En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

03.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

04.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

05.

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 8 min 18 sec
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 12 heures 59 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 15 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 17 heures 47 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 20 heures 9 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 20 heures 32 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 20 heures 42 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 21 heures 17 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 22 heures 1 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 22 heures 10 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 11 heures 47 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 15 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 17 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 18 heures 13 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 20 heures 25 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 20 heures 35 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 20 heures 54 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 21 heures 28 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 22 heures 8 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 22 heures 32 min
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Inquiétude

Gilets jaunes : le gouverneur militaire assure que les soldats auront le droit de tirer en cas de menace

Publié le 22 mars 2019
Pendant les manifestations des Gilets jaunes, les soldats de l'opération Sentinelle devront assurer la sécurité de certains monuments et du quartier de l'Élysée.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pendant les manifestations des Gilets jaunes, les soldats de l'opération Sentinelle devront assurer la sécurité de certains monuments et du quartier de l'Élysée.

Dans les colonnes de franceinfo, des soldats de Sentinelle ont accepté, sous couvert d'anonymat, de dire ce qu'ils pensent de cette idée, qu'ils jugent mauvaise et dangereuse. "Les mecs de Sentinelle, ce sont tous des militaires, on ne sait pas faire du maintien de l'ordre", fustige un militaire. Les soldats de l'opération Sentinelle devront renforcer la sécurité de certains monuments et du quartier de l'Élysée, en garde statique. Selon l'état-major, ils ne seront pas en contact direct avec les manifestants. En revanche, le parcours de ces derniers reste inconnu et les soldats ne savent pas quelle aptitude adapter en cas de violences à leur égard.

"On n'est pas préparé à ça"

"On a en permanence le gilet pare-balles sur nous et le fusil d'assaut. On n'a pas le matériel de protection que vont avoir les CRS, on n'a pas les protège-jambes, on n'a pas toute l'espèce de carapace qu'ils ont sur eux. Si on se fait caillasser, soit on rentre dans le bâtiment pour se mettre à l'abri, soit on ne peut pas se mettre à l'abri pour X raison. La seule réponse qu'on pourra avoir à ce moment-là, c'est peut-être un coup de gazeuse au début ou un coup de matraque télescopique, mais après s'il y a trop de monde, oui, malheureusement il risque d'y avoir des morts", explique un soldat à franceinfo. "L'armée, au niveau du gouvernement, ça reste le petit joker. On le sort quand on en a besoin", conclut-il.

D'autres refusent de pointer leur arme sur les manifestants. "C'est absurde, c'est du n'importe quoi. On n'est pas préparé à ça. Nous, en termes techniques, on lutte contre un ennemi. Et l'ennemi ne peut pas être la population, ce n'est pas possible. C'est la situation dans laquelle on essaie de mettre les militaires aujourd'hui", estime un militaire. "Au niveau des états-majors, ça bouillonne pas mal, les juristes sont dessus pour revoir les règles d'engagement, parce que là aussi, il ne faut pas faire d'erreur", ajoute-t-il.

 

 

 

Vu sur : franceinfo
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 22/03/2019 - 19:41
@Benvoyons
Je cause, car vous n'arrêtez pas d'écrire que les militaires et gendarmes font le même travail. Je sais de quoi je parle. Le Pape, quand il est tout nu dans sa baignoire est un homme. Le militaire, quand il est tout nu dans sa baignoire est un homme; le gendarme, quand il est tout nu dans sa baignoire reste un gendarme. A la moindre peccadille, le gendarme dira au militaire qu'il sont dans le même ministère, mais ...c'est tout. Il n'y a que quand il est emmerdé et qu'il lui manque des polochons, des draps ou des couvertures dans sa caserne, qu'il ira dans un régiment quémander chez le responsable du Matériel. Nous ne sommes pas du même monde et c'est très bien comme ça. Moi, je parle de chose que je connais, moi.
Benvoyons
- 22/03/2019 - 17:22
assougoudrel - 22/03/2019 - 15:25 Les Gendarmes qui
gardent les édifices sont des militaires avec des armes létales. Ils seront remplacés par des militaires avec des létales. Donc si des casseurs viennent attaquer l'édifice et bien il sera reçu de la même manière si se sont des militaires Gendarmes avec des armes létales ou des Militaires avec des armes létales. Les Gilets ne risquent rien puisqu'ils ne sont pas des casseurs & ne vont pas manifester contre des bâtiments ni essayer d'y entrer.
Donc de quoi vous causez ?????
assougoudrel
- 22/03/2019 - 15:25
Le gendarme est un militaire, oui, mais, bien
que faisant partie du même ministère, ils n'ont pas la même mission. D'ailleurs, il y a deux sortes de gendarmeries; la Départementale et la Mobile. Nous avons affaire à la deuxième qui peut être appelée n'importe où sur le territoire nationale, l'outre-mer et en Opex (la Prévôté qui joue le rôle de douanier et contrôle les bagages des militaire avant de revenir en France). Le gendarme a sa mission de gendarme (maintien de l'ordre) et le militaire est un combattant; il est dans une Unité de Combat ou dans les Transmissions, la Logistique ou alors dans un Service comme le Commissariat (l'ancien intendance) ou le Service des Essences. Le militaire est sur le terrain et il peut combattre dans les localités. Il n'est pas formé pour le maintien de l'ordre. Si il est attaqué, il tire. Il n'est pas comme le policier à qui on demande de ne pas utiliser son arme. Macron fait appel à l'Armée, très bien. Mais il faudrait qu'il fasse appel aussi à elle pour désarmer la banlieue et faire le ménage. Seulement, il faut aussi qu'il fasse le ménage dans sa tête.