En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© TIZIANA FABI / AFP
Echanges houleux

Travailleurs détachés : Emmanuel Macron critique vertement la Pologne

Publié le 25 août 2017
Le refuse de Varsovie de durcir la directive sur le travail détaché a été qualifié de "nouvelle erreur" du gouvernement polonais.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le refuse de Varsovie de durcir la directive sur le travail détaché a été qualifié de "nouvelle erreur" du gouvernement polonais.

Après une rencontre sans accrocs diplomatiques en Roumanie, Emmanuel Macron s'est heurté au mur polonais, concernant la directive sur le travail détaché qu'il souhaite durcir. Face au refus de Varsovie, le président français a haussé le ton critiquant "une nouvelle erreur" du gouvernement conservateur polonais, qui se met ainsi "en marge" sur de nombreux sujets. "La Pologne n’est en rien ce qui définit le cap de l’Europe" a souligné Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse en Bulgarie. "Le peuple polonais mérite mieux que cela."

"L’Europe s’est construite sur des libertés publiques qu’enfreint aujourd’hui la Pologne" a-t-il poursuivi soulignant que la Pologne avait "décidé de s’isoler."

La réponse de Varsovie ne s'est pas faite attendre. "La Pologne n'est pas isolée" a ainsi répliqué le ministre des Affaires étrangères Witold Waszczykowski, souignant que "l'arrogance" d'Emmanuel Macron devrait être imputée à son manque d'expérience. 

Vu sur : Lu sur Le Monde
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 28/08/2017 - 16:52
À Moneo 10:37
Il faut aussi rajouter qu'il avait oublié de rendre la voiture de " touche pas à mon pote" et l'avait emmené malgré les rappels, un " oublie " qui lui a valu une condamnation. Un type comme ça a pu devenir ministre Socialiste bien sûr . Encore un qui n'aura fait qu'une carrière politique et gagnera sa vie tres largement sans bosser le reste de ses jours. Il pourra faire comme Cosse, il n'est pas prêt à trouver un travail dans le privé.
Liberdom
- 26/08/2017 - 15:41
Nul
Un foutriquet qui insulte une nation souveraine; les cons ça ose tout c'est même à ça qu'on les reconnaît.
pasdesp
- 26/08/2017 - 12:07
Combien de travailleurs détachés en France,
moins de 300 000 en 2015, combien de "refugies economiques" venus illégalement en France reservoir de main d'oeuvre au noir.?
Bouygues principal employeur des travailleurs détachés et donateur de la campagne de Macron.
Cette charge de Macron contre la Pologne semble bien avoir ses causes ailleurs.