En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

02.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

03.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

04.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

05.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

06.

Le RN servi par des critiques paresseux

07.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > International
Vers une nouvelle guerre froide ?
Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé
il y a 11 heures 7 min
pépite vidéo > Insolite
Visage humain
Covid-19 : une entreprise indienne propose des masques avec la photo du visage des clients
il y a 12 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Moura, la mémoire incendiée" d'Alexandra Lapierre : épique, palpitant, et romanesque en diable

il y a 14 heures 59 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les couleurs éclatent et quand les sportives rayonnent : c’est l’actualité des montres en mode prairial
il y a 16 heures 5 min
pépites > Justice
Secret des sources
Affaire Geneviève Legay : suspension à Nice d'un policier soupçonné d'avoir renseigné Mediapart
il y a 17 heures 16 min
pépites > Economie
Inquiétudes pour l'emploi
Renault a l’intention de supprimer 15.000 emplois dans le monde, dont 4.600 en France
il y a 18 heures 6 min
décryptage > International
Mirage ?

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

il y a 20 heures 15 min
décryptage > France
Atout pendant le confinement

Risques du télétravail : les techniques des négociateurs antiterroristes au secours des chefs d’entreprise sur la sellette

il y a 20 heures 48 min
décryptage > Santé
Méthode efficace

Radioscopie des armes rhétoriques des discours anti-establishment à la Raoult

il y a 21 heures 34 min
décryptage > Science
Crew Dragon

Premier vol de SpaceX: le lancement qui risque de révolutionner le voyage spatial

il y a 22 heures 2 min
pépite vidéo > Media
Scène surréaliste
Emeutes à Minneapolis : des journalistes de CNN ont été arrêtés en plein direct
il y a 11 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le vieil homme qui vendait du thé. Excentricité et retrait du monde dans le Japon du XVIIIe siècle" de François Lachaud : le confinement volontaire d’un sage japonais, plein de surprises et de poésie

il y a 14 heures 39 min
pépites > Politique
Lyon
Elections municipales : LREM retire son investiture à Gérard Collomb
il y a 15 heures 32 min
Embellie pour le commerce
Les Galeries Lafayette à Paris vont pouvoir rouvrir dès ce samedi 30 mai
il y a 16 heures 33 min
pépites > International
Tensions maximales
Mort de George Floyd : nouvelle nuit d’émeutes à Minneapolis, un commissariat a été incendié
il y a 17 heures 43 min
pépite vidéo > Consommation
Grands magasins
Les images de la réouverture du Printemps Haussmann à Paris
il y a 19 heures 5 min
décryptage > Politique
État gadget

Inciter à faire du vélo plutôt que d’empêcher qu’on les vole : SOS fonctions régaliennes disparues

il y a 20 heures 32 min
décryptage > Media
Internet Protocol Television

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

il y a 21 heures 14 min
décryptage > France
Roman national ?

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

il y a 21 heures 51 min
décryptage > France
Table des négociations

Démocratie sociale: monde d’après ou pas, le gouvernement conserve les mêmes travers

il y a 22 heures 28 min
© GONZALO FUENTES / POOL / AFP
© GONZALO FUENTES / POOL / AFP
Gestion chaotique du stock de masques ?

L’Etat aurait détruit des centaines de millions de masques périmés en plein cœur de la pandémie de coronavirus

Publié le 07 mai 2020
A la fin 2019, le gouvernement aurait découvert des stocks de plusieurs millions de masques. Certains, dont la date de péremption était dépassée, ne pouvaient être utilisés. Les journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme ont enquêté sur la manière dont la France a continué de détruire son stock de masques périmés après le début de l’épidémie.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A la fin 2019, le gouvernement aurait découvert des stocks de plusieurs millions de masques. Certains, dont la date de péremption était dépassée, ne pouvaient être utilisés. Les journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme ont enquêté sur la manière dont la France a continué de détruire son stock de masques périmés après le début de l’épidémie.

