En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Dégringolade générale

De François Hollande à Marine Le Pen, en passant par François Bayrou, la classe politique semble plus impopulaire que jamais

Publié le 29 septembre 2016
Le président de la République retrouve son niveau de popularité historiquement bas de l'année 2014, avec seulement 13% d'opinions positives.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président de la République retrouve son niveau de popularité historiquement bas de l'année 2014, avec seulement 13% d'opinions positives.

Selon les résultats du baromètre mensuel réalisé par TNS Sofres-OnePoint pour Le Figaro Magazine, la quasi-totalité des responsables politiques accusent une baisse significative de leur popularité au mois de septembre. À l'exception D'Alain Juppé et de Nathalie Kosciusko-Morizet qui gagnent chacun un point, tous suscitent une opinion plutôt négative chez les Français sollicités pour cette étude. 

À la question "pour chacune des personnalités suivantes, souhaitez-vous lui voir jouer un rôle important au cours des mois à venir ?", Alain Juppé arrive en première positions avec seulement 38% de réponses positives, suivi par Emmanuel Macron (26%) puis par François Bayrou, Jean-Luc Mélenchon, François Fillon et Marine Le Pen qui obtiennent chacun 23 % d'avis positifs. 

François Hollande se situe quant à lui à un niveau historiquement bas (comme à la fin de l'année 2014), avec seulement 13% de Français disant lui faire confiance. Manuel Valls suscite 22% d'opinions positives, soit son niveau le plus bas depuis sa prise de fonctions. 

À droite, Jean-François Copé perd 2 points (12 %), François Fillon 4 points, à 23 %, Bruno Le Maire 2 points, à 16 %. Nicolas Sarkozy limite la casse en ne reculant que d'un point à 22 %.

Les dernières places de ce classement sont occupées par Jean-Christophe Lagarde (5%), patron de l'UDI, Jean-Christophe Cambadélis (4%), patron du PS et Jean-Marie Le Guen (3%), secrétaire d'État chargé des Relations avec le Parlement.

>>>> À lire aussi : Chômage, le coup de massue : août 2016, le deuxième pire mois du quinquennat Hollande

Vu sur : Lu sur Le Point
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

04.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

05.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

06.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

07.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
langue de pivert
- 29/09/2016 - 17:44
Je confirme : tous me dégoutent ( ☺ y compris Juppé et NKM) Va falloir sortir les faux et les fourches (j'ai les 2, mais bon la faux c'est pas très maniable en milieu urbain :-) comme nos glorieux ancêtres sinon on va pas s'en sortir !
Alain Proviste
- 29/09/2016 - 17:40
UNE CONSTANTE
Quand on se renseigne sur la classe politique juste avant la guerre, pendant la guerre et sous la 4ème, ce n'était pas glorieux non plus. C'est une faiblesse structurelle chez nous d'avoir une élite politique médiocre, sclérosée, carriériste. D'un côté on peut considérer que les gens ne sont jamais contents et que le job n'est pas facile mais j'ai l'impression que c'est un peu moins pire chez certains de nos voisins.
Anguerrand
- 29/09/2016 - 17:08
Et MLP prête à accueillir
Les musulmans compatibles avec la democratie a t elle dit. Ils représentent 10% de ses électeurs. On trouve souvent les moins pourris dans les " petits concurrents"