En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

02.

Mort de la magistrate Michèle Bernard-Requin

03.

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

04.

4 ans pour une révolution : comment Boris Johnson a transformé radicalement le Royaume-Uni

05.

Carla B. vole au secours de Brigitte M., Jenifer de son mari (mais là, c’est face à la mafia); Céline Dion ne vend plus, Kanye West vend tout (et n’importe quoi); Britney Spears veut qu’on lui laisse voir ses enfants; Kate Middleton enceinte du 4ème ?

06.

Edouard Philippe et Emmanuel Macron ont voulu une réforme de gauche mais acceptable par la droite. Pour l’instant, ils n’ont satisfait personne

07.

Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

05.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

06.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

04.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

05.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
(Petite) guerre ?

Sites miroir : la guerre (sans espoir) du gouvernement contre l’internet français continu

il y a 8 min 55 sec
décryptage > Economie
Fibre sociale ?

Boris Johnson, l’homme qui voulait rendre une fibre sociale aux Conservateurs

il y a 17 min 26 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
IA : pourquoi nous devrions songer à restreindre sérieusement les techniques de détection des émotions
il y a 54 min 50 sec
décryptage > Politique
Toxique ?

Les relations de travail toxiques ou la vraie raison de l’allergie des Français au recul de l’âge de départ en retraite

il y a 1 heure 19 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Edouard Philippe et Emmanuel Macron ont voulu une réforme de gauche mais acceptable par la droite. Pour l’instant, ils n’ont satisfait personne

il y a 1 heure 23 min
light > Justice
Triste nouvelle
Mort de la magistrate Michèle Bernard-Requin
il y a 4 heures 27 min
pépite vidéo > France
Emotion
Clémence Botino, Miss Guadeloupe, a été élue Miss France 2020
il y a 6 heures 1 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

La Silicon Valley chinoise : Shenzhen, la ville d'adoption de Huaweï, véritable atout pour l'innovation, la stratégie et le rayonnement mondial de l'entreprise

il y a 9 heures 18 min
décryptage > Terrorisme
Bonnes feuilles

La clé de la réussite pour une stratégie efficace face à la radicalisation : la nécessité de lutter contre la source du recrutement djihadiste

il y a 10 heures 21 min
décryptage > Politique
Et maintenant le "Jewxit" !

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

il y a 18 heures 29 min
décryptage > Media
On va où là ?

Affaire Zemmour : le CSA prend-il ses consignes auprès du CCIF ?

il y a 14 min 6 sec
décryptage > Economie
Bonne année !

Jerome Powell à la Fed et Christine Lagarde à la BCE nous souhaitent une bonne année 2020. Et voilà comment ils comptent nous la garantir

il y a 21 min 50 sec
décryptage > Santé
App santé

Grève : si vous marchez jusqu’au bureau, attention, vous pourriez devenir addicts au sport

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Politique
A court ou long terme ?

Grèves : la semaine du tournant sur les retraites ?

il y a 1 heure 22 min
pépites > Défense
"Bring the soldiers back home"
Les Etats-Unis s’apprêteraient à retirer 4.000 soldats d'Afghanistan
il y a 3 heures 51 min
light > Culture
Actrice mythique
Disparition d’Anna Karina, l’icône de la Nouvelle Vague, à l’âge de 79 ans
il y a 5 heures 4 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Mars : de la glace détectée à 2,5 cm seulement sous la surface ; Science décalée : on boit plus d’alcool dans les pays froids et sombres
il y a 6 heures 54 min
décryptage > Terrorisme
Bonnes feuilles

La délicate question des terroristes étrangers et de leurs nationalités

il y a 10 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Si je t'oublie" de Morgan Sportès : le captif amoureux

il y a 17 heures 57 min
décryptage > France
Wiki Agri

Le Sénat se penche (enfin) sur le suicide des agriculteurs

il y a 18 heures 54 min
© Fabrice COFFRINI / AFP
© Fabrice COFFRINI / AFP
De retour

Emmanuel Macron à Davos : "France is back"

Publié le 24 janvier 2018
Ce mercredi 24 janvier, le chef de l'Etat s'est exprimé dans un discours en anglais et en français pendant le Forum économique mondial de Davos. Il a évoqué la France, l'Europe et la mondialisation.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce mercredi 24 janvier, le chef de l'Etat s'est exprimé dans un discours en anglais et en français pendant le Forum économique mondial de Davos. Il a évoqué la France, l'Europe et la mondialisation.

"Ma responsabilité de construire une France prospère et ouverte au monde, mais aussi capable de prendre en considération les laissés-pour-compte. C'est le fameux 'en même temps' que j'essaie de formaliser en France", a lancé Emmanuel Macron ce mercredi 24 janvier, lors de son discours au Forum économique mondial de Davos, en Suisse. Et de citer ses réformes : le "système éducatif", "les règles d'accès à l'université", "des réformes pour allouer les ressources différemment et attirer du capital étranger", fermeture des "centrales à charbon d'ici 2022".

"Il faut une Europe plus forte si nous souhaitons éviter la fragmentation du monde"

Puis, Emmanuel Macron a déclaré : "Mon premier message, c'est que la France est de retour" ou "France is back" (en version originale). "La France est de retour au cœur de l'Europe", a-t-il poursuivi. "Il n'y aura jamais de succès français sans succès européen", a-t-il exalté la grandeur de l'Hexagone au sein de l'UE. De ce fait, il a défendu l'Europe, seul endroit au monde où, selon lui, "vous avez un équilibre entre les valeurs" que sont la liberté, la justice et l'équité. "Si je souhaite que la France trouve pleinement sa place dans la compétition mondiale, je pense que la condition, c'est que l'Union européenne soit plus forte et trouve une ambition", a-t-il encore lancé, estimant qu'"il faut une Europe plus forte si nous souhaitons éviter la fragmentation du monde".

