 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 5 heures 5 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 5 heures 52 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 7 heures 53 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 8 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 9 heures 33 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 10 heures 56 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 11 heures 17 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 11 heures 49 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 12 heures 2 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 12 heures 31 min
© GONZALO FUENTES / POOL / AFP
© GONZALO FUENTES / POOL / AFP
Gestion chaotique du stock de masques ?

L’Etat aurait détruit des centaines de millions de masques périmés en plein cœur de la pandémie de coronavirus

Publié le 07 mai 2020
A la fin 2019, le gouvernement aurait découvert des stocks de plusieurs millions de masques. Certains, dont la date de péremption était dépassée, ne pouvaient être utilisés. Les journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme ont enquêté sur la manière dont la France a continué de détruire son stock de masques périmés après le début de l’épidémie.
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A la fin 2019, le gouvernement aurait découvert des stocks de plusieurs millions de masques. Certains, dont la date de péremption était dépassée, ne pouvaient être utilisés. Les journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme ont enquêté sur la manière dont la France a continué de détruire son stock de masques périmés après le début de l’épidémie.

Alors que les ultimes détails viennent d’être dévoilés sur le plan de déconfinement et que le gouvernement vient de rassurer les Français et les citoyens sur le stock de masques, la rédaction du Monde a dévoilé une enquete des journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme. Dans leur article, « 2017-2020 : comment la France a continué à détruire son stock de masques après le début de l’épidémie », ils reviennent sur la polémique des masques. 

L’Etat a été accusé, face à la pandémie de Covid-19, de ne pas avoir été en mesure d’anticiper le stock des masques afin de pouvoir être en mesure d'en fournir au personnel soignant et aux Français dès les débuts de la crise. 

Dans cette enquête publiée jeudi, le journal Le Monde évoque une gestion « chaotique » des stocks, assurant que « des millions » de ces masques de protection, « issus des réserves étatiques, dont une part non négligeable était sans doute utilisable, sont consciencieusement brûlés ».

Selon les révélations des journalistes Fabrice Lhomme et Gérard Davet, la directrice de Santé publique France (SPF), Geneviève Chêne, a confié qu’« une partie» des 616 millions de masques chirurgicaux acquis en 2005-2006 par le gouvernement a été « détruite entre 2017 et 2019 ». 

François Bourdillon, ancien patron de SPF, s’est également confié sur cette stratégie : 

« Le fait que les masques chirurgicaux soient destinés à la population, et que le ministère de la santé n'était pas convaincu de leur utilité pour le grand public – on l'a vu en 2020 –, je pense que ça a dû jouer dans la prise de décision de ne pas reconstituer les stocks ».  

Edouard Philippe a été interrogé lors de la conférence de presse au sujet de cette enquête du Monde. Selon le Premier ministre, « un certain nombre de masques commandés il y a fort longtemps étaient stockés depuis très longtemps, et avaient vu leur date de péremption dépassée, parfois depuis très longtemps ».

Le Premier ministre a affirmé que les équipes du ministère de la Santé ont d'abord trouvé un stock de 75 millions de masques, arrivés à péremption en décembre 2019. 

« Quand vous les trouvez au printemps ou à l'hiver 2020 et qu'ils sont arrivés à péremption en 2019, vous pouvez vous dire qu'il est peut-être absurde de les détruire - ce qui normalement devrait être le cas - au lieu de les garder, de vérifier quand on peut les utiliser. Et si c'est le cas, de les utiliser. C'est ce que nous avons fait. Nous avons ainsi récupéré 75 millions de masques chirurgicaux utilisables ».

L'Etat aurait également, toujours selon Édouard Philippe, fait la découverte de 360 millions de masques supplémentaires, dont la date de péremption était « antérieure ». 

« Ils étaient périmés depuis beaucoup plus longtemps. On a regardé dans ce qui était périmé ce qui pouvait être utilisé. Il n'y en avait pas beaucoup qui pouvaient être utilisés. Ils étaient déjà très anciens et étaient devenus inutilisables ».

