En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

04.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 4 heures 18 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 6 heures 49 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 8 heures 52 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 10 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 10 heures 36 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 10 heures 58 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 11 heures 15 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 11 heures 17 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 11 heures 18 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 11 heures 22 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 4 heures 46 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 8 heures 36 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 10 heures 11 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 10 heures 31 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 10 heures 43 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 11 heures 3 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 11 heures 16 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 11 heures 18 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 11 heures 18 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 11 heures 23 min
© Marco BERTORELLO / AFP
© Marco BERTORELLO / AFP
Mariage impossible ?

Fiat Chrysler renonce à son offre de fusion avec Renault

Publié le 06 juin 2019
Fiat Chrysler vient d'indiquer que les conditions politiques n'étaient pas réunies pour que l'alliance puisse être concrétisée. Le constructeur vient de retirer son offre de fusion avec Renault. Le constructeur a fait porter la responsabilité de cet échec au gouvernement français.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fiat Chrysler vient d'indiquer que les conditions politiques n'étaient pas réunies pour que l'alliance puisse être concrétisée. Le constructeur vient de retirer son offre de fusion avec Renault. Le constructeur a fait porter la responsabilité de cet échec au gouvernement français.

Le projet de fusion tant attendu n'aura donc pas lieu. Selon des informations de L'Opinion, Fiat Chrysler a dévoilé ce mercredi 5 juin le retrait de son offre de fusion avec Renault. 30 milliards d'euros étaient en jeu. 

La société a évoqué le rôle néfaste et désastreux des conditions politiques en France. Le projet aurait permis de former le troisième constructeur automobile mondial. 

Cette décision aurait été prise après la demande de l'Etat français du report du vote du conseil d'administration de Renault sur le projet, afin d'obtenir le soutien de Nissan. Selon des révélations de L'Opinion, l'Etat a également cherché à obtenir des garanties sur l'emploi en France et le versement de dividendes aux actionnaires du groupe français. 

Le conseil d'administration de Fiat Chrysler a donc décidé de retirer avec effet immédiat l'offre déposée neuf jours plus tôt, après avoir appris que le conseil de Renault n'avait pas encore été acté. 

Selon un communiqué dévoilé la nuit dernière par Fiat Chrysler, "il est devenu clair que les conditions politiques en France ne sont actuellement pas réunies pour qu’une telle combinaison voie le jour avec succès".

Renault a également indiqué que son conseil d'administration n'avait "pas été en mesure de prendre une décision en raison du souhait exprimé par les représentants de l’État français de reporter le vote à un conseil ultérieur".

Cette nouvelle représente donc un nouveau revers pour Renault, après l'affaire Carlos Ghosn.

Mercredi, ce sont les deux représentants de l'Etat au sein du conseil d'administration de Renault qui ont insisté pour que la fusion ne soit pas votée trop rapidement. Selon une source citée par l'AFP, "tous les administrateurs étaient pour [la fusion], à part un représentant des salariés affilié à la CGT et les deux représentants de Nissan qui se sont abstenus, comme prévu". La rédaction de Libération a dévoilé que la séance a été interrompue une heure, afin de joindre Bruno Le Maire au téléphone. 

Alors qu'il sera en visite au Japon à partir de vendredi pour le G20, le ministre de l'Economie souhaitait prendre le temps pour s'entretenir avec son homologue japonais, dans l'espoir d'obtenir "un soutien explicite de Nissan" sur ce projet.

La relation particulière entre Renault et Nissan apparaissait comme un possible obstacle à la fusion entre Fiat Chrysler et le constructeur français. Selon des sources proches du dossier, les dirigeants de Nissan se sentaient laissés à l’écart du projet. Le directeur général de la firme japonaise, Hiroto Saikawa, n’était pas opposé à une fusion Renault-FCA. Il avait néanmoins prévenu qu'elle "modifierait de manière significative la structure" du partenariat avec Renault et "nécessiterait une revue fondamentale des liens actuels" entre les deux alliés.

La volonté de l'Etat de ménager Nissan, le partenaire de Renault, aurait donc été malmenée face à l'empressement du constructeur italo-américain. 

Selon des informations de Franceinfo, l'Etat avait fixé quatre conditions à son accord définitif, selon des précisions de Bruno Le Maire dans un communiqué : en plus de la préservation de l'alliance Renault-Nissan, il s'agissait de garantir un équilibre dans la gouvernance entre Renault et Fiat Chrysler, de préserver l'emploi et les sites industriels français ainsi que de garantir la participation du futur groupe à une initiative européenne sur les batteries électriques. 

Dans l'hypothèse d'un mariage entre Renault et FCA, la famille Agnelli, qui possède 29% de FCA, aurait vu sa part du futur groupe passer à 14,5% mais serait restée de loin le premier actionnaire, tandis que l'Etat français serait tombé à 7,5% du capital. D'après plusieurs sources citées par l'AFP, la France a également demandé, et obtenu, que le siège opérationnel du groupe soit situé à Paris.

Si Fiat Chrysler a retiré son offre mercredi soir, rien n'empêche d'en formuler une autre dans le futur. De nouvelles discussons pourraient éventuellemetn reprendre dans les prochains mois. 

Vu sur : L'Opinion
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gpo
- 06/06/2019 - 13:06
Incompréhensible
L'état veut privatiser ADP pour renflouer les caisses et au prétexte de développer les infrastructures et les rendre compétitives et "en même temps"refuse la fusion des deux industriels pour devenir un grand groupe...capable de rivaliser ...
Ces énarques gestionnaires incompétents, nous mènent à la ruine du pays...on le voit déjà avec Alsthom et GE