En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© DON EMMERT / AFP
Donald Trump drapeau américain Atlantico.fr
Trouble-fête
Union européenne : François Hollande s'inquiète des "pressions" de Donald Trump
Publié le 03 février 2017
"Beaucoup de pays devraient penser que leur avenir est d'abord dans l'Union européenne plutôt que d'imaginer je ne sais quelle relation bilatérale avec les États-Unis", prévient François Hollande.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Beaucoup de pays devraient penser que leur avenir est d'abord dans l'Union européenne plutôt que d'imaginer je ne sais quelle relation bilatérale avec les États-Unis", prévient François Hollande.

Lors de son déplacement à Malte vendredi 3 février, François Hollande s'est inquiété à plusieurs égards de la politique initiée par le nouveau président américain après seulement deux semaine ç la Maison Blanche. 

"Il ne peut pas être accepté qu'il y ait, à travers un certain nombre de déclarations du président des États-Unis, une pression sur ce que doit être l'Europe ou ce qu'elle ne doit plus être (…) Il n'y a pas d'avenir avec Trump s'il n'est pas défini en commun" par 27, a déclaré François Hollande en arrivant au sommet européen. 

"Beaucoup de pays devraient penser que leur avenir est d'abord dans l'Union européenne plutôt que d'imaginer je ne sais quelle relation bilatérale avec les États-Unis, même s'il est normal que chacun parle avec le président américain (…) Qui sait ce que veut véritablement le président des États-Unis, notamment par rapport à l'Alliance atlantique", s'est aussi inquiété le chef de l'État. 

Un scepticisme vis-à-vis de Donald Trump largement partagé par Angela Merkel, qui a rappelé sa position dans une courte déclaration en arrivant au sommet de Malte : "J'ai déjà dit que l'Europe a son destin entre les mains, et je crois que plus nous disons clairement comment nous définissons notre rôle dans le monde, mieux nous pouvons gérer nos relations transatlantiques", a répété la chancelière allemande. 

>>>> À lire aussi : Comment "l'indéchiffrable et insaisissable" François Hollande a réussi "duper pour durer"

 

Vu sur : Lu sur Europe 1
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberdom
- 04/02/2017 - 14:49
Hollande, le faisandé
Et l'ignoble de bouger encore, de donner des leçons à planète entière, de trimbaler sa grotesque silhouette sur les tribunes internationales... Bref le pourri existe encore, même s'il est la risée....
Anouman
- 03/02/2017 - 23:55
Pressions
On a l'impression que Trump est Satan qui veut convaincre les petits européens de quitter leur paradis pour se jeter dans les feux de l'enfer...
Heureusement saint François est là pour les en dissuader. Quel pitre.
cloette
- 03/02/2017 - 18:56
Trivialement
Qu'il la ferme !