En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© JACQUES DEMARTHON / POOL / AFP
Chaises musicales

Justice : l'Elysée s'immisce dans la nomination des procureurs pour succéder à François Molins notamment

Publié le 26 septembre 2018
Un nouveau virage a été pris par l'exécutif qui s'intéresse de plus en plus à la Justice avec les récents rebondissements dans la nomination de la personne qui succèdera à François Molins.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un nouveau virage a été pris par l'exécutif qui s'intéresse de plus en plus à la Justice avec les récents rebondissements dans la nomination de la personne qui succèdera à François Molins.

L'exécutif s'intéresse de plus en plus à la justice. Nicole Belloubet, la garde des sceaux, devait proposer au Conseil supérieur de la magistrature (CSM) le nom de Marc Cimamonti pour ce poste. L’Elysée a fait part de ses réticences, selon des informations du Figaro, dévoilées ce lundi 24 septembre.

Le procureur de Lyon, qui occupe également la fonction de président de la Conférence nationale des procureurs de la République se verra finalement attribuer le poste de procureur général de la cour d'appel de Versailles. Marc Cimamonti va donc bénéficier d'un lot de consolation important. 
 
Le processus entier a été revu. Parmi les neuf candidats pour succéder à François Molins, la chancellerie en avait selectionné trois. 
 
La ministre de la Justice a auditionné le 5 juillet dernier Marc Cimamonti, Maryvonne Caillibotte (avocate générale à la cour d'appel de Paris) ainsi que Marie-Suzanne Le Quéau (procureure générale de Douai).  
 
La chancellerie a finalement lancé un nouvel appel à candidatures au lieu de choisir parmi ces candidatures. L'objectif de cette manoeuvre doit permettre de faire surgir d’autres profils des rangs de la magistrature. Le Syndicat de la magistrature a dénoncé un "choix du prince".
 
Emmanuel Macron, et Edouard Philippe souhaitent donc s’impliquer directement dans le choix des postes de procureur de la République ou de procureurs généraux les plus importants.
 
Selon des informations du Monde, le chef de l'Etat demande à la garde des sceaux des explications sur les magistrats qu’elle souhaiterait nommer à des postes importants au parquet ou au parquet général. Edouard Philippe aurait également reçu, cet été, les trois candidats malchanceux à la succession de François Molins.
 
Les efforts d'Emmanuel Macron et sa mobilisation sur ce dossier par rapport à cette nomination dénotent par rapport à la distance affichée par son prédécesseur. François Molins avait été nommé à la tête du premier parquet de France par Michel Mercier, le dernier ministre de la justice de Nicolas Sarkozy. Emmanuel Macron renoue avec les pratiques des présidences de la République antérieures à celle de François Hollande.
 
Le président Macron souhaite avoir son mot à dire dans le choix des postes les plus importants du ministère public. Selon les textes de loi et la Constitution, il en a le droit. Le gouvernement soumet pour avis au CSM le nom des magistrats qu’il compte nommer au parquet. 
 
François Molins n'est pas en mesure de rejoindre la Cour de cassation comme procureur général. Il va devoir attendre d'être remplacé au parquet de Paris. Le poste ne peut pas être laissé vacant
 
Un autre appel à candidatures a été lancé pour six autres postes de procureurs de la République (Aix-en-Provence, Versailles, Grenoble, Caen, Lyon et Orléans) et cinq postes de procureurs généraux (aux cours d’appels de Besançon, Chambéry, Nîmes, Orléans et Cayenne).
 
Le gouvernement a donc choisi de prendre en main l’action publique et de s'intéresser aux dossiers des nominations des procureurs.  
Vu sur : Lu sur Le Monde
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Une suggestion pour Greta Thunberg : et si pour sauver la planète, on guillotinait les riches ?

04.

Carlos Ghosn : enfin un ami, Francis Ford Coppola !

05.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

06.

Les épargnants français, bipolaires ?

07.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

01.

Avant Berlusconi, Cristiano Ronaldo ?

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

04.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires