Cure de piqûres
Un vaccin contre les drogues dures ?
Publié le 07 février 2012
Le Mexique assure être en voie d’élaborer un traitement médical conte l’addiction à l’héroïne, et voit plus loin.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Mexique assure être en voie d’élaborer un traitement médical conte l’addiction à l’héroïne, et voit plus loin.

Le test s’est avéré concluant sur des rats. Et pourrait donc marcher sur les hommes. C’est en tout cas l’avis du secrétaire d’Etat mexicain à la Santé, Salomon Chertorivski, qui affirme que des chercheurs de son pays sont en train d’élaborer un vaccin contre la dépendance à l’héroïne. 

Ces avancées s’inscrivent dans le cadre de l’installation d’un réseau de transfert de technologies entre les Etats-Unis et le Mexique, qui vise à favoriser la recherche dans la lutte contre les addictions aux drogues, et compte déjà sur 18 millions de dollars d'investissements. Des chercheurs américains travaillent en effet également sur le traitement des dépendances par vaccins, contre les drogues dures ou le tabac. Le but est d'élaborer un produit qui inciterait le système immunitaire à produire des anticorps qui doivent permettre d'éteindre le narcotique avant qu’il ne s’installe dans le corps ou le cerveau. Ce vaccin ne serait pas préventif, mais injecté à des patients ayant déjà consommé. 

Il faudra néanmoins attendre cinq ans avant de pouvoir envisager un test sur les humains selon Chertorivski, le temps pour le vaccin de suivre "un processus de développement normal". Il assure par ailleurs que le Mexique travaille sur d’autres vaccins, et "avance rapidement" sur des traitements contre les addictions à la cocaïne et aux amphétamines. Ou quand la dépendance se traitera avec une simple piquue. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La France mal classée à "l'indice de misère"
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
02.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires