En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le secrétaire général du gouvernement, Marc Guillaume, a été démis de ses fonctions à la demande du Premier ministre, Jean Castex

02.

Désirer une Noire, c'est du racisme !

03.

Covid-19 : le monde des supermarchés d’après est arrivé

04.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

05.

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

06.

Emmanuel Macron, Président de droite à l’insu de son plein gré ?

07.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

04.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

05.

Plutôt l’offre que la demande : Macron enterre le mythe keynésien et parie sur l’entreprise pour redresser la situation économique et sociale

06.

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Majorité plus faible qu'Edouard Philippe
L'Assemblée nationale accorde sa confiance au gouvernement de Jean Castex
il y a 7 heures 26 min
pépite vidéo > Insolite
Calme et sang-froid
Covid-19 : le tutoriel d’un parc d’attractions japonais pour adopter les bons gestes face au virus
il y a 9 heures 25 min
pépites > Terrorisme
Nomination
Antiterrorisme : Laurent Nuñez sera nommé patron de la "task force" de l’Elysée
il y a 10 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : La ballade du soldat Odawaa" de Christian Rossi et Cédric Apikian, ambiance crépusculaire pour ce western moderne

il y a 12 heures 52 min
light > Justice
Taxes
Apple remporte une victoire importante face à Bruxelles
il y a 13 heures 29 min
décryptage > France
AJ+

Désirer une Noire, c'est du racisme !

il y a 14 heures 43 min
décryptage > International
"Avec Castro, à l’heure du crime"

Les connexions castristes du tueur de Dallas : questions sur l’assassinat de John F. Kennedy et ses relations avec le gouvernement cubain

il y a 15 heures 41 min
pépite vidéo > France
Tour eiffel
14 juillet 2020 : revivez l'intégralité du feu d'artifice de Paris
il y a 17 heures 1 min
décryptage > Consommation
Révolution

Covid-19 : le monde des supermarchés d’après est arrivé

il y a 17 heures 48 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Plutôt l’offre que la demande : Macron enterre le mythe keynésien et parie sur l’entreprise pour redresser la situation économique et sociale

il y a 18 heures 44 min
light > Media
Parole présidentielle
14 juillet : près de 9 millions de téléspectateurs étaient réunis pour l'interview d'Emmanuel Macron
il y a 8 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
Fin du quinquennat
Retrouvez l'intégralité du discours de politique générale de Jean Castex
il y a 10 heures 1 min
pépites > Politique
Premier ministre
Discours de politique générale : retrouvez les principales annonces de Jean Castex à l'Assemblée nationale
il y a 12 heures 21 min
pépites > Politique
"Premier ministre bis"
Le secrétaire général du gouvernement, Marc Guillaume, a été démis de ses fonctions à la demande du Premier ministre, Jean Castex
il y a 13 heures 9 min
pépites > Faits divers
Incidents lors de la Fête nationale
14 juillet : un pompier a été blessé par balle lors d'une intervention à Etampes
il y a 13 heures 52 min
décryptage > International
Panorama

COVID-19 : la pandémie s’étend et se politise aux États-Unis

il y a 14 heures 53 min
décryptage > Défense
Opération Serval

Depuis 2012, la menace terroriste a évolué dans sa nature et sa géographie mais n’a pas diminué en intensité

il y a 16 heures 33 min
décryptage > Politique
Et en même temps

Emmanuel Macron, Président de droite à l’insu de son plein gré ?

il y a 17 heures 42 min
décryptage > Politique
Le grand flou

Le mystère du financement de la relance

il y a 18 heures 11 min
décryptage > Politique
Oral de rattrapage

Macron, l'incompris... mais la faute à qui ?

il y a 18 heures 55 min
© AFP
© AFP
Ligne droite

Référendum constitutionnel en Italie : derniers jours de campagne

Publié le 02 décembre 2016
Le 4 décembre, les Italiens sont appelés à se prononcer sur la réforme de la constitution négociée et portée par Matteo Renzi.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 4 décembre, les Italiens sont appelés à se prononcer sur la réforme de la constitution négociée et portée par Matteo Renzi.

Les Italiens se prononcent dimanche 4 décembre par référendum sur une réforme constitutionnelle négociée et portée par Matteo Renzi. Le dernier jour de campagne s’achève ce vendredi soir à Florence, le chef du gouvernement se déplace en Sicile et en Calabre. 

Peur de la disparition d’un contre-pouvoir 

Le président du Conseil tente donc  de mobiliser le Sud qui pourrait se prononcer pour un "non". Le passage de 300 à 115 sénateurs permettrait d’économiser 500 millions d’euros par an selon Matteo Renzi, dix fois moins selon les partisans du non. Ces derniers craignent aussi la disparition d’un contre-pouvoir avec la conversion du Sénat actuel en Chambre des régions. 

"Si vous votez non vous allez contre le sens de l’histoire. Vous êtes libres de le faire mais vous irez expliquer à vos enfants que par antipathie pour une personne, vous avez ruiné l’occasion de simplifier le système et de faire des économies", déclare Matteo Renzi dans l’une de ses vidéos postée sur Facebook.

Démission en cas de victoire du "non"

Le ton est donc monté ces derniers jours de campagne. Le leader du Mouvement 5 Etoiles, Beppe Grillo, qui milite aussi dans le camp du "non", parle de Matteo Renzi comme d’une "truie blessée" qui attaque quiconque. Forza Italia, Ligue du nord, de Matteo Salvini et une minorité du parti démocrate (PD) s’ajoutent à l’opposition. La résistance au changement se retrouve parmi les plus âgées, et surtout chez les jeunes (soit 20 % de la population). Déçus par les forces politiques classiques, ceux-là ne se reconnaissent ni dans la droite, ni dans la gauche. 

Le président du Conseil dénonce lui une opposition fouillis. En cas de victoire du "non", pour l’heure en tête dans les sondages, le Florentin, arrivé au pouvoir en février 2014, pourrait démissionner. Il joue donc son avenir politique.

>>> À lire aussi : Le référendum italien à 360 milliards d’euros : derrière la déstabilisation politique, la faillite programmée du système bancaire

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 03/12/2016 - 19:01
Sénat
Je ne sais pas ce qu'en penseront les italiens mais cette réforme ne semble pas aller dans le sens de la démocratie. Un sénat non élu, uniquement consultatif (un peu comme chez nous finalement) et une chambre des députés élue au scrutin majoritaire...
S'ils acceptent il faut souhaiter qu'ils ne regretteront pas leur décision.