En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Federico PARRA / AFP
Bouffée d'impérialisme et d'ingérence
Donald Trump aurait confié à son équipe : pourquoi ne pas envahir le Venezula ?
Publié le 04 juillet 2018
A l'occasion d'une réunion en août dernier, le président américain Donald Trump aurait suggéré de mener une opération militaire afin de renverser Nicolas Maduro.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion d'une réunion en août dernier, le président américain Donald Trump aurait suggéré de mener une opération militaire afin de renverser Nicolas Maduro.

Le 10 août 2017, une réunion était orchestrée à la Maison Blanche afin de débattre du sort de Venezuela. 

L'agence Associated Press et des médias américains viennent de révéler, ce mercredi 4 juillet 2018 (jour de la fête nationale américaine), que Donald Trump aurait lâché une "bombe" en plein entretien dans le Bureau ovale lors de cette réunion en août 2017. Le président américain aurait demandé pourquoi ne pas simplement envahir le Venezuela et destituer Maduro ?
 
Ces mots du locataire de la Maison Blanche auraient stupéfié les personnes présentes. Cette information a été révélée par le récit anonyme d'un haut responsable de l'administration. 
 
Le secrétaire d'Etat Rex Tillerson et le conseiller à la sécurité nationale, H.R. McMaster, étaient notamment présents lors de cette scène surréaliste. Les deux hommes ne sont d'ailleurs plus au cœur de l'administration Trump aujourd'hui. 
 
Pendant près de cinq minutes, le général McMaster et d'autres personnes auraient tenté d'expliquer à Donald Trump les risques liés à cette éventuelle intervention militaire au Venezuela. 
 
Donald Trump avait évoqué dès le lendemain la menace d'une "action militaire". Le président américain aurait continué à évoquer la possibilité d'une intervention militaire avec le président colombien, Juan Manuel Santos et en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, en septembre, à New York, durant un dîner avec quatre chefs d'Etat latino-américains. 
 
Au cours du dîner, il aurait confié à ses convives que son staff lui aurait interdit d'aborder cette question. Trump a alors insisté et a demandé à chaque dirigeant sud-américain présent autour de la table son opinion sur une solution militaire au Venezuela. 
 
Les réserves de pétrole dans ce pays, le leader Maduro et la crise au Venezuela semblaient littéralement démanger Donald Trump. Le président américain paraissait obnubilé par ce dossier vénézuélien à l'époque.  
 
Nicolas Maduro a profité de cette menace pour remobiliser ses soutiens avec la propagande anti-américaine et les évocations de la menace d'une ingérence de Washington.
 
La Maison Blanche n'a pas souhaité communiquer sur ces conversations privées au sujet du Venezuela. 
 
Vu sur : Lu sur Bloomberg
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
03.
Loi Alimentation : sans surprise, les effets pervers s'accumulent
04.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
05.
L’arrestation d'un journaliste qui montre que Poutine contrôle beaucoup moins la Russie et ses services de renseignement qu’on l’imagine depuis l’étranger
06.
Le sondage qui montre que les sympathisants de LREM se situent de plus en plus à droite
07.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
Scandale à la FFF
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
Déjà 10 ans de croissance record aux Etats-Unis : voilà les erreurs françaises et européennes qui nous en ont privé
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
SOS partis disparus : quand la démocratie française s’abîme dans une crise d’immaturité collective
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Emmanuelle Mignon, proche de Nicolas Sarkozy, qualifie Emmanuel Macron de "meilleur président de droite qu'on ait eu depuis un certain temps"
06.
La droite après Les Républicains
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 05/07/2018 - 09:14
A l'heure actuelle, on ne peut
plus plaisanter, ni parler au second degré. Beaucoup n'attendent que ça pour polémiquer.
vangog
- 04/07/2018 - 20:50
Pourquoi une dictature socialiste serait-elle à l’abri?...
Bien-sûr que Donald a raison de menacer cette dictature d’une invasion (les caritativo-gauchistes nous imposent bien la leur, en UE laxiste!...). Le grand danger, c’est que le peuple vénézuélien sorte du lavage socialiste de cerveau, et ça a l’air de faire très peur aux médias gauchistes...