En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 3 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 4 heures 10 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 5 heures 6 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 6 heures 2 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 7 heures 43 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 10 heures 18 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 11 heures 2 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 11 heures 39 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 12 heures 15 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 13 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 3 heures 59 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 4 heures 44 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 5 heures 28 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 6 heures 58 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 10 heures 10 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 10 heures 45 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 11 heures 6 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 12 heures 44 sec
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 12 heures 43 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 13 heures 31 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
L'Europe face à ses responsabilités

Crise des réfugiés : François Bayrou aborde les questions du délit de solidarité, le vent de défiance en Europe ainsi que le rôle des ONG et des passeurs

Publié le 28 juin 2018
François Bayrou a vivement dénoncé la répression du délit de solidarité. Il soutient en revanche la politique migratoire du chef de l'Etat.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Bayrou a vivement dénoncé la répression du délit de solidarité. Il soutient en revanche la politique migratoire du chef de l'Etat.

L'homme à la tête du MoDem, François Bayrou, était invité ce jeudi matin sur l'antenne de BFM TV. Il a notamment été interrogé sur la crise des migrants et sur le délit de solidarité. 

Le Conseil constitutionnel a examiné cette semaine une question de constitutionnalité (QPC) sur le délit de solidarité. Le Conseil tranchera le 6 juillet prochain et dira si ce délit est compatible ou non avec la "fraternité" de la devise nationale française. 
 
Depuis l'adoption de la loi asile et immigration, le "délit de solidarité" a été assoupli. Les militants apportant de l'aide, un logement, de la nourriture ou des soins aux migrants sans contrepartie lucrative sont dorénavant exemptés de sanctions.
 
François Bayrou a donné son avis tranché sur la question : 
 
"Des êtres humains qui se battent pour des raisons éminemment morales ne sont pas des ennemis de la société". 
 
Alors que le sommet sur la crise européenne au sujet des migrants et de l'immigration s'ouvre ce jeudi à Bruxelles, François Bayrou s'est montré très inquiet.
 
"La question de la décomposition de l'Europe est à l'ordre du jour et ce n'est jamais arrivé".
 
Le leader du MoDem tient à souligner le paradoxe en matière de défi migratoire : 
 
"Nous avons aujourd'hui 10 fois d'immigration qu'il y a deux ans". 
 
Il a notamment dénoncé ceux qui en Europe "tentent de vendre à l'opinion publique, en vue de gains électoraux, que ce sera beaucoup mieux chacun pour soi". Il s'agit là, pour François Bayrou, de "l'idée la plus destructrice pour ce que nous sommes", notamment en matière "d'économie, de défense". 
 
Selon le dirigeant du MoDem, ces décisions affaibliraient l'Europe face aux grands rivaux sur la scène internationale. Cette idée servirait "les Etats-Unis et la Chine face auxquels le seul pôle de résistance est l'Europe. Détruire et décomposer ce pôle de résistance là est une formidable affaire pour ceux qui voudraient être seuls à diriger la planète". 
 
François Bayrou est également revenu sur le rôle délicat des ONG et les réalités inhumaines pour les hommes, les femmes et les enfants qui tombent dans les griffes des passeurs : 
 
"Le ticket de sortie [est vendu] autour de 4000 à 5000 euros pour chacun. On leur vend ce ticket, on les embarque sur des bateaux, on crée un risque d'abandon et de naufrage et à ce moment-là des ONG interviennent. C'est noble qu'elles interviennent, mais les passeurs comptent sur cela pour y arriver. Et le réalisme oblige à dire qu'il faut aller chercher ces réseaux de passeurs pour mettre un terme ou ralentir leurs trafics". 
 
Le leader du MoDem tient à souligner les dangers pour l'opinion publique et pour la classe politique dirigeante sur ses sujets : 
 
"L'opinion, les concitoyens, ne doivent pas être envahis par le sentiment qu'on laisse tout faire. [Sinon], se lèvent des vagues de rejet qu'on a vécues en Italie, qu'on vit en Europe de l'Est, qu'on vivra dans d'autres pays. Ces vagues de rejet ne sont pas admirables, [elles sont] tellement fortes qu'un dirigeant digne de ce nom doit les prendre en considération". 
 
Vu sur : Lu sur Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 28/06/2018 - 17:54
Bayrou
Toujours aussi confus ce pauvre Bayrou...