En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
Déficit public
Rentrée de la Cour des comptes : Didier Migaud appelle à réformer "sans retard"
Publié le 22 janvier 2018
Le poids de la dette publique devrait encore augmenter selon la Cour des comptes
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le poids de la dette publique devrait encore augmenter selon la Cour des comptes

L'amélioration des finances publiques ne doit pas "faire illusion" a déclaré Didier Migaud, Premier président de la Cour des comptes lors de l'audience solennelle de rentrée en présence d'Emmanuel Macron. Concernant la réduction des déficits, il a ajouté que les "conditions pour atteindre les objectifs" du gouvernement en la matière sont "nombreuses et loin d'être acquises".

Le déficit budgétaire a pourtant atteint son niveau le plus bas depuis 2008, à savoir 67,8 milliards d'euros, c'est 1,3 milliards de moins qu'en 2017. Une réduction qui s'explique notamment par la hausse des rentrées fiscales et l'accélération de la croissance. Concernant le déficit des administrations publiques, il va repasser sous la barre des 3% de PIB pour l'année 2017, une première depuis 10 ans. Toutefois, ces bonnes nouvelles sont à nuancer selon le Premier président pour qui, "cela ne suffit pas".

Pour réduire le déficit de la France et respecter les objectifs fixés par le gouvernement, Didier Migaud demande des "réformes d'ampleur structurelle" qui "devront être mises en œuvre sans retard". Il précise :  "Même avec un déficit ramené sous la barre des 3%, la France continue toutefois de présenter une situation financière plus dégradée que celle de la quasi-totalité de ses partenaires de la zone euro".

Le Premier président de la Cour des comptes rappelle aussi que, pour 2018, le budget "ne prévoit qu'un recul faible du déficit, et le poids de la dette publique devrait encore légèrement augmenter".

Vu sur : Lu sur Europe 1
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
02.
François Ruffin craint d’être visé après les perquisitions chez Mediapart et La France Insoumise
03.
Le mystère de la chambre (d’écho des Gilets) jaune(s)
04.
Psychologie de la Saint Valentin : attention au danger psychologique d’un abus de romantisme
05.
Le coffre-fort d'Alexandre Benalla aurait été déplacé par Chokri Wakrim, le compagnon de l'ancienne cheffe de la sécurité du Premier ministre
06.
Et les pays qui participent le plus à l’extension des forêts sur la planète sont…
07.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
04.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 23/01/2018 - 10:35
Ah! Tous ces « chocs » lors du quinquenat Flamby-Macron!...
Mais, mais, mais...c’étaient pas des réformes, alors?...des « chocs de communication »?...va savoir, Charles!
l'enclume
- 22/01/2018 - 17:15
Merci Mr Migaud de nous fairesavoir que Macron est nul
Monsieur Migaud, pourquoi n'avez vous pas parlé de l'excellente gestion par Laurent Wauquiez de la Région Auvergne-Rhône-Alpes : Un vrai leader la région Auvergne-Rhône-Alpes en a trouvé un en la personne de Laurent Wauquiez. Contrairement aux "idiot inutiles" qui ensencent Macron, Lui il fait ce qu'il a promis, lors de la campagne pour les régionales c'est-à-dire : Région Auvergne-Rhône-Alpes, classée Région la mieux gérée de France" - Diminution de la dépense publique sans aucune augmentation de la fiscalité. Baisse de 6% par an des dépenses de fonctionnement soit en 3 ans 590 millions d'euros d'économie, soit 170 euros par ménage. La région Auvergne-Rhone-Alpes est N° 1 POUR LA RELANCE DE L'INVESTISSEMENT (+ 20% par an) selon la Cour des comptes. Auvergne-Rhône-Alpes a des "RESULTATS BUDGETAIRES EXCEPTIONNELS" selon Standard&Poor's. Pendant ce temps le mec qui a dit sans rougir "Je fais ce que j'ai dit" a augmenté la dépense publique de 7 milliards € et les impôts de 4,5 milliards € et annuler le projet de NDDL.

Atlante13
- 22/01/2018 - 16:28
Ils sont trop forts,
Comment peut-on réduire le déficit alors que la dette augmente, et dire que ça va mieux? alors que Macron a déjà créé 8 impôts ou taxes nouveaux?