En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Géopolitique

Iran : le guide suprême Ali Khamenei se distancie de l'accord nucléaire

Publié le 02 août 2016
C'est le guide suprême qui contrôle la politique étrangère de la République islamique.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C'est le guide suprême qui contrôle la politique étrangère de la République islamique.

L'ayatollah Ali Khamenei, guide suprême de la République islamique d'Iran, et donc dirigeant suprême de l'État, s'est publiquement et fortement distancé de l'accord nucléaire que son pays a conclu avec les membres du Conseil de sécurité de l'Onu, l'Allemagne et l'Union européenne. L'accord prévoit une réduction importante des activités nucléaires du régime en échange de la levée d'un certain nombre de sanctions économiques. L'ayatollah a accusé les États-Unis de ne pas remplir leurs engagements et a déclaré que l'accord est un exemple de "la futilité des négociations avec les américains." S'il n'a pas rejeté l'accord officiellement, cette sortie montre la dissatisfaction de l'Iran, une dissatisfaction qui pourrait encore le détricoter. 

Ses propos ont été mis en avant par les médias officiels iraniens, montrant l'intention du régime et de l'ayatollah d'envoyer un signal au reste du monde. "Aujourd'hui, même les responsables diplomatiques et ceux qui était présents aux négociations réitèrent le fait que les États-Unis ne tiennent pas leur promesse ; malgré des paroles douces et sucrées, les États-Unis s'affairent à endommager et frustrer les relations économiques de l'Iran avec d'autres pays", a-t-il déclaré. Selon lui, l'accord a "encore une fois démontré la futilité des négociations avec les américains [...] et la nécessité de ne pas faire confiance aux promesses des États-Unis." Il a mis en garde contre la coopération avec les États-Unis sur des crises régionales, faisant sans doute allusion aux guerres en Syrie et au Yémen. 

Il est avéré que de nombreuses répercussions économiques positives liées à l'accord ne se sont pas encore matérialisées pour l'Iran. Si le pays a pu augmenter ses ventes de pétrole, il reste coupé en grande partie du système financier international. En effet, si les sanctions liées au programme nucléaire iranien sont levées, celles liées à ses violations des droits de l'homme sont toujours en place. Le pays n'a donc pas accès au système financier américain, et les grandes banques européennes, qui doivent également respecter les réglementations américaines, ne veulent pas non plus travailler avec l'Iran. Ces problèmes ont par exemple retardé l'achat de 200 avions de ligne Boeing et Airbus par Iran Air, un contrat pourtant spécifiquement autorisé par l'accord nucléaire. La diplomatie américaine a fait de nombreuses démarches pour faciliter l'investissement international en Iran, mais sans grand succès jusqu'à présent. 

Les propos de l'ayatollah Khamenei, qui avait validé l'accord, sont les plus forts qu'il ait prononcés jusqu'à présent à ce sujet. Ces propos pourraient renforcer politiquement la faction conservatrice au sein du régime iranien, qui s'oppose à l'accord nucléaire. 

A LIRE AUSSI : Dans les coulisses de Téhéran : pourquoi l’Iran applique l’accord sur le nucléaire plus vite que prévu… par les Américains

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

06.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

07.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 03/08/2016 - 00:28
"Les banques européennes qui doivent respecter
les réglementations américaines"...non mais, on croit rêver quand on lit une telle absurdité! L'UE est en pleine soumission, d'un côté à l'islam et à sa déferlante migratoire, grâce à Merkel-la-führerin, de l'autre aux USA qui l'entraînent dans ses guerres droidelhommistes, grâce à des benêts comme BHL, et qui lui dictent sa conduite économique et diplomatique. Sortons vite de cette double soumission, avant qu'il ne soit trop tard pour la France!