En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
Arrangements
Législatives : Benoît Hamon pense que Manuel Valls a été "élu" par Emmanuel Macron
Publié le 13 juin 2017
"Macron a choisi les socialistes qu'il voulait avoir à l'Assemblée nationale. Il ne leur a pas mis de candidat en face", a expliqué l'ex-candidat à la présidentielle.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Macron a choisi les socialistes qu'il voulait avoir à l'Assemblée nationale. Il ne leur a pas mis de candidat en face", a expliqué l'ex-candidat à la présidentielle.

Invité du Gros Journal de Canal + ce mardi 13 juin, Benoît Hamon a commenté le score de Manuel Valls au premier tour des élections législatives ce dimanche. Et selon le candidat socialiste déchu à la présidentielle, l'ex-Premier ministre ne tient sa survie qu’au président lui-même. "Il a été distingué, élu par Macron. Macron a choisi les socialistes qu'il voulait avoir à l'Assemblée nationale. Il ne leur a pas mis de candidat en face", a expliqué Benoît Hamon. "En les choisissant, il les ligote, et je pense qu'il a choisi en plus ceux dont il estime qu'ils seront incapables d'incarner à un moment une menace pour lui", a déclaré celui qui soutient au second tour des élections législatives l'adversaire de Manuel Valls dans l'Essonne, Farida Amrani, la candidate de La France insoumise.

Macron "a réussi à faire l’unité de gens qui surjouaient les clivages là où il n’y en avait pas"

En outre, Benoît Hamon a montré que l’ancien chef du gouvernement de François Hollande "s'est éloigné de la gauche". "Faites-moi la différence sur les questions économiques entre un Le Maire, un Juppé et Valls ?", a demandé le vainqueur de la primaire de la gauche. "Bien sûr que ça s’additionne. Tous les députés dits 'de gauche'  qui ont rejoint Macron sur les questions économiques, ils sont d’accord avec tous les députés de droite. Il a réussi à faire l’unité de gens qui surjouaient les clivages là où il n’y en avait pas", a-t-il affirmé.

>>> À lire aussi : Législatives : le grand remplacement est arrivé 

"La réalité, c’est qu’ils étaient d’accord sur les principales mesures économiques. Sur le contrat de travail, ils sont d’accord. Sur le licenciement, ils sont d’accord. Sur le financement de la sécurité sociale, ils sont d’accord. Macron dit une chose qui est juste : 'Mais en fait, c’est pipeau ces clivages. Vous surjouez mais en réalité, vous êtes d’accord sur l’essentiel, juste il y a une question d’intensité, de rythme sur lesquels vous êtes en désaccord.' Et là-dessus, il a réussi à réunifier des gens qui, effectivement, dans deux partis différents, Les Républicains et le Parti socialiste, défendaient des gros morceaux de programme en commun", a conclu Benoît Hamon. 

Vu sur : Lu sur Le Lab
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
07.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
De Christchurch à Utrecht : quel modèle intellectuel pour penser sereinement le grand bouleversement démographico-ethnique dans les démocraties occidentales ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
GP13
- 14/06/2017 - 16:03
Et oui !
Les libéraux de gauche comme de droite sont d'abord des libéraux.
Quand ils sont plusieurs à briguer un mandat, ils doivent adopter des postures opposées très tranchées.... il semble que de nombreux électeurs ont fini par démasquer ces comédiens et ont agi en conséquence!
g16
- 14/06/2017 - 14:36
Hamon à tort, il a lui-même
Hamon à tort, il a lui-même fini de diviser les socialistes tout au long de sa campagne présidentielle.
Il devra se faire une raison, il y a deux camps, ceux qui sont avec Macron et tout le reste des arriérés qui vont devoir s'allier a Mélenchon.
Atlante13
- 14/06/2017 - 08:55
Ben oui, mr Hamon,
vus n'avez pas tort. Mais vous, vous croyez encore représenter quelque chose?