En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Politique
Chômage : Emmanuel Macron veut "des résultats significatifs au bout de 18 à 24 mois"
Publié le 28 décembre 2017
Dans les colonnes du quotidien espagnol El Mundo, le chef de l’Etat est revenu sur les réformes qu’il met en place. En novembre, le chômage a baissé de 0,8%.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans les colonnes du quotidien espagnol El Mundo, le chef de l’Etat est revenu sur les réformes qu’il met en place. En novembre, le chômage a baissé de 0,8%.

Mise à jour : les chiffres du chômage ont baissé et montrent une nette baisse : -0,8% pour novembre.

Alors que Le Canard Enchaîné révèle les sanctions prévues par le gouvernement pour les demandeurs d’emploi, Emmanuel Macron indique au quotidien espagnol El Mundo qu’il attend "des résultats significatifs au bout de 18 à 24 mois" après la réforme du Code du travail. "La première année du mandat est cruciale : c'est là qu'on met en place les transformations qui produiront les vrais résultats, sur l'emploi avant tout, dans les deux ans". "C'est pour cela que j'ai voulu aller vite", a-t-il ajouté, selon ses propos originaux en français transmis par l'Elysée.

"L'agenda caché, ou des trahisons successives" de ses prédécesseurs

"La France bénéficie de l'embellie de l'économie mondiale, mais aussi des réformes des dernières années et d'un sentiment de confiance plus grand", a estimé le chef de l’Etat, ajoutant que la croissance de l’Hexagone "dépasse les prévisions". En revanche, il a indiqué que "notre économie souffre de freins persistants" avec "un modèle socialement injuste et économiquement inefficace, faute d'avoir su nous renouveler et surmonter les réticences au changement".

>>> À lire aussi : Hollande 2.0 : Emmanuel Macron ou le président aux réformes en trompe l’œil

S’il reconnaît que sa réforme du Code du travail n’est pas "une réforme facile", il la trouve "claire" car annoncée pendant sa campagne présidentielle. Dans ce même entretien, Emmanuel Macron a aussi lancé quelques piques à ses prédécesseurs : "Nous avons une grande tradition française : celle de l'agenda caché, ou des trahisons successives. On fait une campagne pour rassembler le cœur de ses militants pendant la primaire, puis on revoit son programme pour séduire un électorat plus large pendant la campagne et enfin on gouverne de manière encore différente". "Cette méthode a brisé la confiance des Français", a-t-il insisté.

"On ne change pas l'Europe tout seul"

Alors que les nationalistes sont arrivés en tête lors des élections territoriales en Corse, Emmanuel Macron a affirmé qu’"il est possible de réfléchir à d'éventuelles évolutions" du fonctionnement de la collectivité de Corse mais "dans le cadre de la Constitution". Cette dernière ne permettant "pas de donner satisfaction à certaines revendications, comme le statut de résident ou la co-officialité de la langue corse", a-t-il prévenu. In fine, le chef de l’Etat n’a pas oublié d’évoquer l'Europe. "On ne change pas l'Europe tout seul", a-t-il lancé, souhaitant notamment qu'elle fasse "beaucoup mieux, ensemble, dans la gestion et la protection commune de nos frontières et dans l'harmonisation de nos politiques d'asile et d’immigration". "C'est le grand défi de l'année qui vient", a-t-il conclu. 

Vu sur : Lu sur Le JDD
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Reconstruction de Notre Dame : Emmanuel Macron prend-il le risque du « too much » ?
04.
Notre Dame brûla et obligea la France à se souvenir qu'elle fut catholique…
05.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
06.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
07.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
03.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
04.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clint
- 27/12/2017 - 20:56
Ignoble de critiquer les présidents dans un journal étranger !
Ca montre bien les "valeurs morales" sur lesquelles il s'appuie ! Sans Hollande il ne serait rien de plus qu'un banquier donnant des conseils à ceux qui en veulent toujours plus ! Pour qui se prend il ? Il nous concocte une économie à l'anglo-saxonne où l'on est obligé d'avoir 2 à 3 petits boulots pour s'en sortir et des ultra-riches qui ont tous les avantages.
vangog
- 27/12/2017 - 19:30
tiens! je croyais qu'il faudrait au moins 2 quinquénats...
plus le quinquénat que Macron a fait avec son mentor flamby, ça f
cloette
- 27/12/2017 - 18:06
"améliorer le fonctionnement du marché de l'emploi"
ne suffira pas ,(et c'est ce qu'ils font actuellement) . Evidemment car ce n'est pas pour cette raison qu'il y a du chômage . Je suis sceptique ,il ne se produira rien car il n'y aura pas de croissance . C'est bien mal parti tout cela , on essaie de pointer du doigt "les gens qui profitent du système", qui "refusent une offre", etc ...ce n'est pas la cause essentielle du chômage, c'est la conséquence !