En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 7 heures 51 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 8 heures 50 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 13 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 14 heures 59 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 16 heures 21 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 17 heures 29 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 17 heures 55 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 18 heures 35 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 19 heures 6 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 19 heures 42 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 8 heures 3 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 12 heures 6 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 14 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 15 heures 20 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 17 heures 18 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 17 heures 42 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 18 heures 14 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 18 heures 45 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 19 heures 23 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 19 heures 52 min
Clash

Le président de la Bundesbank met en garde François Hollande

Publié le 12 mai 2012
Il a aussi invité la Grèce à honorer ses obligations, si le pays veut conserver les aides financières.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il a aussi invité la Grèce à honorer ses obligations, si le pays veut conserver les aides financières.
Jens Weidmann a durci le ton samedi dans une interview samedi au quotidien Süddeutsche Zeitung.
Faisant référence au projet du président élu français François Hollande, le président de la banque centrale allemande Jens Weidmann a jugé dangereux de modifier le statut de la BCE, de renégocier le pacte budgétaire européen, ou de créer de la dette.
 
Interrogé sur les proposition de François Hollande de laisser la BCE prêter directement aux Etats, ou de prendre des mesures de soutien à l'économie, Jens Weidmann a estimé qu' "une modification des statuts (de la Banque centrale européenne) serait dangereuse". "Les emplois et la croissance économique sont le fruit des échanges commerciaux. La banque centrale est la mieux placée pour contribuer à la stabilité de la monnaie" européenne", a-t-il précisé.

Au sujet de l'inflation, "il faut attendre le programme final du gouvernement" de François Hollande, attendu dès mardi à Berlin, a déclaré Jens Weidman, qui est resté très ferme sur les positions de l'Allemagne : "il est clair qu'il faut refuser sa revendication de campagne, de détricoter le pacte budgétaire européen". 
 
Concernant les projets de relance de la croissance même au prix d'un endettement, il affirme : "Le nouveau mot-clé est "croissance" oui je sais". "Mais chacun comprend autre chose sous ce terme.(...) Toutes les expériences prouvent qu'un endettement trop important handicape la croissance". "Combattre les dettes avec les dettes, cela ne fonctionnera pas", dit-il.
 
Il a également incité la Grèce à honorer ses obligations, si le pays veut  conserver les aides financières.
Il assure qu'il n'y a "pas de diktat économique allemand". Cependant, le président de la Bundesbank met en garde et invite la Grèce à prendre ses responsabilités : "si Athènes ne tient pas parole ce sera un choix démocratique. La conséquence sera que la base pour de nouvelles aides disparaîtra".
 
 
 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 14/05/2012 - 01:31
Imaginons Flamby à la place de Merkel...
à la tête de cette Europe plombée par le Socialisme (je parle bien-sur du volet dépenses, réglementations et subventions et non de ce qui fait rentrer l'argent dans les caisses, qui est libéral, à contrario). Flamby casserait ce libéralisme sur lequel est basé la liberté d'échanger biens et services et nous pondrait, à la place, une grosse relance Keynesienne par les Déficits . L'Europe ne serait plus plombée ni par l'ultra-libéralisme, qui est le fantasme favori des simples d'esprit, ni par les dépenses Socialistes, mais par l'ultra-socialisme à la mode Flamby . Merkel est le dernier rempart à la folie social-démagogique; souhaitons lui de résister!
walter99
- 13/05/2012 - 09:19
La fin de l'idéologie néolibérale
L'idéologie néolibérale (qui n'a rien à voir avec le libéralisme) est agonisante (Von Hayek et Von Mises) ,67% exactement des dettes de l'état français est du à cette idéologie qui a privatisé la création monétaire ,(une hérésie totale selon Maurice Allais) : les banques empruntent à 1% à la BCE et cet argent est .... re - prêté aux états à .....3% ou plus (6% pour l'Espagne) Les états payent donc une rente sur leur propre argent . Si nous empruntions à 1% nous ne paierions pas les 50 milliards par an d'intérêts mais 15 ......Cette escroquerie idéologique doit cesser ,d'autant plus que la BCE et la FED font marcher la planche à billet à fond pour garantir ce système qui ne fonctionne pas ,c'est une honte absolue (Qe1,Qe2 et ...Qe3) .Hollande a raison de vouloir renégocier ces traités néolibéraux qui n'ont pas de sens,ce n'est pas de gauche c'est s'inspirer de Roosevelt pour revenir à une économie "réelle" comme ils disent eux-mêmes.Lisez Jorion, Delamarche,Védrine et les 500 économistes atterrés....
Maison Blanche
- 13/05/2012 - 08:24
C'est l'inverse
@ricouti. Sauf que le statut de la BCE a été fixé,et accepté, par entente entre tous les États de l'UE et que, même pas élu, c'est Dumou qui a prétendu imposer SA politique aux 26 autres, et de surcroit une politique qui ressemblait étrangement à celles qui avaient mené la Grèce, le Portugal et l'Espagne au bord du gouffre. L'Allemagne, qui a plus de mémoire que nous, se souvient de l'époque ou il fallait une pleine brouette de Mark pour acheter son pain, quand il y en avait. L'Allemagne se souvient des efforts considérables qu'elle a du faire pour sa réunification, l'état de la RDA n'étant pas tout à fait au niveau économique seriné par la propagande. N'oubliez pas que Angela Merkel a vécu à l'Est sous la botte communiste et que, recevoir l'allié de Melenchon et de la gauche extrême, ça doit lui rappeler de très mauvais souvenirs