En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© iStockphoto
La lumière au bout du tunnel

Cette étude qui décrit ce qu'il se passe dans notre cerveau au moment de la mort

Publié le 26 novembre 2018
Une université de Berlin s'est mise en tête de savoir ce qu'il se passe dans notre cerveau lorsque l'on meurt. Et le moins que l'on puisse dire c'est que la mort n'est pas de tout repos.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une université de Berlin s'est mise en tête de savoir ce qu'il se passe dans notre cerveau lorsque l'on meurt. Et le moins que l'on puisse dire c'est que la mort n'est pas de tout repos.

La question a été traitée de manière philosophique ou religieuse mais la science n'a jamais eu de vraie réponse à donner. Que se passe-t-il dans notre esprit au moment de la mort ? Les seules pistes dont l'on dispose pour décrire le "ressenti" de la mort sont les EMI (Expériences de mort imminente), mais approcher la mort et la "vivre" sont deux choses différentes.

C'est pourquoi le professeur en neurologie expérimentale à l'université Charité de Berlin, Jens Dreier et son équipe ont mené une expérience dont l'étude a été publiée dans la revue "Annals of Neurology".

Neuf patients  entrés à l'hôpital suite à des blessures cérébrales, faisaient l'objet d'un monitorage neurologique lourd, plus précis qu'un simple électroencéphalogramme. Les équipes ont ainsi pu étudier précisément le passage de la vie à la mort.

Selon les résultats de l'expérience, le décès survient entre 2 et 5 minutes après l'ischémie, moment où les organes (dont le cerveau) ne sont plus alimentés en sang. Le décès en lui-même dure une dizaine de minutes et se termine par une "vague de dépolarisation" qui "tue" les neurones. Au moment de l'ischémie, les neurones se mettraient en mode "veille" pour économiser le peu d'énergie qui leur reste et pourraient ainsi résister pendant plusieurs minutes.

Mais au bout d'un moment, l'un des neurones "craquerait" et se dépolariserait. Il larguerait ainsi ses stocks glutamate, un neurotransmetteur excitateur du cerveau, ce qui démarrerait une réaction en chaîne qui se propagerait à tous les neurones. La mort se ferait donc dans un "bouquet final" d'excitation avant l'extinction. Une réaction qui pourrait fournir une explication aux hallucinations et différentes lumières blanches aperçues par les patients ayant fait l'expérience en EMI.

 

 

Vu sur : Les Echos
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

05.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 29/11/2018 - 18:27
la lumière au bout du tunnel
j'en perds ma logique
la déflagration finale entrainerait la perception de lumière blanche ? si c'est cela , ceux qui l'ont vu et l'on décrite comment ont ils interrompu la déflagration ?
cloette
- 27/11/2018 - 18:41
ces témoignages
de rescapés, sont interprétés comme feu d'artifice de neurones, mais ces rescapés l'interprètent autrement, comme une sorte d'horizon vers lequel ils se dirigent avec un sentiment positif, si j'ai bien compris, mais il y a des témoignages contraire, ou le tunnel est tout noir avec une angoisse, donc ? De plus la conscience n'est-elle qu'un amas de neurones avec des réactions chimiques, ou autre chose difficile à définir ? On est avec cette question dans le même domaine , homme neuronal ou pas ?