En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
PMI

Brexit : têtus, les indicateurs économiques restent au beau fixe

Publié le 13 septembre 2016
Le cataclysme économique prévu par les opposants au Brexit semble toujours à venir.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le cataclysme économique prévu par les opposants au Brexit semble toujours à venir.

L'indice PMI Markit des acheteurs de services britanniques, un indicateur économique très observé, a grimpé récemment à 52,9, sa plus forte progression depuis que l'indice existe (plus de 20 ans). Un score de plus de 50 indice une progression. Dans son rapport, l'institut Markit a conclu qu'une récession "immédiate" au Royaume-Uni "sera évitée". 

Mais il ne s'agit pas que de cet indice. Des sondages Markit de l'industrie et de la construction immobilière ont tous les deux montré une forte progression. De plus, la livre Sterling continue de grimper, une progression qui surprend les marchés. 

Le cataclysme économique attendu à la suite d'un éventuel Brexit ne semble toujours pas être arrivé. Signe ironique : pour Markit, le risque le plus important lié à l'économie britannique est...la zone euro, partenaire commercial principal du Royaume-Uni, dont l'économie s'est ralentie en août. 

Les indices Markit sont effectués par sondage auprès des responsables d'achat des entreprises de mois en mois sur leur confiance économique, et est un indicateur fiable et attendu de l'économie, puisque la propension des entreprises à augmenter leurs achats (ou non) est un bon indicateur de la conjoncture économique en général. 

Vu sur : Via Bloomberg
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

06.

Donald Trump réfléchirait à acheter le Groenland : l'île répond qu'elle n'est pas à vendre

07.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
von straffenberg
- 06/09/2016 - 22:55
Oh.......shocking!!!!!!
Pour formuler des propos un peu surannés "dans l'cul la balayette " Ces anglais sont terribles ils ont conservés leurs dignités et leur bon sens , nous ont a tout perdu
vangog
- 06/09/2016 - 16:38
Schengen-No, EU-no, Common market-YES!
Comme ils ont raison de nous faire la nique, les Englishs, car, avec une pound dévaluée de 30% au total ( 20% d'abord, puis 10 % pendant le Brexit), ils peuvent profiter à plein du marché commun, sans devoir suivre les préconisations débiles des technocrates europeistes, des légistes de la cour Europeenne d'injustice, et sans subir l'enfer de Schengen... Et avec une telle conjonction de planètes favorables ( taux d'intérêt bas, matières premières et hydrocarbures bas et concurrents plombés par l'UE) ils auraient tort de se priver! Ils ne vous l'ont pas encore dit, mais ils n'invoqueront jamais l'article 50 du traité de Lisbonne, qui n'a même pas prévu l'inverse: virer un pays qui ne suit pas les règles (non mais quels cons!), car le statu leur est trop favorable.grace a la connerie europeiste, ils sont même capables d'attirer l'industrie numérique qui n'ose pas s'installer en UE, pour cause de normes débiles, de taxes et de dilution ethnique augmentant le risque de guerre...
langue de pivert
- 06/09/2016 - 16:33
Pas de brexit, pas de changement. La GB est encore dans l'Europe.