En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© John MACDOUGALL / AFP
Déblocage ?

Allemagne : le SPD approuve l'idée d'une coalition avec Angela Merkel

Publié le 21 janvier 2018
Des négociations vont pouvoir à nouveau être lancées pour former un gouvernement avec les conservateurs.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des négociations vont pouvoir à nouveau être lancées pour former un gouvernement avec les conservateurs.

L'Allemagne va-t-elle renouer avec ses bonnes vieilles habitudes ? Incapable de former un coalition, Angela Merkel va peut-être finalement retrouver ses anciens alliés du SPD. Les sociaux-démocrates du SPD ont accepté dimanche après-midi le principe d'une nouvelle coalition dirigée par la chancelière Angela Merkel. Réunis à Bonn, les délégués du parti ont approuvé d'une courte tête, à l'issue d'un vote à main levée suffisamment serré (362 voix pour sur 642) pour qu'il y ait eu deux décomptes, l'ouverture de ces pourparlers.

Cette décision faite "sans enthousiasme", mais "avec raison" conduit à ouvrir de nouvelles négociations pour former un gouvernement avec les conservateurs aux alentours de Pâques, sur la base d'un document de 28 pages sur lequel les deux partenaires s'étaient engagés. Si le vote a été si serré, c'est qu'à l'exception du volet européen, c'est majoritairement la voix de la CDU qui s'est imposée dans le texte de l'accord. 

Ce vote du jour était suivi de près par tous les dirigeants européens, car ces pourparlers doivent mettre fin à l’imbroglio politique privant l’Allemagne d’un gouvernement et d’une majorité depuis les législatives de septembre.

"Je salue le sens des responsabilités du SPD, qui a voté pour la poursuite des négociations de coalition avec la CDU/ CSU. L’Europe a besoin d’une sociale- démocratie engagée et constructive. Il reste à convaincre la base par des avancées progressistes dans le contrat de coalition", a réagi sur Twitter Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires économiques et financières.

Vu sur : Lu dans Le Point
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

04.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition Stéphane Gayet

07.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

01.

Berlin, la Silicon Valley européenne ?

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
l'enclume
- 22/01/2018 - 17:36
Tout n'est pas perdu, ça peut se soigner !!!!!
Allemagne: Schulz en sursis, Merkel dans la seringue, Macron sur la touche : Luc Rosenzweig
Deudeuche
- 21/01/2018 - 19:38
Dommage pour la SPD
Mais bien pour ses chasseurs de « marocains » (les ministères pas les gens du Rif) que sont les éléphants de la SPD. Ces fléaux ont eu chaud aux fesses, car nombres de militants veulent en finir de la mélasse de Mme Merkel.
J'accuse
- 21/01/2018 - 18:47
Le gouvernement est déjà formé
Les négociations principales portaient sur la répartition des portefeuilles et autres prébendes. Le document de 28 pages ne servait qu'à obtenir une majorité pour valider ces accords d'alcôves en les occultant. La politique qui sera suivie ne s'appuiera pas sur ce document, mais sur ce qu'il sera possible de faire, quelque part entre les contraintes imprévisibles, les appétits de pouvoir et l'incompétence des ministres. Ainsi va "la démocratie".