En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Sans rancune

Jean-Louis Borloo satisfait des annonces d'Emmanuel Macron en faveur des banlieues malgré le désaveu de son plan

Publié le 22 mai 2018
L'ancien ministre Jean-Louis Borloo n'a pas souhaité critiquer Emmanuel Macron après l'abandon de son plan pour les banlieues. Le président de la République a dévoilé un certain nombre d'initiatives en faveur des quartiers défavorisés en ce mardi 22 mai.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ancien ministre Jean-Louis Borloo n'a pas souhaité critiquer Emmanuel Macron après l'abandon de son plan pour les banlieues. Le président de la République a dévoilé un certain nombre d'initiatives en faveur des quartiers défavorisés en ce mardi 22 mai.
Jean-Louis Borloo n'est pas rouge de colère après l'abandon de son plan sur les banlieues. L'ancien ministre a indiqué qu'il était très satisfait aujourd'hui des annonces d'Emmanuel Macron pour les quartiers défavorisés
 
Selon Jean-Louis Borloo, "tous les sujets du rapport ont été cochés".
 
"Les 19 points du rapport y sont tous. J'ai retrouvé la cour d'équité territoriale, la fondation, le campus numérique, la cité éducative, la mobilisation de tout le monde. Je n'en vois pas un qui manque, sauf peut-être le programme à la rencontre de l'autre".
 
L'ancien ministre de la Ville s'est confié à l'AFP à l'issue du discours du chef de l'Etat. Jean-Louis Borloo espère que le président de la République ira jusqu'au bout et mettra en œuvre ces projets et ces idées en faveur des quartiers défavorisés et des banlieues.  
 
"Après c'est un art de l'exécution".
 
L'homme derrière le plan Borloo aurait notamment souhaité que les sanctions - contre les entreprises qui ne respecteraient pas leurs engagements à recruter un certain quota d'apprentis - soient appliquées plus rapidement.  
 
Jean-Louis Borloo a remis à la fin avril un rapport sur l'action à mener dans les quartiers trop longtemps délaissés. Ce document a fortement inspiré le président de la République même s'il ne sera pas appliqué à la lettre. La gauche a notamment déploré le fait que ce plan Borloo ne soit pas respecté par le président Emmanuel Macron. 
 
Vu sur : Lu sur Le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

07.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Pourquoi cette étude confirme l'absence de lien entre vaccination et sclérose en plaques (mais ne suffira probablement pas à recréer la confiance)

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 23/05/2018 - 12:00
Hallucinations intéressées
Macron n'a pas même pas lu son rapport, et son plan qui n'en est pas un l'ignore complètement, mais Borloo y voit tout. On lui a certainement promis un poste sympa: sans responsabilité, avec visibilité médiatique, bien payé, locaux somptueux, secrétaires, chauffeur et garde du corps, assorti de notes de frais non contrôlées.
gerint
- 23/05/2018 - 11:29
Il ne manquerait plus que les entreprises soient sanctionnées
pour non emploi de certains banlieusards ! Autant mettre la clé sous la porte si on les oblige à recruter ceux dont elles ne veulent pas à juste titre, ce qui ne s'applique pas évidement à tous les banlieusards.
spiritucorsu
- 22/05/2018 - 20:22
50 milliards d'euros
50 milliards d'euros pour les trafiquants de drogue et les isamistes et pour les autres,c'est à dire les retraités les travailleurs pauvres,et la classe moyenne en gènéral, Macron et sa clique nous appliquent le régime réservé à ceux dont on pense qu'ils sont là uniquement pour nourrir les parasites agressifs et sanguinaires à savoir matraquage fiscal et leçons de morale.Attention la coupe commence à être pleine,et l'exemple Italien pourrait très bientôt se révéler contagieux,surtout quand on estime n'avoir plus rien à perdre.