En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
ça vient d'être publié
light > Sport
Vive émotion
Coronavirus : mort de Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, à l'âge de 68 ans
il y a 1 heure 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Terra Incognita : une histoire de l’ignorance" de Alain Corbin : récit des incroyables erreurs sur les secrets de notre planète bleue, stimulant !

il y a 5 heures 12 min
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 6 heures 41 min
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 8 heures 19 min
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 9 heures 38 min
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 11 heures 18 min
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 12 heures 33 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 14 heures 38 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 15 heures 6 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 15 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un long moment de silence" de Paul Colize : les destins croisés d’un homme d’aujourd’hui qui enquête sur la mort mystérieuse de son père, lors de l’attentat du Caire en 1954

il y a 4 heures 49 min
light > Insolite
Pouvoir de l'amitié
Aventoft : l'amitié ne connaît pas de frontières pour Inga Rasmussen et Karsten Tüchsen Hansen, malgré le confinement
il y a 5 heures 42 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 7 heures 46 min
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 8 heures 42 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 10 heures 44 min
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 12 heures 16 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 14 heures 9 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 14 heures 51 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 15 heures 22 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 16 heures 8 min
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
© PHILIPPE DESMAZES / AFP
Exhumation

En Espagne, les socialistes s'attaquent à la tombe de Franco

Publié le 24 août 2018
Le dictateur espagnol, mort en 1975, est enterré dans un immense mausolée de la Valle de los Caidos que les socialistes souhaitent "désacraliser".
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le dictateur espagnol, mort en 1975, est enterré dans un immense mausolée de la Valle de los Caidos que les socialistes souhaitent "désacraliser".

L'ancien dictateur git dans la "Vallée de ceux qui sont Tombés" depuis sa mort en 1975. Ce monument, dont certains critique l'esthétique architecturale "totalitaire", est une épine dans le pied de l'Espagne, du moins dans l'esprit du tout nouveau gouvernement socialiste de Pedro Sanchez. Ce dernier conteste depuis son arrivée au pouvoir l'existence d'un tel monument, y voyant une entrave à la réconciliation historique du pays. Par ailleurs, la gigantesque croix de béton qui surplombe le tombeau agace aussi une Espagne plus laïque que jadis. A gauche, des voix s'élèvent pour mettre fin à cette impunité dont semble jouir Franco dans son pays, comparant même le "Caudillo" à Hitler ou Mussolini, ce que l'historiographie traditionnelle espagnole n'a jamais accepté.  Un projet de musée de mémoire devrait donc prochainement remplacer les tombeaux.

Pourtant, le monument de la Valle de los Caidos avait été pensé par Franco dans un but éminement réconciliateur, non pas comme mausolée de dictateur, mais comme tombeau pour tous les combattants de la guerre civile espagnole qui a déchiré le pays entre 1936 et 1939. Et la droite de rappeler que cette tombe est aussi celle de 10.000 soldats républicains. Le Parti Populaire (droite) dénonce donc une volonté de rouvrir, en même temps que les tombeaux - les cicatrices du passé. 

Le gouvernement socialiste veut transférer le corps du général dans le caveau familial de Madrid, ce à quoi la famille Franco s'oppose avec hargne. Conscient qu'il s'agit d'un terrain miné, le gouvernement peut s'appuyer sur les soutiens des Catalans et des Basques, ainsi que de l'extrême-gauche Podemos sur ce sujet. 

Conséquence ennuyeuse de cette annonce pour le gouvernement : les visites à la "Valle" ont explosé ces derniers mois. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires