En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 7 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 8 heures 34 min
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 9 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Bureau des légendes" de Éric Rochant : Mille sabords, quelle série !

il y a 10 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert : un roman noir publié en 1947, réédité en 2020 : l'Épuration trop "pure et dure"...

il y a 10 heures 24 min
pépites > France
Constat radical
Un groupe de sénateurs pointe la propagation de l'islam politique
il y a 11 heures 53 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Macron dans le piège du micro-management; Philippe face à une fenêtre politique étroite, Castaner à la vengeance de Castex, Aubry à de graves accusations d’irrégularités, la France à de mauvais choix de relocalisation; Amazon au secours du cinéma français
il y a 13 heures 12 min
décryptage > France
Le retour du débat

Retraites : ce qu’il faut comprendre entre les lignes des déclarations sibyllines de Jean Castex

il y a 13 heures 50 min
décryptage > International
Bibi dans l'impasse

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

il y a 14 heures 25 min
décryptage > Style de vie
Bien Manger pour bien bouger

Que manger avant, pendant et après un entraînement ?

il y a 14 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 8 heures 19 min
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 9 heures 7 min
pépites > France
Ça vole haut
Greenpeace déploie une banderole sur la grue de Notre-Dame pour alerter de l'inaction climatique du président
il y a 9 heures 52 min
pépites > Santé
Accord nocturne
Ségur de la santé : un projet d'accord trouvé dans la nuit
il y a 10 heures 14 min
pépite vidéo > International
Retour en arrière
À Melbourne, le confinement fait son grand retour
il y a 11 heures 38 min
décryptage > Justice
Reforme en marche forcée

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

il y a 12 heures 55 min
décryptage > France
Sécu d'État

Sécurité sociale : les tenants du tout-Etat gagnent du terrain

il y a 13 heures 30 min
décryptage > France
En cas de malheur

Coronavirus : et si une seconde vague arrive en France, serons-nous capables de la repérer et de réagir à temps ?

il y a 14 heures 15 min
décryptage > Culture
L'art scandale

Monde de l’art : les scandales aussi ont leurs maitres

il y a 14 heures 36 min
décryptage > International
Atlantico Business

Wall Street se résout à voir arriver Joe Biden et anticipe (sans enthousiasme) ce qui peut se passer après Trump.

il y a 15 heures 27 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Bras de fer

Coronavirus: le gouvernement français souhaite qu’Apple lève les obstacles techniques pour le lancement de l’application de traçage

Publié le 22 avril 2020
Cédric O, le secrétaire d’Etat chargé au Numérique, s’est exprimé sur le dossier du traçage et sur les préparatifs du déconfinement dans un entretien à Bloomberg. La France est opposée à Apple sur des questions techniques. Les données personnelles seraient au cœur de ce dossier sensible.
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cédric O, le secrétaire d’Etat chargé au Numérique, s’est exprimé sur le dossier du traçage et sur les préparatifs du déconfinement dans un entretien à Bloomberg. La France est opposée à Apple sur des questions techniques. Les données personnelles seraient au cœur de ce dossier sensible.

Selon des informations de la BBC, la France espère lancer à la mi-mai son application de traçage sur la recherche de contacts potentiellement positifs au Covid-19. La France tente de négocier avec Apple afin de pouvoir proposer la future application de suivi des contacts éventuellement contaminés par le coronavirus sur les iPhones, sans intégrer les mesures de confidentialité souhaitées par la société américaine.

Cédric O, le secrétaire d’Etat chargé du Numérique, s’est exprimé sur ce dossier sensible dans une interview accordée à Bloomberg. Il souhaite faire lever une contrainte technique par Apple afin que l’application StopCovid ou que les outils français dans la lutte contre le coronavirus soient utilisables sur smartphones sans contraintes.

"Nous demandons à Apple de lever l'obstacle technique pour nous permettre de développer une solution de santé européenne souveraine qui sera liée à notre système de santé".

Le système et le dispositif français, indépendant d’une application Apple, permettrait de glaner plus d'informations sur les propriétaires de smartphones participants qu’à travers le dispositif d’Apple et de son partenaire Google.

De nombreux experts estiment que ce bras de fer et la gestion de ce dossier entre Apple et la France pourrait servir de test à l’échelle de la planète. 

La rédaction de la BBC a interrogé Olivier Blazy, maître de conférences à l'Université de Limoges, sur cette question : 

 "Apple n'a aucune raison d'accepter cette demande et cela ouvrirait la porte à de nombreuses autres demandes d'autres pays et entités. En tant que Français, je pense qu'il serait utile d'éviter d'être dépendant de la solution Google-Apple, mais je pense qu'il est étrange que la stratégie du gouvernement repose sur la tentative de convaincre Apple de faire quelque chose qui est contre son intérêt".

