En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

03.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

06.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

07.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 4 heures 56 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 5 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 8 heures 33 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 8 heures 45 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 9 heures 45 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 10 heures 52 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 12 heures 12 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 12 heures 34 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 12 heures 37 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 12 heures 37 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 5 heures 28 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 6 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 8 heures 37 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 9 heures 14 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 10 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 11 heures 41 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 12 heures 19 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 12 heures 35 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 12 heures 37 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 12 heures 37 min
Birmanie

Une liberté factice?

Publié le 18 février 2011
Quelle est la marge de manoeuvre politique d'Aung San Suu Kyu, qui a recouvré la liberté samedi?
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quelle est la marge de manoeuvre politique d'Aung San Suu Kyu, qui a recouvré la liberté samedi?

Aung San Suu Kyi a quitté sa résidence surveillée, mais elle n'en est peut-être pas plus libre pour autant.

La "Dame de Rangoun" a délivré dimanche son premier discours politique après sept ans de silence imposé par la junte militaire au pouvoir. Elle a appelé l'opposition à s'unir pour écouter les attentes du peuple avant de décider d'une stratégie politique. Elle a défendu la liberté d'expression et s'est dite prête au dialogue avec les militaires envers lesquels elle n'éprouve aucune rancune. Cela dit, ses partisans ont-il raison de placer de si grands espoirs en sa libération et de croire en des lendemains meilleurs?

"Non", répond sans ambages Jean-Claude Pomonti sur Slate. L'ancien correpondant du Monde qui vit aujourd'hui à Bangkok considère que la résidence surveillée reste une épée de Damoclès au-dessus de la tête d'Aung San Suu Kyi, qui pourrait tout aussi bien être assassinée. Le journaliste explique également que la junte a eu tout loisir d'accroître sa main-mise sur le pays en contrôlant 80% du Parlement et en tirant un large bénéfice des investissements venus de l'étranger. Autant d'éléments qui lui font écrire: "[La] liberté [d'Aung San Suu Kyi] ne peut être que fausse. Le cadre dans lequel elle devrait évoluer est complètement verrouillé. Son parti, la LND n’a plus d’existence légale, sauf à tenter une reconversion en ONG. La nomenclature militaire tire toutes les ficelles. Et les affaires vont bon train".

Dans le Bangkok Post, Pavin Chachavalpongpun, chercheur à l’Institut des études sud-est asiatiques de Singapour, pense également que la Prix Nobel de la paix 1991 aura fort à faire. Il rappelle qu'Aung San Suu Kyi, privée de liberté pendant 14 des 20 dernières années, doit d'abord tenter de comprendre la société birmane et les enjeux de la transition politique: "Assignée à résidence, Mme Suu Kyi a été placée sur un piédestal pour devenir le symbole de la démocratie ; son visage angélique a incarné la lutte contre la dictature. Ce rayonnement a certes nourri l'opposition à la junte à l'intérieur et à l'extérieur du pays. Mais ce fut un lourd tribut à payer pour Aung San Suu Kyi. Cet isolement l'a également coupée des réalités politiques".

Si le contexte lui semble toutefois favorable grâce à l'émergence de nombreux civils sur la scène publique, Aung San Suu Kyi aura la lourde tâche de rassembler l'opposition et les minorités ethniques, ce qui n'est pas une mince affaire. Son parti, la Ligue Nationale pour la Démocratie, manque de cadres et reste divisé entre ceux qui ont pris part aux élections et ceux qui les ont boycottées.

L'unité de l'opposition reste pourtant le préalable à toute discussion avec les militaires qui pourraient tirer avantage d'un parti divisé. Aung San Suu Kyi risque donc de devoir se départir de son intransigeance et de faire davantage de compromis si elle veut peser sur l'avenir de son pays.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après