En direct
Best of
Best of du 5 au 11 janvier
En direct
© Reuters
Arrangements
Législatives : Benoît Hamon pense que Manuel Valls a été "élu" par Emmanuel Macron
Publié le 13 juin 2017
"Macron a choisi les socialistes qu'il voulait avoir à l'Assemblée nationale. Il ne leur a pas mis de candidat en face", a expliqué l'ex-candidat à la présidentielle.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Macron a choisi les socialistes qu'il voulait avoir à l'Assemblée nationale. Il ne leur a pas mis de candidat en face", a expliqué l'ex-candidat à la présidentielle.

Invité du Gros Journal de Canal + ce mardi 13 juin, Benoît Hamon a commenté le score de Manuel Valls au premier tour des élections législatives ce dimanche. Et selon le candidat socialiste déchu à la présidentielle, l'ex-Premier ministre ne tient sa survie qu’au président lui-même. "Il a été distingué, élu par Macron. Macron a choisi les socialistes qu'il voulait avoir à l'Assemblée nationale. Il ne leur a pas mis de candidat en face", a expliqué Benoît Hamon. "En les choisissant, il les ligote, et je pense qu'il a choisi en plus ceux dont il estime qu'ils seront incapables d'incarner à un moment une menace pour lui", a déclaré celui qui soutient au second tour des élections législatives l'adversaire de Manuel Valls dans l'Essonne, Farida Amrani, la candidate de La France insoumise.

Macron "a réussi à faire l’unité de gens qui surjouaient les clivages là où il n’y en avait pas"

En outre, Benoît Hamon a montré que l’ancien chef du gouvernement de François Hollande "s'est éloigné de la gauche". "Faites-moi la différence sur les questions économiques entre un Le Maire, un Juppé et Valls ?", a demandé le vainqueur de la primaire de la gauche. "Bien sûr que ça s’additionne. Tous les députés dits 'de gauche'  qui ont rejoint Macron sur les questions économiques, ils sont d’accord avec tous les députés de droite. Il a réussi à faire l’unité de gens qui surjouaient les clivages là où il n’y en avait pas", a-t-il affirmé.

>>> À lire aussi : Législatives : le grand remplacement est arrivé 

"La réalité, c’est qu’ils étaient d’accord sur les principales mesures économiques. Sur le contrat de travail, ils sont d’accord. Sur le licenciement, ils sont d’accord. Sur le financement de la sécurité sociale, ils sont d’accord. Macron dit une chose qui est juste : 'Mais en fait, c’est pipeau ces clivages. Vous surjouez mais en réalité, vous êtes d’accord sur l’essentiel, juste il y a une question d’intensité, de rythme sur lesquels vous êtes en désaccord.' Et là-dessus, il a réussi à réunifier des gens qui, effectivement, dans deux partis différents, Les Républicains et le Parti socialiste, défendaient des gros morceaux de programme en commun", a conclu Benoît Hamon. 

Vu sur : Lu sur Le Lab
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
04.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
05.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
07.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
06.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
03.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Marine Le Pen : vent en poupe mais… tigre de papier ?
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
GP13
- 14/06/2017 - 16:03
Et oui !
Les libéraux de gauche comme de droite sont d'abord des libéraux.
Quand ils sont plusieurs à briguer un mandat, ils doivent adopter des postures opposées très tranchées.... il semble que de nombreux électeurs ont fini par démasquer ces comédiens et ont agi en conséquence!
g16
- 14/06/2017 - 14:36
Hamon à tort, il a lui-même
Hamon à tort, il a lui-même fini de diviser les socialistes tout au long de sa campagne présidentielle.
Il devra se faire une raison, il y a deux camps, ceux qui sont avec Macron et tout le reste des arriérés qui vont devoir s'allier a Mélenchon.
Atlante13
- 14/06/2017 - 08:55
Ben oui, mr Hamon,
vus n'avez pas tort. Mais vous, vous croyez encore représenter quelque chose?