En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Brendan Smialowski / AFP
Lunaire

Quand Donald Trump fait la leçon au patron de la Nasa en lui demandant d'aller sur Mars sans passer par la Lune

Publié le 21 juillet 2019
Jim Bridenstine a tenté d'expliquer au président américain qu'il est nécessaire de s'entraîner sur la Lune avant de mettre le cap vers Mars.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jim Bridenstine a tenté d'expliquer au président américain qu'il est nécessaire de s'entraîner sur la Lune avant de mettre le cap vers Mars.

A l’occasion du 50e anniversaire du premier pas sur la Lune (le 20 juillet aux Etats-Unis, le 21 juillet en France à cause du décallage horaire), Donald Trump a reçu vendredi les deux astronautes d'Apollo 11 encore en vie, Buzz Aldrin et Michael Collins (Neil Armstrong est mort en 2012) ainsi que l'administrateur de la Nasa, Jim Bridenstine.

A cette occasion, le président américain, visiblement contrarié par le fait que "pour aller sur Mars, il paraît qu’il faut d’abord atterrir sur la Lune", a demandé à Jim Bridenstine : "on ne peut vraiment pas aller directement sur Mars, sans passer par la Lune?". Le patron de l'agence spatiale américaine a alors répondu que "la Lune est le banc d’essai" et que l’expérience lunaire permettrait de mieux concevoir les véhicules et équipements nécessaires pour une future mission martienne.

Le président s'est alors tourné vers les deux astronautes pour leur demander ce qu'ils en pensaient. "Pour moi, c’est Mars directement", a répondu Michael Collins, sans hésiter. "Pour moi aussi, c’est plutôt Mars directement. Après tout, qui en sait plus que ces deux-là?", a répondu Donald Trump.

"Le problème d’une mission directe vers Mars est qu’il y aura beaucoup de problèmes qu’on n’aura pas résolus", a tenté de reprendre Jim Bridenstine, sans réussir à intéresser le président américain. Réponse du président : "Jim Bridenstine était un bon parlementaire qui me soutenait la plupart du temps, mais pas tout le temps. [...] Le nommer à la tête de l’agence spatiale en 2017 ne fut pas une décision si facile". Puis le président américain a demandé son avis à Buzz Aldrin : "J’ai été plutôt déçu des 10 ou 15 dernières années", a lâché l’astronaute, citant notamment le vaisseau Orion, peu adapté selon lui à l'orbite lunaire.

"J’aimerais que vous écoutiez les autres [Jim]. Il y a des gens qui aimeraient faire ça différemment. Donc vous écouterez Buzz et les autres? OK?", a lancé le président américain. "Oui monsieur", a simplement répondu Jim Bridenstine.

Vu sur : Le HuffPost
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

05.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 21/07/2019 - 21:52
Qui c'est le chef ?
Oups ! Le commandement ça ne s'apprend pas, c'est inné ! Et savoir recueillir les informations, en les considérant dans leur stricte vérité sans la biaiser par ses propres réflexions, c'est aussi une dure discipline, très dure... mais le relâchement conduit à se faire embobiner... Quant à maîtriser la technique... Alors qui a raison ? Qui aura raison ? La conclusion de Donald Trump m'impressionne : elle n'est pas fondée sur la technique, mais sur les hommes ! C'est plutôt gagnant, quand on voit que nos politiques ont tous oublié l'homme pour la technique, quelle qu'elle soit.