Apple et Google ont annoncé le 10 avril qu'ils collaboraient pour fournir un dispositif fiable qui permettra de développer des applications de traçage de contacts liés au Covid-19. Ces outils pourraient être des atouts considérables dans le cadre de la lutte contre le coronavirus et pour la politique du déconfinement. 

Google et Apple travaillent sur l’utilisation de signaux Bluetooth. 

Ces applications et la méthode du traçage sont très critiquées, notamment pour la gestion sensible des données personnelles. 

En France, un vote devrait avoir lieu à l’Assemblée nationale dans les prochaines semaines sur la question des applications de traçage. 

L’Inria, l’Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique, a développé son propre système et travaille sur l’application StopCovid. 

Le gouvernement français a promis que l'adoption de l'application serait volontaire et impliquerait des données totalement anonymes. 

Selon des informations de la BBC, des documents révèlent néanmoins qu'il y aurait des moyens de "ré-identifier les utilisateurs ou de déduire leurs graphiques de contact".

Selon le professeur Max van Kleek de l’Université d’Oxford interrogé par la BBC, le système français  "préserve la confidentialité entre les utilisateurs, mais pas entre l'utilisateur et le gouvernement. Et cela pourrait conduire au risque que le gouvernement réutilise plus tard le système afin de s'assurer que les gens obéissent à une quarantaine ou à d'autres types de mesures que l'Etat pourrait vouloir appliquer".

Apple a l’intention de s’opposer à l’utilisation de recherches de contacts parallèles et contre l’exploitation des données par des applications extérieures. 

Afin de fonctionner, les applications -comme le dispositif français- devront donc rester actives et être affichées à l'écran. Cette contrainte limitera donc l’utilisation des smartphones et pourrait consommer plus rapidement la batterie des smartphones. 

L’outil de traçage pourrait être proposé en France dès le 11 mai lors de la phase de déconfinement.  

Invité du "Grand Rendez-vous", dimanche sur Europe 1, le président de la Région Hauts-de-France Xavier Bertrand a estimé que la mise en place d'une application de tracking n'avait de sens qu'à condition de préserver "une souveraineté française". 

Xavier Bertrand souhaite préserver la "souveraineté française". 

"Le gouvernement nous a dit qu'il allait développer son application à lui, très bien. Mais maintenant j'entends dire qu'on va plutôt se marier avec l'application fabriquée par Google et Apple. En ce qui me concerne, jamais de la vie. Si on est pas capables de mettre en place une souveraineté française en la matière, alors ça ne sert à rien."

Ce dispositif de traçage doit permettre d’éviter de nouvelles contaminations et une deuxième vague de malades lors du déconfinement à partir du 11 mai prochain. 

Vu sur : BBC et Bloomberg
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 22/04/2020 - 15:13
A pleurer
Personne ne fait remarquer que ce pistage (de porteurs potentiels de virus) n'a d'utilité que dans le cadre d'un dépistage (de virus) massif qui n'aura pas lieu, d'une organisation nationale nécessitant des moyens financiers et humains qui n'existent pas, et d'un nécessaire volontariat qui en annule tout l'intérêt supposé.
Ce ne sera pas un déconfinement mais un arrêt du confinement: la différence est que le premier est intelligent et nécessite des moyens et des compétences, et que le second est la reconnaissance implicite de l'inefficacité du confinement. Mais il ne faut pas le dire.
On dépend de la Chine pour les masques, d'Apple et Google pour des applis, et on parle de souveraineté nationale... Pitoyable.
En tout état de cause, je ne risque pas d'encombrer mon smartphone d'une telle appli inutilement bouffeuse de batterie et de mémoire.
gerint
- 22/04/2020 - 14:59
Pour moi c’est simple
Pas de traçage. Quitte à ne pas utiliser mon portable.
lorwakaf
- 22/04/2020 - 14:11
un futur argument de vente pro Apple?
je n'ai pas vraiment confiance en cet Etat qui a laissé fermer les fabricants de masques et de tests médicaux nationaux et qui veut nous refourguer une application pseudo high tech. Il me faudra donc me résoudre à acheter de l'Apple, trop cher pour ce que c'est. Pour la confidentialité des données , Google et Apple valent peut-être mieux que l'Etat français , c'est le propriétaire d'un Huawei qui vous le dit ...