Selon l’enquête de Gérard Davet et Fabrice Lhomme, « en pleine crise du Covid-19, alors que la France est confinée, les conseillers du premier ministre, Edouard Philippe, découvrent, consternés, que depuis plusieurs semaines, des millions de masques issus des réserves étatiques, dont une part non négligeable était sans doute utilisable, sont consciencieusement brûlés… Ces fameux masques dont la population a tant besoin, et dont les stocks ont fondu dans des proportions phénoménales au fil des ans depuis 2009. Matignon fait aussitôt stopper le processus de destruction, mais l’épisode offre un saisissant raccourci de ce « désarmement sanitaire » dont le pays paie lourdement le prix aujourd’hui, et dans lequel le pouvoir actuel, notre enquête l’atteste, porte une lourde part de responsabilité. […] Au départ de Marisol Touraine du ministère –, les réserves étatiques abritent très précisément 714 millions de masques chirurgicaux. Parmi ceux-ci, 616 millions datant pour l’essentiel de 2005 et 2006, mais sans date de péremption, les 98 millions restants ayant été acquis entre 2014 et 2016. Or, en mars 2020, il n’en restera plus que 117 millions. En moins de trois ans, les stocks ont été divisés par six !  […] Selon l’ex-patron de SPF, la pénurie serait surtout la conséquence de la doctrine élaborée en 2011 et entérinée en 2013 confiant à l’Etat la gestion des masques chirurgicaux, destinés au citoyen lambda, et aux employeurs celle des FFP2, plus filtrants, réservés aux professionnels de santé. […] L’exécutif aurait triplement fauté : en détruisant des masques encore bons à l’emploi et, dans tous les cas, en omettant de renouveler mais aussi d’augmenter les stocks […]  Que ressort-il, au final, de cette plongée aux origines d’un fiasco historique, à l’heure où les principaux protagonistes du désarmement sanitaire se renvoient la patate chaude ? Le sentiment d’une faillite de l’Etat. Un vrai gâchis surtout, symbolisé par cette dilapidation des stocks de masques aux conséquences dramatiques ».

Pour retrouver l’enquête de Gérard Davet et Fabrice Lhomme, cliquez ICI 

Découvrez la réponse d’Edouard Philippe, lors de la conférence de presse, sur ce sujet sensible du stock de masques périmés détruits - révélé par l'enquête des journalistes du Monde : 

Vu sur : Le Monde
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Onc Donald
- 08/05/2020 - 20:20
masques
Deux choses : les journalistes mentent, ou bien le gouvernement a utilisé le mensonge pour justifier leur incapacité dans la gestion du stock de masques !
Je doute que les journalistes aient pu mentir car le risque est trop important pour eux ! Par contre connaissant la propension des gouvernants à mentir pour se protéger et pour gouverner un pays je pencherais plutôt pour le mensonge de ces derniers !
Dans ce cas il faudra que la vérité éclate au grand jour et que soient sanctionnés les fautifs .
J'accuse
- 08/05/2020 - 16:21
"Aurait" (?) détruit...
Le conditionnel est le mode du doute, de l'hypothèse, de la rumeur. Le journalisme est un métier d'informations, pas de propagation de rumeurs.
Ce mode est donc (théoriquement) interdit en journalisme: une information au conditionnel n'en est pas une.
Il faudrait ne pas lire tous les articles dont le titre est au conditionnel. Mais en fait, si !
Il faut les lire parce que le conditionnel est employé même quand les faits sont avérés (le cas ici). Les journalistes ne vérifiant jamais les infos qu'ils reçoivent (pourquoi se fatiguer quand il suffit de relayer ?), ils utilisent ce mode presque tout le temps, par précaution, pour ne pas être accusés d'avoir menti. Ils sont ainsi capables de dire: "nous savons avec certitude que l’État aurait détruit des masques..."
spiritucorsu
- 08/05/2020 - 14:51
Irréprochables ,mais certainement pas coupables!
Depuis le début de la crise sanitaire,le roitelet et son 1er sinistre n'ont eu de cesse d'essayer de nous faire croire ,avec l'aide des merdias serviles qu'ils étaient irréprochables dans la gestion de l'épidémie devenue un désastre sanitaire,éthique,économique et social,la gestion calamiteuse des masques de protection n'est que la partie émergée de l'iceberg colossal de leur incurie et de leur impéritie en la matière.Toujours aussi arrogants,méprisants et dominateurs,ils préfèrent se tresser des lauriers pour mieux masquer ,l'étendue de leurs propres errances.Car en macronie,c'est bien connu, le prince est infaillible,aucune défaillance où erreur ne peut lui être imputéés,ce serait d'ailleurs là un crime de lèse majesté.Ce sont les Français inciviques et indisciplinés les vrais coupables tout désignés qui seront invités une fois de plus à payer la note le moment venu.