En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

03.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

04.

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

05.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

06.

L’Europe face au dilemme biélorusse

07.

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

03.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

06.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

ça vient d'être publié
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 2 heures 54 min
pépites > Consommation
BILAN MITIGÉ
Soldes : un résultat décevant
il y a 3 heures 55 min
pépites > Faits divers
VAL-DE-MARNE
Vincennes : deux morts dans un incendie
il y a 4 heures 30 min
light > Loisirs
MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS
Elle se fait tatouer à 103 ans
il y a 6 heures 21 min
pépites > France
MOUVEMENT DE FOULE
Cannes : crise de panique après une rumeur de fusillade
il y a 6 heures 58 min
pépite vidéo > International
NIGER
Six humanitaires français tués au Niger
il y a 7 heures 53 min
décryptage > Santé
PANDÉMIE ET INSÉCURITÉ

Être contaminé dans la rue... ou agressé : Anne Hidalgo et la préfecture de police sont-ils capables de déterminer le plus grand risque statistique à Paris ?

il y a 9 heures 21 min
décryptage > Style de vie
ALIMENTATION

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

il y a 9 heures 56 min
décryptage > Politique
LIBAN ET BIÉLORUSSIE

L’Europe face au dilemme biélorusse

il y a 10 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 22 heures 9 min
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 3 heures 42 min
pépites > France
DÉJÀ !
Les vendanges débutent avec plusieurs semaines d'avance
il y a 4 heures 14 min
light > France
AÏE
Méditerranée : un poisson mord les mollets des vacanciers
il y a 6 heures 5 min
pépites > Santé
VRAIMENT ?
Selon Poutine, la Russie aurait développé le "premier vaccin" contre le coronavirus
il y a 6 heures 41 min
pépites > France
ATTAQUE ARMÉE
Niger : qui étaient les victimes ?
il y a 7 heures 23 min
décryptage > Economie
ASSURANCES

L’autre test du Covid : les assurances seront-elles à la hauteur des promesses d’indemnisation de leurs polices face aux dégâts de l’épidémie

il y a 9 heures 11 min
décryptage > International
DOSSIER LIBANAIS

L’Iran pourrait sortir vainqueur de la crise libanaise

il y a 9 heures 42 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Bilan du tourisme français : bienvenue à Corona-beach, entre 30 et 45 milliards d’euros de pertes pour la saison 2020

il y a 10 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 21 heures 45 min
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 22 heures 34 min
© Julien DE ROSA / POOL / AFP
© Julien DE ROSA / POOL / AFP
Parole libérée

Agnès Buzyn s'exprime sur le Covid-19 et livre des confessions accablantes sur l’épidémie

Publié le 17 mars 2020
Dans un entretien au "Monde", l'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn, s’est confiée sur l’épidémie de Covid-19 en France. Elle qualifie de "mascarade" la tenue des élections municipales.
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un entretien au "Monde", l'ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn, s’est confiée sur l’épidémie de Covid-19 en France. Elle qualifie de "mascarade" la tenue des élections municipales.

La candidate LREM aux municipales à Paris et l’ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn s’est confiée auprès du journal Le Monde ce mardi 17 mars. Ses réponses sont explosives en pleine crise du Coronavirus. Emmanuel Macron a indiqué, lors de son allocution de lundi soir, que le gouvernement était impliqué dans une "guerre sanitaire" contre le Covid-19. 

Agnès Buzyn révèle au Monde qu’elle était parfaitement au courant de l’ampleur que prendrait l’épidémie de Coronavirus en France. Agnès Buzyn indique qu’elle avait bien alerté et prévenu Emmanuel Macron et Edouard Philippe dès le mois de janvier de la catastrophe sanitaire qui se profilait : 

"Quand j’ai quitté le ministère, je pleurais parce que je savais que la vague du tsunami était devant nous. Je suis partie en sachant que les élections n’auraient pas lieu".

Agnès Buzyn s’est confiée à la rédaction du Monde sur son état d’esprit face à l'épidémie : 

"Depuis le début je ne pensais qu’à une seule chose : au Coronavirus. On aurait dû tout arrêter, c’était une mascarade. La dernière semaine a été un cauchemar. J’avais peur à chaque meeting. J’ai vécu cette campagne de manière dissociée".

Agnès Buzyn affirme avoir pris conscience très tôt de l’ampleur de la crise à venir :

"Je pense que j'ai vu la première ce qui se passait en Chine : le 20 décembre, un blog anglophone détaillait des pneumopathies étranges. J'ai alerté le directeur général de la santé. Le 11 janvier, j'ai envoyé un message au président sur la situation".

