© Capture d'écran
To be or not to be

Rendez-vous dans 10 ans pour le Brexit ?

Publié le 15 décembre 2016
C'est ce qu'affirme le représentant de la Grande-Bretagne auprès du conseil de l'Union européenne.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C'est ce qu'affirme le représentant de la Grande-Bretagne auprès du conseil de l'Union européenne.

À en croire Ivan Rogers, le Brexit risque de mettre très longtemps avant de se concrétiser. Selon le représentant britannique au sein du conseil de l'Union européenne, 10 années de discutions pourraient être nécessaires pour que la Grande-Bretagne sorte de l'Union européenne. Il estime même qu'un accord ne serait peut-être pas trouvé.

C'est ce qu'il aurait dit en privé à son gouvernement au mois d'octobre.

Le Premier ministre britannique, Theresa May, soutient pourtant que les discussions sur le Brexit entre son pays et l'Union européenne n'excèderont pas deux années : ce qui se traduirait donc par une sortie de la Grande-Bretagne de l'Europe en 2018 au plus tard. Il s'agit d'une vision plus pessimiste que celle de la Commission européenne elle-même, d'après laquelle le Brexit devrait se faire en un an et demi.

Mais ce n'est pas le seul propos d'Ivan Rogers. Il ajoute que même si un accord était trouvé entre l'Union européenne et la Grande-Bretagne, celui-ci pourrait échouer sur le processus de ratification. Les parlements nationaux devront en effet donner leur accord au Brexit, et ils pourront le rejeter, auquel cas le Bréxit serait annulé.

Ivan Rogers avait conseillé Tony Blair et David Cameron quand ils étaient Premier ministre.

Downing street a fait savoir qu'elle ne partageait pas les propos de Rogers. 

Vu sur : Lu sur BBC
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

06.

Donald Trump réfléchirait à acheter le Groenland : l'île répond qu'elle n'est pas à vendre

07.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 16/12/2016 - 17:49
May fait son travail
Mes excuses pour le post précédent il fallait bien lire May, ce sont les farces de nos tablettes qui nous font dérailler.
Anguerrand
- 15/12/2016 - 18:00
Matin Fait son travail, elle défend son pays
Elle veut traîner en longueur les négociations pour une éventuelle sortie de l'Europe, les britanniques dès le lendemain de leur vote ont regretté ce vote en prenant connaissances des réalités économiques qui les attendaient et en voyant leurs pouvoir d'achat fondre ainsi que leurs economies. May fera donc traîner au maximum la sortie de l'Europe dans l'intérêt de la GB. Voilà une chef d'état qui défend son pays comme Merkel, Poutine et les pays de l'est. Pendant ce temps nous faisons du socialisme international (PS et FN)
gerint
- 15/12/2016 - 17:41
Deux ans
C'est le délai légal du traité