En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© RYAD KRAMDI / AFP
Etat de santé

Abdelaziz Bouteflika serait "sous menace vitale permanente" selon la Tribune de Genève

Publié le 18 mars 2019
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a récemment été hospitalisé en Suisse. A son retour, les élections présidentielles ont été reportées et il a indiqué qu'il renonçait à se présenter pour un cinquième mandat. De nombreuses questions se posent sur son état de santé depuis son AVC. La rédaction de la Tribune de Genève a fait des révélations sur ce sujet sensible.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a récemment été hospitalisé en Suisse. A son retour, les élections présidentielles ont été reportées et il a indiqué qu'il renonçait à se présenter pour un cinquième mandat. De nombreuses questions se posent sur son état de santé depuis son AVC. La rédaction de la Tribune de Genève a fait des révélations sur ce sujet sensible.

Lors de la récente visite du président algérien en Suisse, la Tribune de Genève a dévoilé des informations sur l'état de santé du président algérien. Selon le journal suisse, Abdelaziz Bouteflika "souffre de problèmes neurologiques et respiratoires". Il serait "sous menace vitale permanente". 

Le journal suisse a précisé que la situation de l'homme politique, âgé de 82 ans, s'est fortement dégradée ces dernières années. 

"D’un état de fragilité mais permettant une vie à peu près normale, il s’est transformé en patient dont l’état est très précaire et nécessite des soins constants".

Selon la Tribune de Genève, le principal danger sur le plan de la santé pour Abdelaziz Bouteflika concerne le fait qu'il "présente de hauts risques de faire des fausses routes, c’est-à-dire que des aliments peuvent être dirigés vers ses voies respiratoires, ce qui peut entraîner une infection pulmonaire grave. En langage médical, on parle de "broncho-aspiration"".

Abdelaziz Bouteflika souffre principalement de problèmes neurologiques et respiratoires :

"Il ne souffre d’aucun mal mortel à court terme, mais" il "peine à se remettre des conséquences de son attaque cérébrale de 2013".

Le journal suisse indique également qu'Abdelaziz Bouteflika souffre d'aphasie, une perte partielle du langage : 

"Il semble réceptif à ce qu’on lui dit, mais on le comprend à peine. Il faut pratiquement lire sur ses lèvres. Son imposante équipe médicale - quatre médecins algériens, dont un cardiologue, un anesthésiste et un interniste - lui sert d’interprète avec le monde extérieur et parle souvent à sa place".

Les révélations de la Tribune de Genève apportent donc un éclairage sur les raisons qui auraient pu pousser le président Abdelaziz Bouteflika à renoncer à sa candidature pour un cinquième mandat. Abdelaziz Bouteflika a été hospitalisé aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) à la fin du mois de février et au début du mois de mars.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition Stéphane Gayet

05.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

07.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 18/03/2019 - 18:25
Zombie
Et on veut faire croire que c'est ce mort-vivant, même plus walking, qui prend des décisions ?