En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Pouvoir d'achat
Bruno Le Maire n'est pas opposé à une baisse de la TVA sur certains produits
Publié le 27 janvier 2019
Le ministre de l'Economie a reconnu "un manque de cohérence sur les taux de TVA" ce dimanche sur France Inter.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministre de l'Economie a reconnu "un manque de cohérence sur les taux de TVA" ce dimanche sur France Inter.

C'est l'une des revendications votées lors de l'émission co-animée par Marlène Schiappa et Cyril Hanouna : la baisse de la TVA, voire la suppression de cette taxe, sur les produits de première nécessité. 

Interrogé à ce sujet ce dimanche, lors d'une interview sur France Inter, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire s'est dit "ouvert à toutes les propositions". Reconnaissant un "manque de cohérence sur les taux de TVA", et a promis : "Nous verrons ce que les Français nous demandent à la fin du grand débat national comme priorité absolue et nous en tiendrons évidemment le plus grand compte."

Reste que les marges de manoeuvre du gouvernement sont limitées. Selon une directive européenne de 2006, le taux de TVA réduit ne peut être inférieur à 5%, à l'exception de certains secteurs/produits taxés à 2,1%, comme la presse ou les médicaments remboursés par la Sécurité sociale. Trois pays appliquent une TVA à 0% sur les produits alimentaires de base (l'Irlande, Malte et le Royaume-Uni), mais cela s'explique par le fait que ce taux 0 a été mis en place avant qu'ils intègrent le marché unique européen.

Autre limite : le coût d'une telle mesure et son impact limité. "À chaque fois qu'on bouge un taux de TVA, cela coûte des centaines de millions ou des milliards d'euros au contribuable et au Trésor public. Il faut qu'en regard de cela, les Français puissent se dire que cela améliore vraiment leur vie quotidienne", prévient Bruno Le Maire. Un exemple récent le montre : la baisse de la TVA dans le secteur de la restauration, en juillet 2009, de 19,6 % à 5,5 %, n'a pas produit les effets promis : 56% des bénéfices de cette baisse ont été empochés par les restaurateurs.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Nucléaire : la France aime se faire peur
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Beredan
- 30/01/2019 - 08:00
Gisement fiscal à exploiter
Qu’attend donc notre petit génie pour imposer une contribution exceptionnelle aux caïds des cités dont l’économie souterraine a connu un boom depuis l’irruption Des gilets jaunes et le départ des forces de police ?
Bérurier74
- 28/01/2019 - 17:31
Ben oui...
C'est fou ce qu' un arriviste devient accommodant quand il a chaud pour ses fesses.
Lemaire est passé en un trait de temps du rôle de candidat Président à celui de petit télégraphiste de Macron, tout ça pour un plat de lentilles.
La différence entre un politicien et un homme d'État en somme. A zapper.
Max.B
- 27/01/2019 - 21:37
Baisse de la tva
Que sont ils les produits de premières nécessités? Le dernier ministre du commerce a ccréé une loi obligeant les distributeurs à prendre 10% de marge sur les promotions, interdiction de faire plus de 34% de remise sur les produits et là on veut baisser 5% sur un paquet de pages et laisser 20% de tva sur l' électricité. Quel gouvernement de majorettes