En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© EMMANUEL DUNAND / AFP
Le Mépris
"Les marchés vont apprendre aux Italiens à bien voter" : l'énorme embarras de la commission européenne
Publié le 29 mai 2018
Le commissaire européen Günther Oettinger est plongé dans la tourmente. Dans le cadre d'une interview réalisée à Strasbourg, diffusée mardi soir sur la chaîne allemande DW, il exprimerait son mépris pour les électeurs italiens.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le commissaire européen Günther Oettinger est plongé dans la tourmente. Dans le cadre d'une interview réalisée à Strasbourg, diffusée mardi soir sur la chaîne allemande DW, il exprimerait son mépris pour les électeurs italiens.

La crise politique italienne vient de connaître un rebondissement spectaculaire au niveau de la Commission européenne. Une polémique vient d'éclore sur les réseaux sociaux. Le journaliste Bernd Thomas Riegert, de la chaîne DW, a publié un message sur Twitter rapportant des propos du commissaire européen au Budget et aux Ressources humaines, Günther Oettinger, extraits de l'interview diffusée ce mardi soir. Le contenu du message dévoilait une déclaration méprisante à l'égard du peuple italien de la part de Günter Oettinger.

"Les marchés vont apprendre aux Italiens à bien voter".  
 
 
 
Ce tweet a provoqué un véritable tollé et une onde de choc sur les réseaux sociaux et en Italie. Le message a rapidement été supprimé par le journaliste Bernd Thomas Riegert qui a depuis entrepris une périlleuse démarche de rétropédalage et d'équilibriste. 
 
Le leader de la Ligue, Matteo Salvini, a personnellement réagi sur Twitter suite à ce dérapage. 
 
"Incroyable. A Bruxelles, ils sont sans vergogne. Si ce n'est pas une menace… Je n'ai pas peur, les Italiens d'abord !
 

Jean-Claude Juncker tente de sauver l'image de la Commission européenne

Au regard de l'ampleur de la tempête sur les réseaux sociaux, de la sensation de déni de démocratie et face au message désastreux envoyé aux électeurs italiens, le Président de la Commission européenne a tenté d'éteindre l'incendie avec un communiqué officiel, dévoilé ce mardi 29 mai. 
 
"Le Président de la Commission, Jean-Claude Juncker, tient à faire part de sa conviction que le sort de l'Italie ne saurait dépendre des injonctions que pourraient lui adresser les marchés financiers. L'Italie – indépendamment des partis politiques qui demain la dirigeront – est un pays fondateur de l'Union européenne qui a énormément contribué à l'intégration européenne. Le Président est convaincu que l'Italie poursuivra son parcours européen. La Commission est prête à coopérer avec l'Italie de manière responsable et dans un respect mutuel. L'Italie mérite respect".
 
Le président italien Sergio Mattarella a confié la délicate mission à Carlo Cottarelli de former le nouveau gouvernement après la récente crise politique. Giuseppe Conte a en effet renoncé à sa mission suite au refus du chef de l'Etat italien d'adouber la nomination de l'eurosceptique Paolo Savona au portefeuille des Finances. 
 

 

In my first Tweet on exclusive #Oettinger Interview I misquoted the commissioner. That‘s why I deleted it. It was meant to be a rapid reaction summary of the interview. I apologize for the confusion and the mistake. Please, read the translated quotes (still plenty there). #Italy pic.twitter.com/2yEQSd5LRx

— Bernd Thomas Riegert (@RiegertBernd) 29 mai 2018

#Oettinger‘s quote: „ My concern and expectation is that the coming weeks will show that developments in #Italy's markets, bonds and economy will become so far-reaching that it might become a signal to voters after all to not vote for populists on the right and left.” More... pic.twitter.com/tzp3GT5juY

— Bernd Thomas Riegert (@RiegertBernd) 29 mai 2018

 

My appeal to all EU institutions: please respect the voters. We are there to serve them, not to lecture them. #Italy @dwnews

— Donald Tusk (@eucopresident) 29 mai 2018

🔴 PAZZESCO, a Bruxelles sono senza vergogna.
Il Commissario Europeo al Bilancio, il tedesco #Oettinger, dichiara “i mercati insegneranno agli italiani a votare per la cosa giusta”.
Se non è una minaccia questa...
Io non ho paura, #primagliitaliani! pic.twitter.com/r5mFYh79Ou

— Matteo Salvini (@matteosalvinimi) 29 mai 2018
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Pourquoi la trahison d'Emmanuel Macron envers François Hollande pourrait bien lui revenir en boomerang le jour où il aura besoin d'appuis...
05.
Attention danger (politique) : les gilets jaunes, une crise pour rien ?
06.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
07.
Céline Dion a refait 2 fois sa vie... en même temps; Laura Smet, mariée & heureuse, Karine Le Marchand seule mais heureuse, Charlotte C.&Dimitri, ni seuls ni mariés; Gala nous dit tout sur la vie sexuelle de Houellebecq, Match sur le divorce de Jeff Bezos
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (30)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 31/05/2018 - 09:49
Mon Philou
"je ne confond pas déficit budgétaire et commercial" Quel rapport entre le prix de l'Ouzo et celui des Volkswagen et l'état des finances publiques ? Peut être , dans ta tête, fais tu la distinction mais le moins que l'on puisse dire est que sur le papier c'est de la soupe aux Schtroumpfs! Il est probable que Satan t'habite et que le bucher t'attend ( j'ai pas dit le boucher ta tante)! Mets toi à la place d'Ah2bouh !!! Il va penser que tu parles des finances de Johnny !
kelenborn
- 31/05/2018 - 09:41
et puis aussi celle la, ds le même article
" Quand un ostmark a été échangé contre un deutschemark, l’Allemagne de l’Ouest a consenti un effort budgétaire conséquent pour remettre à niveau les anciens länder de l’Allemagne de l’Est."
Eh oui c'est l'Allemagne: rien n'a changé depuis Bismarck! Quand on fait du GrossDeutschland, rien n'est trop cher. En revanche , pour les Untermenschen.... Et quand on pense qu'on a encore des charlots comme Macroléon ou des diminués du bulbe comme Lemaire , Quatremer and co pour parler de la Françallemagne: Francisque au bistrot, Marianne sur le trottoir "
Tu attendais la contradiction!!!! Les WC étaient fermés de l'extérieur ?
kelenborn
- 31/05/2018 - 09:34
tiens plongeur, tu vas être en apnée
L’Italie sort exsangue de 10 années de crise. C’est le seul de pays de la zone euro où le PIB par habitant est inférieur en 2018 à son niveau de 1999, année de la création de la monnaie unique. Le PIB se maintient à 5,5 % en dessous du niveau antérieur à la crise.Fin 2017, la production industrielle était inférieure de 20 % à son niveau d'avantcrise, contre 8,5 % pour la France et 6 % pour l'Allemagne. Le secteur du bâtiment sort totalement sinistré après 10 ans de crise. Selon l’institut statistique italien, entre 2008 et 2015, 123 583 entreprises (soit 20 % des sociétés du bâtiment en 2008) ont été mises en faillite. 45,5 % des PME de ce secteur ont ainsi disparu.Le taux de chômage reste très élevé. Il s’est établi à 11,1 % de la population active. Chez les Italiens âgés de 15 à 24 ans, le taux de chômage demeure très important à 31,5 %.L’Union européenne prévoit une croissance de 1,5 % en Italie en 2018 qui se ralentirait en 2019 à 1,2 %. Ces taux seraient inférieurs à la moyenne européenne.