En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© FREDERICK FLORIN / AFP
Emmanuel Macron et Jean-Claude Juncker
Discours sur l'Europe
Florian Philippot à Emmanuel Macron : "Votre discours a repris sans surprise tous les canons du catéchisme européen"
Publié le 17 avril 2018
Retour sur le discours du Président de la République devant le Parlement le 17 avril et sur les réactions.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Retour sur le discours du Président de la République devant le Parlement le 17 avril et sur les réactions.

Le Président de la République était venu à Strasbourg pour défendre son projet pour l'Europe. Conscient de la crise qu'elle traverse depuis quelques années, il se proposait de "retrouver pour elle des mots d'affection et d'ambition". Celui qui avait célébré sa victoire à l'élection présidentielle au son de l'"Hymne à la Joie", l'hymne européen composé par Beethoven, a commencé son intervention par une proposition concrète sur le sort et la gestion des réfugiés : 

"Je propose de créer un programme européen qui soutienne directement financièrement les collectivités locales qui accueillent et intègrent les réfugiés".

Sur ce point, il s'agissait pour lui de "débloquer le débat empoisonné sur le règlement de Dublin et les relocalisations, mais aussi dépasser ce débat, en construisant la solidarité interne et externe dont l'Europe a besoin". 

Il a ensuite insisté sur la nécessité de mettre en place une souveraineté européenne "réinventée" pour lutter contre les tentations "autoritaires"

"J'appartiens à une génération qui n'a pas connu la guerre et qui est en train de s'offrir le luxe d'oublier ce que les prédécesseurs ont vécu".

L'Europe de la paix contre l'Europe de la guerre. Et le constat du Président sur ce point est assez alarmiste : 

"Une forme de guerre civile européenne réapparaît".

Contre ce qu'il analyse comme du mécontentement, il a prôné le renouvellement du projet européen

"Il faut entendre la colère des peuples d'Europe. Ce n'est pas de démagogie dont ils ont besoin, mais d'un projet"

Il a d'ailleurs affirmé que la France était prête à montrer l'exemple, notamment en augmentant sa contribution au budget de l'Union européenne, afin de financer une "refondation du budget lui-même".

Cette mesure a été saluée par la droite, représentée par Manfred Weber. Mais elle s'est évidemment attirées quelques critiques. Le député belge Philippe Lamberts (Verts) a condamné son action sur les dossiers des ventes d'armes, des camps de migrants, de l'expulsion de Notre-Dame-des-Landes ou encore sur le nucléaire. Dans un registre opposé, c'est Florian Philippot, président des Patriotes, qui a vivement repris de volée le Président de la République. 

"Devant cette assemblée qui joue au Parlement car il n'y a pas de peuple européen unique à représenter", il a accusé le Président d'être "venu pour plaire"

L'eurodéputé l'a accusé d'avoir repris "tous les canons du catéchisme européen", le remerciant avec malice de s'être pour une fois exprimé en français, langue qui selon lui le président abandonnerait de plus en plus au profit "de l'anglo-américain"

"Vous venez promettre de réformer l'Union européenne ; […] vous échouez déjà car elle est irréformable par construction. Vous avez déjà échoué sur le travail détaché et sur le glyphosate. […] le monde d'ici est déjà le vieux monde. Le monde de demain est celui des peuples qui relèvent la tête. […] La liberté est l'avenir, l'Union européenne est déjà le passé. […] Si d'aventure cette perspective ne vous séduisait pas, alors vous pouvez alors vous reconvertir au sein de la Commission européenne ou vous faire recruter chez Goldmann Sachs, vous n'aurez fait que griller une étape." 

Florian Philippot a de plus provoqué un tollé en célébrant le Brexit, exemple pour lui car démonstration que "le peuple britannique a déjà brisé ses chaînes" et qu'il saurait donc être imité. Il a demandé au Président de mettre le Frexit en referendum. Le député a même fini par un "Vive le Brexit!"

Le président lui a sèchement répondu que si cette assemblée ne lui plaisait pas, "il ne fallait pas y venir, c'est tout"

"Vous avez un drôle de respect pour le peuple français de traiter comme cela la fonction qu'il vous a confiée".

Emmanuel Macron est désormais attendu à Berlin pour rencontrer Angela Merkel.

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
02.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
03.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
04.
De mystérieux investissements immobiliers de Qatar Charity en France
05.
Notre-Dame : quand du recueillement on passe au cirque !
06.
Pourquoi la fonte du permafrost pourrait avoir des conséquences encore pires que prévues
07.
Les vrais objectifs de la sulfureuse ONG Qatar Charity
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
05.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
06.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 18/04/2018 - 20:51
"la France était prête à
"la France était prête à montrer l'exemple, notamment en augmentant sa contribution au budget de l'Union européenne" Notre cher Président est toujours aussi généreux avec le produit du racket de Bercy.
hermet
- 18/04/2018 - 18:52
Bien dis
Je suis pas toujours fan de florian P. mais reconnaissons qu'il s'exprime bien et à trouver les mots justes.
vangog
- 18/04/2018 - 08:13
Le Mirail est la guerre civile de Macrouille!
Plutôt que manipuler les benets sur une éventuelle guerre civile européenne technos contre peuples, il ferait mieux de s’attaquer à ce qui existe, mais que les médias gauchistes n.ont pas le courage de commenter: la guerre communautariste qui éclôt partout en France gauchiste, par l’irresponsabilité clientéliste de ses prédécesseurs sans-couilles...ouvre les yeux, Macrouille, car ça se passe en France gauchiste!