En direct
Best of
Best Of
En direct
© MAHMUD TURKIA / AFP
Décisions en matière d'immigration
Le ministre de l'Intérieur italien Matteo Salvini effectue un déplacement stratégique en Libye
Publié le 25 juin 2018
Matteo Salvini, au cœur de nombreux débats houleux avec Emmanuel Macron sur la question de l'immigration et des réfugiés (lors de la crise de l'Aquarius), est en Libye ce lundi.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Matteo Salvini, au cœur de nombreux débats houleux avec Emmanuel Macron sur la question de l'immigration et des réfugiés (lors de la crise de l'Aquarius), est en Libye ce lundi.

Le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini (membre de la Ligue) a déjà fait énormément parler de lui depuis son arrivée au pouvoir. Ses prises de position sur l'immigration, le recensement des Roms, les dénonciations des pratiques de l'Union européenne ou bien encore sa confrontation avec le journaliste Roberto Saviano ont fait couler beaucoup d'encre.

Matteo Salvini est donc parti ce lundi matin pour la Libye. Le ministre de l'Intérieur italien devait rencontrer les autorités du pays afin d'aborder la délicate question des migrants. Le vice-premier ministre libyen Ahmed Miitig s'est confié dans les colonnes de La Repubblica, dans le cadre de cette visite. 
 
"La collaboration entre l'Italie et la Libye est décisive. Les trafiquants qui font venir les migrants en Italie sont pour nous des bandes criminelles dangereuses, qui ne permettent pas à la Libye de faire des pas en avant en direction d'une difficile normalisation. Nous devons arrêter ce trafic aux frontières méridionales de la Libye et toute l'Europe doit penser aux mesures structurelles à prendre dans les pays africains pour stopper les migrants". 
 
Ahmed Miitig est "préoccupé" par les tensions entre l'Italie et la France.
 
"L'Italie et la France, outre le fait qu'il sont des piliers de l'UE, sont deux pays stratégiques pour la sécurité, le bien de la Libye et de la Méditerranée. Nous devons travailler tous ensemble pour trouver des solutions, pour la stabilité de la mer qui nous unit".
 
L'Italie ne souhaite plus accueillir dans ses ports les bateaux des ONG qui viennent en aide aux réfugiés. Le nouveau gouvernement d'alliance, au pouvoir en Italie depuis quelques semaines à peine, souhaite mettre en œuvre une politique très ferme sur la question de l'immigration.    

 

Les annonces de Matteo Salvini en Libye 

 
Le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini a dévoilé ce lundi à Tripoli que l'Italie allait proposer l'installation de "centres d'accueil et d'identification" au sud de la Libye lors du sommet de l'Union européenne qui s'ouvre jeudi à Bruxelles.
 
"Nous soutiendrons, d'un commun accord avec les autorités libyennes, la mise en place de centres d'accueil et d'identification (de migrants) au sud de la Libye, à sa frontière externe, pour l'aider autant que l'Italie à bloquer la migration".
 
Ahmed Miitig a en revanche indiqué que son pays "refuse catégoriquement l'installation de camps pour migrants en Libye". 
 
Le vice-Premier ministre libyen du Gouvernement d'union nationale a affirmé avoir invité les pays européens de la Méditerrané, à participer à un sommet sur l'immigration en septembre à Tripoli. Lors de sa visite dans la capitale libyenne, Matteo Salvini s'est également entretenu avec le ministre de l'Intérieur libyen Abdessalam Achour.  
 
 

Missione #Libia, si parte! pic.twitter.com/HTnLccSZ6A

— Matteo Salvini (@matteosalvinimi) 25 juin 2018

Hotspots dell'accoglienza in Italia?Sarebbe problema per noi e per la Libia stessa perché i flussi della morte non verrebbero interrotti.
Noi abbiamo proposto centri di accoglienza posti ai confini a Sud della Libia per evitare che anche Tripoli diventi un imbuto, come Italia. pic.twitter.com/3kfFfMIgTJ

— Matteo Salvini (@matteosalvinimi) 25 juin 2018

Qui Tripoli, ho appena incontrato il ministro dell’Interno libico Abdulsalam Ashour. Il mio
impegno sarà massimo per rinsaldare l’amicizia tra i nostri due Paesi e la collaborazione su tutti i fronti, a partire dall’emergenza immigrazione. Vi tengo aggiornati! pic.twitter.com/9OiTeelQnu

— Matteo Salvini (@matteosalvinimi) 25 juin 2018

 

Vu sur : Lu sur Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
07.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 25/06/2018 - 23:53
Il bosse, Matteo Salvini!...
Il fait le travail que n’a jamais fait la bécasse gauchiste Moguerrini...et il parviendra à stopper cette invasion...forza Italia!
J'accuse
- 25/06/2018 - 19:23
Accueil ?
Comment des centres d'accueil pourraient-ils ne pas être des camps de migrants ? A quoi sert-il d'identifier des migrants ? Ils migrent, donc ce sont des migrants dont l'identité n'a aucune importance (ils ne vont pas dire qu'ils sont terroristes). Il faut empêcher les migrants de prendre la mer, pas les accueillir !
gerint
- 25/06/2018 - 15:48
@Assougoudrel
Un très grand nombre de Français savent maintenant que Macron est une vipère, un persifleur malsain