>>> À lire aussi : Davos : petite histoire de la manière dont les élites occidentales ont perdu le contrôle de la mondialisation (et mis nos démocraties en danger sans paraître s’en rendre compte)

Ainsi, le chef de l'Etat a prôné la conception d'une "stratégie sur dix ans" pour que "l'Europe soit un acteur social, scientifique, écologique" ainsi qu'une "puissance politique". "C'est ce que nous devons bâtir. Il nous faut plus d'ambition", a déclaré Emmanuel Macron, tentant de s'imposer comme la figure motrice de l'UE. "Nous n'y arriverons pas à 27 [membres], mais il nous faut plus d'ambition pour une avant-garde ouverte de l'Europe. La porte est ouverte en permanence. Mais ceux qui ne veulent pas avancer ne doivent pas bloquer les plus ambitieux dans la pièce", a déclaré Emmanuel Macron, qui a prononcé son discours en anglais et en français.

"On doit arrêter tendance à détricoter droit social pour adapter à mondialisation"

La deuxième partie de son discours a été consacrée à la mondialisation : d'un côté, Emmanuel Macron s'est montré ouvert au libéralisme ("personne ne pourra me suspecter de ne pas être 'business friendly'") ; de l'autre, il a fait comprend qu'il entend "reconnaître" et "être à côté de ceux qui ont été oubliés de la mondialisation". "La croissance économique, ce n'est pas une finalité en soi. C'est un moyen", a-t-il déclaré. Et de poser cette question : "est-ce qu'on sait refonder un vrai contrat mondial?".

"Nous avons le devoir d'investir : il y en a un sur lequel on n'est pas aujourd'hui au rendez-vous, c'est l'éducation. (…) J'aimerai aussi que les investisseurs et les entreprises s'engagent", a déclaré le chef de l'Etat. Et de poursuivre : "Nous avons le devoir de partager : je crois dans la généralisation des programmes d'intéressement et de responsabilité sociale et environnementale. On aura justement une surveillance de la répartition de la valeur dans l'entreprise. La solution est du côté des entreprises et des investisseurs. (...) Si vous croyez tout ce que vous avez dit et entendu à Davos, vous ne pouvez pas pratiquer d'optimisation fiscale" .

Il s'est aussi attaqué aux "grands acteurs du numérique". "Il y a une injustice quand ils ne paient pas impôts. On doit mettre fin à ce système qui est injuste et nous devons le faire ensemble pour ne pas craindre que ça favorise la compétitivité d'un autre". "Le FMI ne regarde pas acteurs les plus dérégulés et dérégulateurs du système: le bitcoin, les crypto-monnaies, le shadow banking... Nous devons lancer cette discussion et la lancer dans le cadre du G20", a-t-il aussi déclaré. "Nous avons un devoir de protéger : à quel moment on va décider de stopper des innovations ? Parce qu'il le faudra. Sur le sujet social, on doit arrêter tendance à détricoter droit social pour adapter à mondialisation".

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

02.

Mort de la magistrate Michèle Bernard-Requin

03.

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

04.

4 ans pour une révolution : comment Boris Johnson a transformé radicalement le Royaume-Uni

05.

Carla B. vole au secours de Brigitte M., Jenifer de son mari (mais là, c’est face à la mafia); Céline Dion ne vend plus, Kanye West vend tout (et n’importe quoi); Britney Spears veut qu’on lui laisse voir ses enfants; Kate Middleton enceinte du 4ème ?

06.

Edouard Philippe et Emmanuel Macron ont voulu une réforme de gauche mais acceptable par la droite. Pour l’instant, ils n’ont satisfait personne

07.

Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

05.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

06.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

04.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

05.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
spotter
- 25/01/2018 - 18:33
En 1968 déjà ;
Un slogan a fleuri en Grande Bretagne : I'am backing Britain, lancé par Harold Wilson premier ministre travailliste pour relancer l'économie mise à mal par la torpeur au travail de anglais de l'époque. Cela dura 6 mois, les syndicats anglais n'étaient enthousiastes... IL a fallu attendre la dame de fer pour faire accepter la valeur travail aux Trade Unions.
Bon courage à Macron.

cloette
- 25/01/2018 - 09:28
Il est très sûr de lui
avec un égo surdimensionné, il fait le job, certes, après Hollande qui a battu des records d'impopularité ce n'est pas très difficile, d'autant que d'office il se sent l'égal des plus grands rois, la vraie question est : est il un surdoué? Pour ma part ,je ne le sens pas du tout comme tel . Il a de plus un appui indécent et inconditionnel des médias devenus ( pour beaucoup ) des courtisans C'est un homme de Com,
JBL
- 25/01/2018 - 09:03
Tout n'est pas parfait
Qu'il s'appelle Macron ou le Père Noël. Pour l'instant, il faut reconnaître qu'il marque des points sur la scène internationale. Et après tout c'est qu'on attend d'un chef de l'état. Avec les 2 précédents, tout le monde sentait que le pays était mal vendu et ridiculisé à l'extérieur. A l'évidence il fait le job, il s'impose et le pays avec. On verra si sa crédibilité va tenir et si retombées il y aura, pour la classe moyenne.