Alors que les ultimes détails viennent d’être dévoilés sur le plan de déconfinement et que le gouvernement vient de rassurer les Français et les citoyens sur le stock de masques, la rédaction du Monde a dévoilé une enquete des journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme. Dans leur article, « 2017-2020 : comment la France a continué à détruire son stock de masques après le début de l’épidémie », ils reviennent sur la polémique des masques. 

L’Etat a été accusé, face à la pandémie de Covid-19, de ne pas avoir été en mesure d’anticiper le stock des masques afin de pouvoir être en mesure d'en fournir au personnel soignant et aux Français dès les débuts de la crise. 

Dans cette enquête publiée jeudi, le journal Le Monde évoque une gestion « chaotique » des stocks, assurant que « des millions » de ces masques de protection, « issus des réserves étatiques, dont une part non négligeable était sans doute utilisable, sont consciencieusement brûlés ».

Selon les révélations des journalistes Fabrice Lhomme et Gérard Davet, la directrice de Santé publique France (SPF), Geneviève Chêne, a confié qu’« une partie» des 616 millions de masques chirurgicaux acquis en 2005-2006 par le gouvernement a été « détruite entre 2017 et 2019 ». 

François Bourdillon, ancien patron de SPF, s’est également confié sur cette stratégie : 

« Le fait que les masques chirurgicaux soient destinés à la population, et que le ministère de la santé n'était pas convaincu de leur utilité pour le grand public – on l'a vu en 2020 –, je pense que ça a dû jouer dans la prise de décision de ne pas reconstituer les stocks ».  

Edouard Philippe a été interrogé lors de la conférence de presse au sujet de cette enquête du Monde. Selon le Premier ministre, « un certain nombre de masques commandés il y a fort longtemps étaient stockés depuis très longtemps, et avaient vu leur date de péremption dépassée, parfois depuis très longtemps ».

Le Premier ministre a affirmé que les équipes du ministère de la Santé ont d'abord trouvé un stock de 75 millions de masques, arrivés à péremption en décembre 2019. 

« Quand vous les trouvez au printemps ou à l'hiver 2020 et qu'ils sont arrivés à péremption en 2019, vous pouvez vous dire qu'il est peut-être absurde de les détruire - ce qui normalement devrait être le cas - au lieu de les garder, de vérifier quand on peut les utiliser. Et si c'est le cas, de les utiliser. C'est ce que nous avons fait. Nous avons ainsi récupéré 75 millions de masques chirurgicaux utilisables ».

L'Etat aurait également, toujours selon Édouard Philippe, fait la découverte de 360 millions de masques supplémentaires, dont la date de péremption était « antérieure ». 

« Ils étaient périmés depuis beaucoup plus longtemps. On a regardé dans ce qui était périmé ce qui pouvait être utilisé. Il n'y en avait pas beaucoup qui pouvaient être utilisés. Ils étaient déjà très anciens et étaient devenus inutilisables ».

Selon l’enquête de Gérard Davet et Fabrice Lhomme, « en pleine crise du Covid-19, alors que la France est confinée, les conseillers du premier ministre, Edouard Philippe, découvrent, consternés, que depuis plusieurs semaines, des millions de masques issus des réserves étatiques, dont une part non négligeable était sans doute utilisable, sont consciencieusement brûlés… Ces fameux masques dont la population a tant besoin, et dont les stocks ont fondu dans des proportions phénoménales au fil des ans depuis 2009. Matignon fait aussitôt stopper le processus de destruction, mais l’épisode offre un saisissant raccourci de ce « désarmement sanitaire » dont le pays paie lourdement le prix aujourd’hui, et dans lequel le pouvoir actuel, notre enquête l’atteste, porte une lourde part de responsabilité. […] Au départ de Marisol Touraine du ministère –, les réserves étatiques abritent très précisément 714 millions de masques chirurgicaux. Parmi ceux-ci, 616 millions datant pour l’essentiel de 2005 et 2006, mais sans date de péremption, les 98 millions restants ayant été acquis entre 2014 et 2016. Or, en mars 2020, il n’en restera plus que 117 millions. En moins de trois ans, les stocks ont été divisés par six !  […] Selon l’ex-patron de SPF, la pénurie serait surtout la conséquence de la doctrine élaborée en 2011 et entérinée en 2013 confiant à l’Etat la gestion des masques chirurgicaux, destinés au citoyen lambda, et aux employeurs celle des FFP2, plus filtrants, réservés aux professionnels de santé. […] L’exécutif aurait triplement fauté : en détruisant des masques encore bons à l’emploi et, dans tous les cas, en omettant de renouveler mais aussi d’augmenter les stocks […]  Que ressort-il, au final, de cette plongée aux origines d’un fiasco historique, à l’heure où les principaux protagonistes du désarmement sanitaire se renvoient la patate chaude ? Le sentiment d’une faillite de l’Etat. Un vrai gâchis surtout, symbolisé par cette dilapidation des stocks de masques aux conséquences dramatiques ».

