En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© KENZO TRIBOUILLARD / AFP
No-deal
Macron exaspère les dirigeants européens par son intransigeance face à l'extension du Brexit
Publié le 11 avril 2019
Le président Français s'est opposé à l'extension du report du Brexit avant de devoir céder du terrain. Une position peu suivie qui exaspère les autres dirigeants européens.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président Français s'est opposé à l'extension du report du Brexit avant de devoir céder du terrain. Une position peu suivie qui exaspère les autres dirigeants européens.

Lors des discussions à Bruxelles pour un report du Brexit au cours de la nuit de mercredi à jeudi, Emmanuel Macron s'est présenté comme le plus hostile à un prolongement du délai pour une sortie de la Grande-Bretagne de l'Union Européenne. Alors que la majorité des dirigeants s’accordaient pour autoriser Londres à un prolongement du délai jusqu'en 2020, le président de la République s'est montré plus intransigeant, une position peu suivie par les autres Etats membres.

Emmanuel Macron défend l'idée qu'un long retard risquerait de causer de graves dommages à l'UE. Un responsable de l'Elysée rajoute ne pas vouloir « importer la crise politique britannique dans l'UE ». De son côté, Jean-Claude Juncker a critiqué l'opposition française : "Nous ne résolvons plus que les problèmes domestiques français" a regretté le président de la Commission européenne.

Selon The Telegraph, 17 chefs d'État souhaitaient un report long, trois se disaient "ouverts d'esprit", quatre désiraient un report court mais comptaient s'aligner sur la majorité, seule la France présentait une position inflexible: un délai court, ou pas d'accord.

Finalement, les dirigeants européens ont trouvé un compromis pour donner à la Grande-Bretagne jusqu'au 31 octobre pour sortir de l'Union Européenne. Une décision qu'a salué Emmanuel Macron, le cas du Brexit serait ainsi réglé avant que la prochaine Commission européenne ne prenne ses fonctions le 1er novembre.

Vu sur : The Guardian
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
05.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
07.
Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
06.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Inazuma12
- 13/04/2019 - 13:10
Plus d'importations ?
Et en quoi le Brexit ferait-il diminuer les importations ? Les Britanniques auront toujours besoin de médicaments, de fruits, de légumes, etc... La vérité c'est qu'ils se sont fait berner par l'UKIP et les europhobes et qu'ils s'en mordent les doigts à présent. Mais un vote est un vote et les parlementaires britanniques feraient bien de respecter leurs électeurs.
jurgio
- 12/04/2019 - 14:53
Inépendamment de la pensée macronienne
il est urgent d'en finir avec ce méli-mélo britannique. Les autres pays ont tout bonnement peur de perdre de l'exportation, la France s'en fiche. La Grande-Bretagne espère sans doute un compromis qui fera de l'Europe une partie du Commwealth. On connaît le schéma : gagner beaucoup sans presque rien payer.
moneo
- 12/04/2019 - 11:28
Pour une fois
il a raison et même DSK exprime le même point de vue....Dns un autre domaine Gros Deguelasse disait :tirer un coup c'est PAN pas PAAAAAAAAAAAAAAAANNNNNNNNNN ;là c'est pareil.quelque mois pour préparer la douane et basta. on ne peut pas élire des gens qui officiellement ont vote pour la sortie .ou alors les
votes des anglais n ont aucune signification