En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
© FRANCOIS GUILLOT / AFP / POOL
Emmanuel Macron, Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin.
Interview

Pourquoi Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel n'ont pas appelé Emmanuel Macron "Monsieur le président"

Publié le 16 avril 2018
Les deux journalistes qui interrogeaient Emmanuel Macron dimanche soir, sans cravate, se sont également abstenus d'appeler le chef d'Etat par la formule "Monsieur le président". Ils s'en expliquent ce lundi matin sur BFMTV.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les deux journalistes qui interrogeaient Emmanuel Macron dimanche soir, sans cravate, se sont également abstenus d'appeler le chef d'Etat par la formule "Monsieur le président". Ils s'en expliquent ce lundi matin sur BFMTV.

L'interview d'Emmanuel Macron, ce dimanche soir, était particulière. Les deux journalistes ont choisi de faire face à Macron sans cravate ; une manière de rendre l'entretien moins formel. Une liberté vestimentaire qui pourrait poser la question du respect de la fonction présidentielle, mais passons. Ce qui a davantage fait tiquer les téléspectateurs, en revanche, c'est le fait que les deux journalistes se sont adressés au chef de l'Etat sans jamais utiliser la formule "Monsieur le président", habituellement usitée. Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel revenaient sur ce choix ce lundi matin, sur BFMTV.

Un "acte déférent" qui aurait été injustifié

"Quand je suis là le matin à 8 h 35, tous mes interlocuteurs qu’ils soient présidents, premiers ministres, ministres, chefs de l’opposition, je les appelle toujours par leur nom et leur prénom comme on le fait dans une conversation", s'est défendu le journaliste de RMC, soulignant avoir tout de même prononcé "Monsieur le président" en début d'entretien, "et ensuite Emmanuel Macron parce qu’on est entré dans l’interview". Il estime n'avoir aucune raison d'avoir "cet acte déférent" envers Emmanuel Macron, expliquant que chacun était "à sa place", "sur le même plateau pour parler de l'avenir de notre pays".

"Il fallait d’abord être nous-mêmes comme vient de le dire Jean-Jacques, il n’y a pas eu de débat là-dessus", renchérit le patron de Mediapart. "Ce qui nous intéressait c’était de porter les questions que se posent les gens […] Il y a des colères dans le pays, des insatisfactions, des malentendus... Eh bien nous, on était là pour les porter", ajoute-t-il. Et de conclure : "Du coup l’affichage 'pas de cravate', 'Emmanuel Macron', c’est dire 'demain, vous n’êtes plus président, on est pareils, on est égaux' en dignité et en droits". Une séquence à visionner ci-dessous.

"Il fallait être nous-mêmes." Bourdin et Plenel expliquent pourquoi ils ont appelé le Président par son nom pic.twitter.com/ipT7YDP5tG

— BFMTV (@BFMTV) 16 avril 2018

 

Vu sur : Lu sur BFMTV
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Les conditions de la détention de l’actrice Felicity Huffman dévoilées par la presse américaine

03.

Comment Facebook entend bénéficier du malaise général des utilisateurs de Tinder et autres applications de rencontres

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Brexit : le rapport secret mais officiel du gouvernement britannique est peut-être en train de faire évoluer Boris Johnson...

07.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Syrie : les vraies raisons derrière l’avertissement d’Erdogan à l’Europe sur une nouvelle vague de migrants

04.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

05.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

06.

Une vegan attaque en justice ses voisins amateurs de viande, 2000 personnes veulent organiser un barbecue chez elle

01.

​La déliquescence de la pensée (Gérard Noiriel) contre « la pensée délinquante » (Éric Zemmour)

02.

Peurs sur la consommation : bienvenue dans l’ère de l’irrationalité

03.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

04.

Reconnaissance de la filiation des enfants par GPA : grand flou sur sujet clair

05.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

06.

Université d'Evergreen (États-Unis) : une terrifiante vidéo qui montre le vrai visage de la nouvelle bête immonde

Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 17/04/2018 - 14:08
C'est bien la preuve
que les médias sont le pouvoir ou se prennent pour le pouvoir, et leur tête a enflé . Les médias doivent être un contre-pouvoir, nul ne le nie, et doivent être capable de poser les questions qui fâchent, mais il s'agit là d'autre chose, un remplacement d'un pouvoir malgré tout légitime car élu, par un autre pouvoir non élu, qui existe on ne sait grâce à qui , ni pour qui .
thymthym711
- 17/04/2018 - 12:42
Journalistes pensant à la place des Français
"Ce qui nous intéressait c’était de porter les questions que se posent les gens..."
La bonne blague ! On peut imaginer que les questions que se posent "les gens" sont innombrables et les deux compères ont donc sélectionné parmi toutes ces questions leurs propres questions qui se trouvaient obligatoirement dans le nombre. De plus ils ont une façon très particulière de poser les questions, soit pour piéger l'interlocuteur, soit pour essayer de dicter une réponse. Dimanche soir, ils n'avaient pas un imbécile en face d'eux.
FRANI
- 17/04/2018 - 10:47
Nini
Tout n'était qu'une mise en scène préparée à trois plenel et bourdin ont aidé macron à etre élu il fallait bien que pour la galerie ils démontrent l'inverse. Deux journalistes imbus de leur petite personne. À boycotter par tous les moyens ils finiront ainsi par disparaitre pour le bien de nous tous