Pour retrouver l’enquête de Gérard Davet et Fabrice Lhomme, cliquez ICI 

Découvrez la réponse d’Edouard Philippe, lors de la conférence de presse, sur ce sujet sensible du stock de masques périmés détruits - révélé par l'enquête des journalistes du Monde : 

Vu sur : Le Monde
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

02.

Donald Trump annonce que les Etats-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé

03.

Face à la crise économique violente et les critiques, Riyad accélère son projet de ville pharaonique "NEOM"

04.

Pakistan : le témoignage d'un survivant du crash d'un avion de ligne à Karachi

05.

Réouverture du Puy du Fou : oui mais que pensaient les Chouans des Noirs et des Arabes ?

06.

Le RN servi par des critiques paresseux

07.

Onfray, Bigard, Zemmour et compagnie… La folle peur des bien-pensants

01.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

02.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

05.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

04.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

05.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Onc Donald
- 08/05/2020 - 20:20
masques
Deux choses : les journalistes mentent, ou bien le gouvernement a utilisé le mensonge pour justifier leur incapacité dans la gestion du stock de masques !
Je doute que les journalistes aient pu mentir car le risque est trop important pour eux ! Par contre connaissant la propension des gouvernants à mentir pour se protéger et pour gouverner un pays je pencherais plutôt pour le mensonge de ces derniers !
Dans ce cas il faudra que la vérité éclate au grand jour et que soient sanctionnés les fautifs .
J'accuse
- 08/05/2020 - 16:21
"Aurait" (?) détruit...
Le conditionnel est le mode du doute, de l'hypothèse, de la rumeur. Le journalisme est un métier d'informations, pas de propagation de rumeurs.
Ce mode est donc (théoriquement) interdit en journalisme: une information au conditionnel n'en est pas une.
Il faudrait ne pas lire tous les articles dont le titre est au conditionnel. Mais en fait, si !
Il faut les lire parce que le conditionnel est employé même quand les faits sont avérés (le cas ici). Les journalistes ne vérifiant jamais les infos qu'ils reçoivent (pourquoi se fatiguer quand il suffit de relayer ?), ils utilisent ce mode presque tout le temps, par précaution, pour ne pas être accusés d'avoir menti. Ils sont ainsi capables de dire: "nous savons avec certitude que l’État aurait détruit des masques..."
spiritucorsu
- 08/05/2020 - 14:51
Irréprochables ,mais certainement pas coupables!
Depuis le début de la crise sanitaire,le roitelet et son 1er sinistre n'ont eu de cesse d'essayer de nous faire croire ,avec l'aide des merdias serviles qu'ils étaient irréprochables dans la gestion de l'épidémie devenue un désastre sanitaire,éthique,économique et social,la gestion calamiteuse des masques de protection n'est que la partie émergée de l'iceberg colossal de leur incurie et de leur impéritie en la matière.Toujours aussi arrogants,méprisants et dominateurs,ils préfèrent se tresser des lauriers pour mieux masquer ,l'étendue de leurs propres errances.Car en macronie,c'est bien connu, le prince est infaillible,aucune défaillance où erreur ne peut lui être imputéés,ce serait d'ailleurs là un crime de lèse majesté.Ce sont les Français inciviques et indisciplinés les vrais coupables tout désignés qui seront invités une fois de plus à payer la note le moment venu.