G 20

Cap sur 2011

Publié le 27 février 2011
La France prend la présidence tournante du G20 après un sommet de Séoul en demi-teinte.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La France prend la présidence tournante du G20 après un sommet de Séoul en demi-teinte.

Les réunions du G20 ont changé de rythme. Après les impressionnantes annonces faites en pleine crise à Washington, Londres ou Pittsburgh, la réunion de Séoul a été la première de "l'après-crise". Il n'est plus question aujourd'hui d'injecter des milliards de dollars dans l'économie, il s'agit davantage de poser les bases d'un système équilibré et viable. Ce qui demande davantage de temps...

Les conclusions de ce sommet ne permettront certes pas de mettre un terme à la "guerre des monnaies", mais elles entérinent tout de même la réforme du FMI ou les accords de Bâle III, qui consolident les fonds propres et les liquidités des banques.

Les déséquilibres économiques seront surveillés, mais il appartient maintenant au FMI de déterminer des indicateurs acceptables par tous pour mesurer à partir de quel niveau d'excédent ou de déficit un pays devient "dangereux". Ce sont les ministres des Finances du G20 qui devront en débattre au cours du premier semestre 2011.

Nicolas Sarkozy entame une présidence du G20 qui s'annonce difficile. Le président de la République a plaidé hier pour la recherche inlassable du consensus. Il s'est montré prudent et a reconnu que les réformes structurelles à mener demanderont plus d'un an de travail. Le chef de l'Etat se dit davantage "facilitateur" qu' "accoucheur" des décisions de telle ou telle grande puissance. C'est en ce sens d'ailleurs qu'il rencontrera Barack Obama en décembre à Washington, et recevra Dominique Strauss-Kahn - avec lequel il travaille "main dans la main" - en fin d'année à l'Elysée.

Vu sur : Lu sur Le Monde
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

04.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

05.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler