En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Trouble à l’ordre public vs liberté d’expression
Gérard Collomb envisage d’interdire le concert du rappeur Médine au Bataclan
Publié le 13 juin 2018
Le gouvernement envisagerait d’interdire les concerts de l’artiste Médine au Bataclan, prévus les 19 et 20 octobre 2018.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement envisagerait d’interdire les concerts de l’artiste Médine au Bataclan, prévus les 19 et 20 octobre 2018.

Cette mesure pourrait être prise en cas de trouble à l’ordre public. Cette annonce a été faite par Gérard Collomb. Le ministre de l’Intérieur s'est exprimé à ce sujet dans le cadre des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale. 

"Nous ne sommes pas maîtres de la programmation du Bataclan mais, comme vous le savez, tout ce qui peut amener un trouble à l'ordre public peut, dans les limites de la loi, pouvoir trouver une interdiction. Nous verrons d'ici le mois d'octobre mais nous saurons toujours, avec le Premier ministre, avec le gouvernement, prendre nos responsabilités".
  
Les concerts en question dans la salle du Bataclan, ciblée lors de la nuit d’horreur des attentats du 13 novembre 2015, sont au cœur d’une vive polémique depuis dimanche, suite aux textes de l’une des chansons de l’artiste et pour le nom de l’un de ses albums ("Jihad", en 2005).  
 
Laurent Wauquiez et Marine le Pen estiment que ces concerts sont une atteinte à la mémoire des victimes. Ils exigent une déprogrammation. 
 
Le rappeur Médine a tenu à réagir ce lundi sur les réseaux sociaux face à l’ampleur de la polémique.  L’artiste dans son message renouvelle ses "condamnations passées à l'égard des abjects attentats du 13 novembre 2015 et de toutes les attaques terroristes"
 
Il a également accusé l’extrême droite de tenter "d’instrumentaliser la douleur des victimes et de leur famille (...) [de] dicter la programmation de nos salles de concert (…) [et de] limiter notre liberté d’expression". 
 
Reste donc à savoir si Gérard Collomb mettra sa menace à exécution à la rentrée prochaine. Les autres dates de la tournée de Médine ne seront pas concernées à priori. Seules les dates polémiques au Bataclan pourrait être annulées. 
Vu sur : Lu sur Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
05.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
06.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
04.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
05.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
06.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 15/06/2018 - 00:43
En cas de « trouble à l’ordre public »...
Collombo-de-poulet va « envisager » de faire une grosse commission, afin de décider s’il y a trouble ou pas à l’ordre public...et quand enfin, le bronze sera tombé dans le trou, Collombo poussera un ouf de soulagement en faisant défiler son papier...mais cela fera déjà plusieurs lustres que Médine aura terminé ses concerts, et parti hanter d’autres contrées de belle Navarre...trop tard!
hermet
- 14/06/2018 - 14:58
??
Vu l'état de décomposition morale de ce pays, pourquoi donc l'interdire ?
Il y a 1 an, l'état a bien organisé une "teuf" sur les champs de bataille de Verdun où toute une jeunesse Française et Européenne fût massacré, au point où nous en sommes voir des islamistes triomphant au Bataclan ne sera pas guère plus odieux que ces célébrations funestes et lâches après chaque attentats islamistes si au moins cela peut faire ouvrir quelques yeux, ça ne suffira pas mais c'est déjà ça..
J'accuse
- 13/06/2018 - 22:41
Très simple
Il suffit d'envoyer une lettre anonyme au ministre (avec copie à des journaux) pour lui dire qu'une bande islamophobe violente va venir tout casser dans le quartier, et il faudra interdire le concert pour des risques de trouble à l'ordre public. Qui s'en charge ?