Elle assure même avoir prévenu Edouard Philippe dès le 30 janvier pour l’avertir "que les élections ne pourraient sans doute pas se tenir". 

Ce mardi dans Le Monde, Agnès Buzyn prédit malheureusement des "milliers de morts" dans l’Hexagone des suites de l'épidémie de Covid-19. Interrogée sur son avenir professionnel, Agnès Buzyn a indiqué qu'elle était prête à prendre sa part dans la lutte contre la pandémie : 

"L'hôpital va avoir besoin de moi. Il va y avoir des milliers de morts".

Après le début de la polémique ce mardi 17 mars (suite à la publication de son entretien dans le Monde), Agnès Buzyn a confirmé avoir alerté le Premier ministre Edouard Philippe sur le risque de report des élections municipales à cause du Coronavirus. Elle regrette en revanche l’utilisation du mot "mascarade", dans un communiqué publié mardi.

"Lorsque j’ai appris l’émergence du Coronavirus en Chine, j’ai eu l’intuition qu’une épidémie pouvait se profiler et ne pas se cantonner à la Chine. C’est vrai, j’ai exprimé mon inquiétude depuis le premier jour parce que c’était mon rôle". 

Agnès Buzyn assure avoir alors "reçu le soutien immédiat du président de la République et du Premier ministre" :

"Sans délai, nous avons organisé des réunions de travail autour du Premier ministre, avec le Directeur général de la santé, pour analyser et préparer la réponse sanitaire le cas échéant. Et des conseils de défense autour du Président. […] Il est vrai que je me suis adressée au Premier ministre en lui disant : si la France en arrive à être touchée par un pic épidémique alors il se pourrait que les municipales ne puissent pas se tenir".

Dans ce communiqué publié dans la journée de mardi, Agnès Buzyn estime être "totalement solidaire" avec le gouvernement. Elle a indiqué que "toutes les mesures anticipées ont été mises en oeuvre pour assurer la sécurité sanitaire de nos concitoyens" pour voter lors du premier tour des élections municipales de dimanche :

"Ce sont les avis et les faits scientifiques qui ont – à chaque étape – fondé les décisions prises par le gouvernement".

Dans son communiqué, Agnès Buzyn "regrette l’utilisation du terme de "mascarade", qui dans (ses) propos concernait le fait de débuter des discussions de fusions de listes électorales", alors que le stade de pandémie du Coronavirus était atteint. 

Arrivée troisième lors premier tour des élections municipales à Paris, Agnès Buzyn a suspendu sa campagne.

Vu sur : Le Monde
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 18/03/2020 - 17:55
rester passif (mourir) ou actif (vivre)
Mettre le paquet càd TOUS LES MOYENS pour fabriquer des dizaines de milliers de tests et quadriller le territoire pour dépister les porteurs du Covid 19 afin de pouvoir les soigner : chaque tergiversation (discutaillerie) est criminelle !
Louna
- 18/03/2020 - 12:06
Deux mois de perdus
Madame Buzyn aurait du taper du poing sur la table et, si elle n'était pas entendue, démissionner et alerter les médias. On a perdu 2 mois pendant lesquels le virus à fait tranquillement son nid en France. Comme beaucoup dans mon entourage mon inquiétude a commencé dès le mois de janvier mais....tous les messages se voulaient rassurants, au pire une petite grippette, tout le monde est mobilisé, nous sommes prêts pas lieu de s'inquiéter, etc... Quand cette saloperie de virus s'éloignera de la France il faudra régler des comptes. En ce qui me concerne je ne pardonnerai rien.
philippe de commynes
- 18/03/2020 - 10:06
1958 ?
Jusqu’où ce gouvernement incompétent et arrogant va -t-il pouvoir tenir ?...
Sachant que la situation n'a pas fini d' empirer.
Je pense au général de Villiers.
Et si Macron le nommait premier ministre ?
Macron a dit lui même que nous sommes en guerre, et clairement ce n'est pas le désastreux Philippe qui avec ses petits poings est à la hauteur.
Le général nommerait exclusivement ceux qu'il estimerait les plus capables, sans considération politicienne.
Un tel gouvernement pourrait, Là, vraiment faire l'unité nationale derrière lui.
Il serait Premier ministre pour le temps de l'épidémie (et des troubles qui pourraient lui être associé) , et sans compte à rendre au président (comme sous les cohabitations).
Ce serait une solution archi-respectueuse des institutions.
Même pour Macron ce serait une bonne solution (Même si ce serait mettre sur rampe de lancement un rival crédible) :çà éviterait que la situation puisse tourner au pire, auquel cas çà pourrait finir très mal même pour lui.