En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

02.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

03.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

04.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

05.

Non, Mélenchon n'en veut pas qu'aux Juifs : il ne supporte pas non plus les "blonds aux yeux bleus" !

06.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

07.

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

06.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

05.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

06.

L’Oréal a décidé de supprimer les mots "clair" et "blancheur" de ses produits cosmétiques !

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Choix stratégique

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

il y a 30 min 18 sec
décryptage > Politique
Campagne électorale

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

il y a 1 heure 30 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée
il y a 2 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 12 heures 40 min
pépite vidéo > Politique
Emotion à Matignon
Retrouvez l'intégralité de la passation de pouvoir entre Edouard Philippe et Jean Castex
il y a 15 heures 50 min
pépites > Justice
Plaintes
Covid-19 : une enquête judiciaire va être ouverte contre Edouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran
il y a 16 heures 52 min
décryptage > Politique
Nouveau chemin cherche destination

Jean Castex Premier ministre : une nomination très habile... Mais l’habileté peut-elle suffire ?

il y a 19 heures 6 min
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 21 heures 37 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 22 heures 39 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 23 heures 56 min
décryptage > Politique
Suite de "Passions"

Exclu Atlantico : Nicolas Sarkozy devrait publier le tome 2 de ses mémoires dès ce mois de juillet

il y a 58 min 47 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

il y a 2 heures 3 min
décryptage > Politique
Premier ministre

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 12 heures 55 min
pépites > Politique
Equipe renforcée
Mairie de Paris : Anne Hidalgo décide de s’entourer d’une équipe de 37 adjoints
il y a 16 heures 16 min
pépites > Politique
Premier ministre
Jean Castex "mesure l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon
il y a 18 heures 14 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 20 heures 25 min
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 22 heures 17 min
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 23 heures 35 min
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 1 jour 17 min
© ANDREAS SOLARO / AFP
© ANDREAS SOLARO / AFP
Pays ingouvernable ?

Ce qu'il faut retenir des élections législatives italiennes

Publié le 05 mars 2018
C'est plus de 46 millions d'électeurs qui étaient appelés aux urnes ce dimanche quatre mars. Le lendemain, l'Italie découvre le résultat de ces élections législatives : aucune majorité n'émerge et la phase des tractations commence.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C'est plus de 46 millions d'électeurs qui étaient appelés aux urnes ce dimanche quatre mars. Le lendemain, l'Italie découvre le résultat de ces élections législatives : aucune majorité n'émerge et la phase des tractations commence.

Au final aucun parti ou coalition n'a obtenu de majorité absolue. Commence alors une longue phase de tractations entre les partis. Première constatation : les partis eurosceptiques et populistes font le plein.

Le mouvement cinq étoiles (M5S)  devient le premier parti d'Italie avec 32% des voix. Il devient la première force politique représentée au Parlement italien avec 231 sièges acquis à la Chambre des députés sur 630 (devant la Ligue et ses 123 sièges) et 115 sièges au Sénat sur 315 (toujours devant la Ligue et ses 56 sièges).

Face à elle, il faudra compter sur la coalition formée par Forza Italia du milliardaire Silvio Berlusconi, la Ligue (extrême droite, anciennement Ligue du Nord) de Matteo Salvini et Fratelli d'Italia ("Frères d'Italie). A eux trois, ces partis devancent tout de même le M5S et réunissant 37% des suffrages exprimés.

A l'autre bout de l'échiquier politique italien, le Parti Démocrate de Matteo Renzi s'écroule avec seulement 19% des voix et reconnaît une défaite "évidente". Mais contrairement à ce qui s'est répandu dans la presse, son porte-parole a démenti les rumeurs de sa démission en tant que secrétaire du Parti démocrate.

C'est dans ce contexte que les revendications de victoire sont survenues. D'abord de la part de Matteo Salvani qui, en fin de matinée a revendiqué la victoire de la coalition de droite de d'extrême droite et "le droit et le devoir de gouverner" pour cette dernière lors d'une conférence de presse. Quelques minutes après, en réponse, c'est Luigi Di Maio, le jeune dirigeant de M5S qui a, aussi lors d'une conférence de presse,  revendiqué le droit de former un gouvernement. " Nous avons la responsabilité de donner un gouvernement à l’Italie (…). Nous sommes une force politique qui représente le pays tout entier, ce que je ne peux pas dire des autres formations, cela nous projette inévitablement vers le gouvernement du pays " a-t-il expliqué.

La décision reviendra à Sergio Mattarella, président italien, qui devra décider à qui confier la charge de former un gouvernement. Si aucune majorité claire ne se sera dégagée après la phase de concertation, le président italien devrait laisser le gouvernement de Paoli Gentiloni (centre gauche) en place le temps d'éventuellement convoquer de nouvelles élections.

Les chiffres en détail :  

Elections législatives  en Italie

Elections législatives  en Italie

Elections législatives  en Italie

Elections législatives  en Italie

Vu sur : Lu sur Le Monde
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 06/03/2018 - 10:03
et nous on fait quoi ??
on attend quoi pour faire la même chose ??
Au leu de voter pour pour faire joli.....
vangog
- 05/03/2018 - 17:36
Le peuple gagne, partout...
et la technocratie recule, partout. Le chouchou des médias, Matteo Renzi, se prend une tôle, sanctionnant une politique gaucho-europeiste et pro-finance internationaliste délirante. La nomenklatura gauchiste, malgré sa défaite, pratique toujours les mêmes vieux anathèmes, "populiste", "extrémiste", "néo-fasciste", démontrant qu'elle n'a toujours rien compris, et qu'elle veut tomber encore plus bas...aidons-là!