En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© TIZIANA FABI / AFP
Echanges houleux
Travailleurs détachés : Emmanuel Macron critique vertement la Pologne
Publié le 25 août 2017
Le refuse de Varsovie de durcir la directive sur le travail détaché a été qualifié de "nouvelle erreur" du gouvernement polonais.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le refuse de Varsovie de durcir la directive sur le travail détaché a été qualifié de "nouvelle erreur" du gouvernement polonais.

Après une rencontre sans accrocs diplomatiques en Roumanie, Emmanuel Macron s'est heurté au mur polonais, concernant la directive sur le travail détaché qu'il souhaite durcir. Face au refus de Varsovie, le président français a haussé le ton critiquant "une nouvelle erreur" du gouvernement conservateur polonais, qui se met ainsi "en marge" sur de nombreux sujets. "La Pologne n’est en rien ce qui définit le cap de l’Europe" a souligné Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse en Bulgarie. "Le peuple polonais mérite mieux que cela."

"L’Europe s’est construite sur des libertés publiques qu’enfreint aujourd’hui la Pologne" a-t-il poursuivi soulignant que la Pologne avait "décidé de s’isoler."

La réponse de Varsovie ne s'est pas faite attendre. "La Pologne n'est pas isolée" a ainsi répliqué le ministre des Affaires étrangères Witold Waszczykowski, souignant que "l'arrogance" d'Emmanuel Macron devrait être imputée à son manque d'expérience. 

Vu sur : Lu sur Le Monde
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
03.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
04.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
05.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
06.
Ces risques malheureusement ultra prévisibles liés au retour de l’encadrement des loyers à Paris
07.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
06.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 28/08/2017 - 16:52
À Moneo 10:37
Il faut aussi rajouter qu'il avait oublié de rendre la voiture de " touche pas à mon pote" et l'avait emmené malgré les rappels, un " oublie " qui lui a valu une condamnation. Un type comme ça a pu devenir ministre Socialiste bien sûr . Encore un qui n'aura fait qu'une carrière politique et gagnera sa vie tres largement sans bosser le reste de ses jours. Il pourra faire comme Cosse, il n'est pas prêt à trouver un travail dans le privé.
Liberdom
- 26/08/2017 - 15:41
Nul
Un foutriquet qui insulte une nation souveraine; les cons ça ose tout c'est même à ça qu'on les reconnaît.
pasdesp
- 26/08/2017 - 12:07
Combien de travailleurs détachés en France,
moins de 300 000 en 2015, combien de "refugies economiques" venus illégalement en France reservoir de main d'oeuvre au noir.?
Bouygues principal employeur des travailleurs détachés et donateur de la campagne de Macron.
Cette charge de Macron contre la Pologne semble bien avoir ses causes ailleurs.