En direct
Best of
Best of du 03 Novembre au 09 Novembre 2018
En direct
© DON EMMERT / AFP
Donald Trump drapeau américain Atlantico.fr
"impeachment"
Une procédure de destitution lancée contre Trump
Publié le 15 novembre 2017
Cinq élus du Parti démocrate ont lancé une procédure de destitution contre le président américain, selon une information de l'Associated Press.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cinq élus du Parti démocrate ont lancé une procédure de destitution contre le président américain, selon une information de l'Associated Press.

Selon l'Associated Press, cinq membres démocrates du Congrès ont introduit une demande de destitution contre Donald Trump. C'est Steve Cohen, représentant démocrate du Tennessee, qui mène cette fronde. "Nous estimons que le président Trump a violé la Constitution", a-t-il déclaré. Les élus avancent en effet cinq articles accusant notamment le président d'obstruction à la justice.

>>> À lire aussi : Etats-Unis : Pourquoi Donald Trump ne sera pas destitué 

Toutefois, il y a peu de chances que cette tentative atteigne son but puisque ce sont les républicains qui détiennent la majorité à la Chambre. "Ils sont peu susceptibles d'agir sur les articles de mise en accusation", indique l'Associated Press.

"Impeachment"

Selon la Constitution américaine, le Congrès peut destituer le président en cas de "trahison, corruption ou autres crimes et délits majeurs". La procédure se déroule en deux étapes. La Chambre des représentants doit d'abord voter, à une majorité simple, des articles de mise en accusation détaillant les faits reprochés au président. En cas de mise en accusation, le Sénat, chambre haute du Congrès, fait le procès du président. In fine, au terme des débats, les 100 sénateurs votent sur chaque article. Il faut une majorité de deux tiers pour condamner, auquel cas la destitution est automatique et sans appel. En février 1999, le président Bill Clinton avait par exemple été acquitté. 

>>> À lire aussi : Petites explications pour aider à comprendre pourquoi les incohérences de la politique étrangère américaine ne sont pas forcément là où on croit 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
"Les filles bien n'avalent pas" ! C'est le titre d'un des livres de Marlène Schiappa…
02.
L'Italie prépare une bombe capable de faire exploser l'Europe et de lui faire perdre sa souveraineté politique
03.
Pourquoi les nouveaux iPhones vous coûteront le double du prix que vous pensez payer si vous en changez
04.
L'initiateur de #sansmoile17... est salarié de LREM
05.
Bruxelles : si l’Italie veut vivre son aventure populiste, ce sera sans l’Union européenne
06.
33 000 morts dues aux bactéries résistantes aux antibiotiques : faut-il limiter drastiquement les prescriptions ?
07.
Maggy Biskupski ne sera plus jamais en colère...
01.
"Les filles bien n'avalent pas" ! C'est le titre d'un des livres de Marlène Schiappa…
02.
L'Italie prépare une bombe capable de faire exploser l'Europe et de lui faire perdre sa souveraineté politique
03.
Pourquoi les nouveaux iPhones vous coûteront le double du prix que vous pensez payer si vous en changez
04.
L'initiateur de #sansmoile17... est salarié de LREM
05.
Bruxelles : si l’Italie veut vivre son aventure populiste, ce sera sans l’Union européenne
06.
33 000 morts dues aux bactéries résistantes aux antibiotiques : faut-il limiter drastiquement les prescriptions ?
07.
Maggy Biskupski ne sera plus jamais en colère...
01.
Radicalisation en prison : pourquoi l'Etat reste-t-il le "premier recruteur de Daech" ?
02.
Tunisie : Human Rights Watch dénonce des arrestations pour "homosexualité"
03.
#DansMaRue : l’application de la mairie de Paris qui promeut le retour de la délation
04.
Semaine d'itinérance mémorielle : bien maigre retour sur investissement pour Emmanuel Macron
05.
Le retour d’une Marine Le Pen gonflée à bloc ?
06.
Brexit : et si Theresa May était un génie méconnu
01.
Extension de la PMA : faux sujet de bioéthique mais vraie question de filiation
02.
Edouard Philippe : "On ne va pas annuler les hausses de carburant"
03.
Nicolas Mathieu décroche le Goncourt pour "Leurs enfants après eux" et Valérie Manteau obtient le Renaudot pour "Le Sillon"
04.
L’Etat social, 25 ans après Maastricht : une ambition en péril
05.
"Les secrets du vin" : à déguster sans modération
06.
Maastricht : la désillusion de Philippe Séguin suite à la trahison de la droite la plus libérale et face au climat de "terrorisme intellectuel" dans les médias
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
g16
- 16/11/2017 - 17:37
Comme les Américains l'aiment bien
Il risque fort d'être réélu dans trois ans, avant que la procédure de destitution ne soit prononcée.
Et il n'y a guère que les médias Français qui font de lui "un Turc" en manquant souvent de respect au Président Américain.
Obama n'en méritait pas tant, pour ses résultats, Quant à Trump, son évaluation mérite d'attendre, et qu'on le laisse agir niveau mondial.
Deudeuche
- 15/11/2017 - 21:43
Mauvais joueurs ces démocrates
Pourtant ils se donnent tant de mal sur CNN et autres lobbys de la canaille hollywoodienne.