En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© Federico PARRA / AFP
Maduro au banc des accusés

Un rapport d’experts dénonce de probables crimes contre l’humanité commis au Venezuela

Publié le 30 mai 2018
Des experts mandatés par l'Organisation des Etats américains ont dévoilé dans un rapport qu'ils disposaient d'éléments de preuves sur de possibles crimes contre l'humanité commis au Venezuela.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des experts mandatés par l'Organisation des Etats américains ont dévoilé dans un rapport qu'ils disposaient d'éléments de preuves sur de possibles crimes contre l'humanité commis au Venezuela.

Des officiers vénézuéliens du gouvernement du président Nicolas Maduro ont commis des crimes contre l’humanité selon un panel d’experts. Ils exigent que leurs découvertes, publiées dans un rapport accablant, soient intégrées dans le cadre d’une future poursuite devant la Cour Pénale Internationale. 

Luis Almagro, secrétaire général de l’Organisation des Etats américains a indiqué qu’il allait transmettre le rapport de 400 pages et une montagne de preuves accablantes à la Cour pénale internationale. Le panel international, désigné par le secrétaire général de l’Organisation des Etats américains, réunissait l’Argentin Santiago Canton, le Canadien Irwin Cotler et le Costaricain Manuel Ventura. 
 
Selon Luis Almagro, de très nombreux fonctionnaires gouvernementaux au Venezuela ont clairement utilisé l’État comme un instrument pour terroriser la population. 
 
« Il existe des motifs raisonnables de croire que des crimes contre l'humanité ont été commis au Venezuela depuis au moins le 12 février 2014 ».
 
Les autorités au Venezuela ont dénoncé ce rapport évoquant « une grotesque farce médiatique ». Le rapport expose les cas glaçants de 131 meurtres présumés, commis par des forces de sécurité ou des groupes armés pro-gouvernementaux, baptisés les « collectivos ». Ces atrocités se sont déroulées pendant les émeutes et les manifestations de 2014 à 2017. 
 
Le rapport évoque le cas de 8 292 exécutions hors de tout cadre judiciaire légal depuis 2015. Plus de 12 000 personnes ont été emprisonnées de manière totalement arbitraire depuis les élections présidentielles de 2013, dont  1 300 prisonniers politiques. 
 
« La généralisation et le ciblage systématique d’opposants au régime ou d’ « ennemis de l’Etat » présumés constitue un crime contre l’humanité. Ces actes, pour lesquels il n’y a aucune base légale, n’ont pas été menés de manière spontanée ou de manière isolée. Ils reflètent au contraire une politique mise en place par le Gouvernement du Venezuela, à travers des actions diligentées depuis le plus haut sommet de l’Etat ». 
 
Leurs conclusions sont tirées de cinq auditions menées dans les locaux de l’Organisation des Etats américains à la fin de l’année 2017. Près de 26 témoins ont été interrogés. Des documents ont été récoltés grâce aux victimes, des proches des disparus et près de 40 organisations internationales et non-gouvernementales.  
 
Le président Nicolas Maduro vient de remporter les nouvelles élections. Il entame un second mandat de six ans. 
 
La procureure générale de la Cour pénale internationale, Fatou Bensouda, a annoncé le lancement d’une enquête préliminaire pour des crimes présumés commis par les forces de sécurité et la police vénézuélienne.  
 
Le secrétaire général devrait donc inviter les Etats signataires du Traité de Rome à « appeler à l'ouverture d'une enquête sur les crimes contre l'humanité présentés dans ce rapport ». Luis Almagro avait convoqué en septembre ce panel d'experts pour déterminer si le Venezuela pouvait être passible d'accusations de crimes contre l'humanité devant la Cour Pénale Internationale. 
 
Vu sur : Lu sur le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

03.

Voilà ce qu’on protège vraiment en protégeant le mode de vie européen (et pourquoi le défi est de taille)

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Il meurt après une relation sexuelle lors d'un déplacement professionnel, la justice estime que c'est un accident du travail

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

07.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Insécurité : la sombre réalité française dans le match des criminalités européennes

04.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

05.

L’insécurité, grenade dégoupillée pour la fin du quinquennat Macron ?

06.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

01.

Dérives de l’antiracisme : Lilian Thuram, la maladresse qui cache la forêt des décoloniaux, indigénistes et racisés assumés

02.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

03.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
2bout
- 31/05/2018 - 17:18
Ganesha,
on vous imaginait plus calé que ça en dictatures sud-américaines. Et pourtant comme le fait remarquer Solognitude, le parallèle risque d'être saisissant entre nationalisations des mines de cuivre et puits de pétrole. Reste un détail à régler : mettre en place le nouveau Pinochet qui servira la cause.
Benvoyons
- 31/05/2018 - 10:24
La diiférence au Chili le pouvoir Socialiste ne tenait que par
entente il n'avait pas la totalité du pouvoir. Mais ils se sont organisé pour le prendre totalement donc en trompant le résultat des élections qui ne leurs avaient pas donné tous les pouvoirs.Donc le Chili d'Allende est une usurpation pas du à une élection directe.
Solognitude
- 30/05/2018 - 21:25
Ganeshavez
C'est nouveau ça, de fricoter avec Mélanchonvez ! J'apprécie, comme moultes capitalistes libéraux, ce progrès bien particulier, apporté à la population, bien qu'en évidence de nombreux vénézueliens convaincus par le régime, votent avec leurs pieds ! Je tente une prédiction : Les militaires, bien que chouchoutés par le signor Maduro,et qui ont quand même leur famille dans la population, règleront finalement cette grande avancée socialiste comme au Chili !