En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Tolga AKMEN / AFP
Deal or no deal ?
Brexit : l’Union européenne se prépare de plus en plus à une sortie du Royaume-Uni sans accord
Publié le 19 décembre 2018
La Commission européenne s'apprête à mettre en œuvre ses mesures en vue d'un Brexit sans accord. Le cas de figure selon lequel le Royaume-Uni se retirerait de l’Union européenne sans plan semble de plus en plus envisagé.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Commission européenne s'apprête à mettre en œuvre ses mesures en vue d'un Brexit sans accord. Le cas de figure selon lequel le Royaume-Uni se retirerait de l’Union européenne sans plan semble de plus en plus envisagé.

Alors que le plan de sortie proposé par Theresa May est actuellement au coeur des débats au Parlement, le scénario catastrophe d'une sortie du Royaume-Uni sans accord est de plus en plus envisagé sur la crise du Brexit. Le Royaume-Uni a annoncé que 2 milliards de livres sterling (2,5 milliards de dollars) seraient débloqués pour les différents ministères.

Si le Brexit se concluait sans accord en mars prochain, la Commission européenne a également prévu un certain nombre de mesures visant à limiter les perturbations dans des domaines majeurs comme les transports ou les finances. Au total, 14 mesures sont envisagées par la Commission européenne. Ce dispositif législatif doit permettre d’assurer une certaine continuité et d'apporter de la stabilité. Les secteurs concernés par ces principales mesures sont donc la politique climatique, les transports et les douanes, la protection des données, la santé des animaux et des végétaux ainsi que les principaux produits financiers. 

Ces mesures permettraient d’obtenir des avancées et des faveurs pour le Royaume-Uni pendant une période délimitée.   

Les compagnies aériennes britanniques pourront ainsi opérer des vols à destination et en provenance de l'Union européenne, mais pas en son sein. Les transporteurs routiers seront également autorisés à acheminer le fret par route dans l'UE pendant une période de neuf mois, sans avoir à demander de permis. La réglementation britannique sur les services financiers devrait être reconnue comme équivalente à celle de l'Union européenne pour un ou deux ans. 

La Commission européenne a également exhorté les 27 Etats membres restants à adopter une approche "généreuse" des droits des citoyens britanniques dans l'Union européenne à la suite d'un Brexit sans accord, à condition que cette approche soit réciproque par le Royaume-Uni.

Selon la BBC, ces mesures doivent notamment protéger les Etats membres de l'UE des aspects les plus catastrophiques du Brexit si aucun accord n'est conclu.

Les citoyens britanniques n'auront pas besoin de visas pour passer de courts séjours dans les pays de l'Union européenne, selon la Commission. En revanche, pour les séjours de plus de 90 jours, un permis de séjour ou un visa de long séjour sera nécessaire. Les citoyens britanniques qui vivent dans un État membre de l'Union européenne depuis plus de cinq ans doivent également obtenir, sous certaines conditions, un statut de résident de longue durée, a déclaré la Commission.

Les premières orientations de la Commission européenne ont été publiées en novembre. Un projet de texte doit être publié d'ici à la fin de l’année 2018. 

L'accord proposé par Theresa May et obtenu avec l'Union européenne n’a pas obtenu un soutien suffisant de la part du Parlement britannique. Un vote crucial est attendu le mois prochain. Le gouvernement a annoncé ce mardi sa décision de "renforcer" les préparatifs d’un Brexit sans accord. 

Le Royaume-Uni se prépare donc plus que jamais à la planification du Brexit sans accord. Des documents d’information de 100 pages seront transmis aux entreprises ce vendredi. Le Royaume-Uni doit quitter l'Union européenne le 29 mars prochain. 

Vu sur : BBC
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Grand débat : ce vent de bêtise qui siffle sur nos têtes
02.
Prime exceptionnelle de fin d’année : comment Emmanuel à Macron a (nettement) privilégié son électorat sans le vouloir
03.
La France, cette île perdue au milieu des océans ? Tout ce que révèle (aussi) ce dont Emmanuel Macron n’a PAS parlé
04.
Nous avons déjà obtenu de bons résultats : le vrai/ faux des déclarations d’Emmanuel Macron sur sa politique économique
05.
Emmanuel Macron : la conférence de presse dont on se souviendra parce qu’il... n’y avait rien de particulier à en retenir
06.
Cash investigation : poursuivi par Elise Lucet, un patron s'enfuit en courant
07.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
04.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
05.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
06.
Etudiante, Nathalie Loiseau s'est présentée sur une liste d'extrême droite
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lima59
- 20/12/2018 - 07:33
Heureusement, le parlement
Heureusement, le parlement Brittanique à du bon sens. Signer l'accord entre May et lU.E; eu été catastrophique pour le U.K.
J'espère une sortie du R.U. sans accord. Car barnier ne veut que humilier le U.K.
Anouman
- 19/12/2018 - 19:03
Brexit
"pour les séjours de plus de 90 jours, un permis de séjour ou un visa de long séjour sera nécessaire" Et ceux qui arrivent par la Lybie il leur en faut un aussi?
cloette
- 19/12/2018 - 17:30
Et le Frexit ?
Pas de Frexit en vue ?