En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© BENOIT TESSIER / POOL / AFP
Drame

Après son suicide, un rescapé du Bataclan reconnu comme la 131e victime des attentats du 13 novembre

Publié le 16 juin 2019
Un jeune trentenaire, rescapé de l'attaque du Bataclan, avait mis fin à ses jours en novembre 2017.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un jeune trentenaire, rescapé de l'attaque du Bataclan, avait mis fin à ses jours en novembre 2017.

Trois ans et demi après les attentats du 13 novembre 2015, la justice vient de reconnaître une 131e victime : un jeune trentenaire, Guillaume Valette, qui avait survécu indemne à l'attaque du Bataclan mais avait été brisé psychologiquement. Atteint d’un sévère état de stress post-traumatique, le jeune homme, qui n'avait aucun antécédent psychiatre, avait dû être interné. Il s’est pendu le 19 novembre 2017, dans sa chambre de la clinique psychiatrique du Val-de-Marne.

"Ce sujet présente un trouble psycho-traumatique caractérisé, qui reste évolutif, avec de très nombreux évitements, des moments d’anxiété majeure en de nombreuses circonstances […], une modification de son rapport à l’existence, un remaniement de son système de valeurs, le sentiment d’un éloignement dans son rapport aux autres", avait analysé en janvier 2017 le psychiatre du jeune homme.

"On peut établir que le traumatisme du 13/11/15 a été responsable d’un état de stress post-traumatique chez M. Guillaume Valette, qui s’est compliqué d’un épisode dépressif majeur […] et que le suicide a été une complication de cet épisode dépressif majeur. Le suicide de M. Valette Guillaume est donc bien la conséquence ultime de l’attentat du 13/11/15", a ensuite écrit le Dr Catherine Wong, une psychiatre spécialisée dans la réparation juridique du dommage corporel, dans un rapport de janvier 2019.

Sur la base de ce rapport médical ayant imputé son geste à l’attaque, les juges d’instruction ont considéré le mois dernier que cet ancien analyste dans un laboratoire scientifique pourrait bien être une victime directe des attentats. Ses parents, qui se sont battus pour obtenir cette première reconnaissance, attendent maintenant que la cour d’assises apporte une réponse définitive.

Ce drame montre que les attentats peuvent avoir des répercutions terribles plusieurs mois ou années plus tard. Mercredi, on apprenait ainsi le décès de Tahar Mejri, dont l’épouse et le fils de 4 ans avaient péri dans l’attentat de Nice. 

Vu sur : Le Parisien
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Et si nous aussi on faisait nos camps décoloniaux ?

07.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 17/06/2019 - 07:32
très triste
et le rapatriement des enfants de Daesh est à la fois compréhensible puisque ce sont des enfants, mais très inquiétant tout de même . Quant aux terroristes de Daesh, il doivent être jugés en Irak et non en France et sans intervention aucune .
Ceolwyn
- 17/06/2019 - 02:26
ET ON RAPATRIE
TRES tres cons et sans cervelles les bienpensants qui rapatrient les resortissants de DAEH chez nous, ou lutte pour leur eviter la peine de mort. La connerie de nos elites est sans limite.