En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Tolga AKMEN / AFP
"Dead-end"
"Hard Brexit" : 28% des Britanniques sont favorables à une sortie sans accord
Publié le 22 janvier 2019
Le journal The Guardian a publié un sondage dévoilant l'hypothèse privilégiée par les Britanniques sur l'issue de la crise du Brexit.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le journal The Guardian a publié un sondage dévoilant l'hypothèse privilégiée par les Britanniques sur l'issue de la crise du Brexit.

Alors que Theresa May tente de trouver de nouvelles solutions dans l'épineuse crise du Brexit, la rédaction du Guardian a publié ce dimanche un nouveau sondage sur ce dossier brûlant. Les Britanniques interrogés sont 28% à considérer qu'un Brexit dur sans accord serait la meilleure solution. Un nouveau vote, un second référendum est arrivé en deuxième position avec 24%. 

Après le rejet massif de l'accord sur le Brexit, les personnes interrogées devaient répondre sur ce qui devrait se passer par la suite. 

L'option la plus populaire, soutenue par 28% des électeurs, est donc la solution la plus extrême, un Brexit sans accord. 

Ce sondage en ligne représentatif a été effectué auprès de 2.046 adultes entre le 16 et le 18 janvier. 

Seuls 8% des citoyens britanniques considèrent que Theresa May devrait continuer à chercher une solution politique en tentant d'obtenir le soutien de son projet au parlement. 11% pensent qu'elle devrait convoquer des élections générales.

Theresa May a présenté son "plan B" ce lundi. La première ministre britannique a proposé d’amender l’accord avec Bruxelles et a promis d’être plus à l’écoute du Parlement. Des mesures concrètes ont également été dévoilées. Theresa May tente de mener à bien la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. L'échéance est prévue pour le 29 mars 2019. Theresa May a également surmonté la motion de censure déposée à son encontre la semaine dernière. 

 

Vu sur : Guardian
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Charlotte Casiraghi &Gad Elmaleh n’ont pas la même (idée de l’)éducation, Meghan Markle &son père non plus; Laeticia H. se dé-esseule avec un Top chef, Karine Ferri &Yoann Gourcuff se marient en vivant chacun seul; Jennifer Aniston : ses 50 ans avec Brad
02.
Fake news indétectables : GPT2, le programme développé par l’équipe d’intelligence artificielle d’Elon Musk auquel ses concepteurs préfèrent renoncer tant il leur fait peur
03.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
04.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
05.
Ce que le projet de loi Dussopt sur la fonction publique indique des renoncements d’Emmanuel Macron
06.
Alain Finkielkraut sur son agression : " je n’aurais pas subi ce même genre d’insultes sur les ronds-points"
07.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
03.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
04.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
05.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
06.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
03.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
06.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Bosquet
- 24/01/2019 - 00:30
Brexit ?
Curieuse analyse.. On pourrait aussi dire qu'il ne reste plus que 28% de britanniques favorables à cette option de hard Brexit, la seule qui subsiste après le rejet du soft Brexit. Et que donc 72% des électeurs serait contre une telle sortie.
Un référendum serait donc souhaitable compte tenu de la nouvelle donne.
Bosquet
- 24/01/2019 - 00:30
Brexit ?
Curieuse analyse.. On pourrait aussi dire qu'il ne reste plus que 28% de britanniques favorables à cette option de hard Brexit, la seule qui subsiste après le rejet du soft Brexit. Et que donc 72% des électeurs serait contre une telle sortie.
Un référendum serait donc souhaitable compte tenu de la nouvelle donne.
Bosquet
- 24/01/2019 - 00:30
Brexit ?
Curieuse analyse.. On pourrait aussi dire qu'il ne reste plus que 28% de britanniques favorables à cette option de hard Brexit, la seule qui subsiste après le rejet du soft Brexit. Et que donc 72% des électeurs serait contre une telle sortie.
Un référendum serait donc souhaitable compte tenu de la nouvelle donne.