En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© Reuters
Géopolitique
Iran : le guide suprême Ali Khamenei se distancie de l'accord nucléaire
Publié le 02 août 2016
C'est le guide suprême qui contrôle la politique étrangère de la République islamique.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C'est le guide suprême qui contrôle la politique étrangère de la République islamique.

L'ayatollah Ali Khamenei, guide suprême de la République islamique d'Iran, et donc dirigeant suprême de l'État, s'est publiquement et fortement distancé de l'accord nucléaire que son pays a conclu avec les membres du Conseil de sécurité de l'Onu, l'Allemagne et l'Union européenne. L'accord prévoit une réduction importante des activités nucléaires du régime en échange de la levée d'un certain nombre de sanctions économiques. L'ayatollah a accusé les États-Unis de ne pas remplir leurs engagements et a déclaré que l'accord est un exemple de "la futilité des négociations avec les américains." S'il n'a pas rejeté l'accord officiellement, cette sortie montre la dissatisfaction de l'Iran, une dissatisfaction qui pourrait encore le détricoter. 

Ses propos ont été mis en avant par les médias officiels iraniens, montrant l'intention du régime et de l'ayatollah d'envoyer un signal au reste du monde. "Aujourd'hui, même les responsables diplomatiques et ceux qui était présents aux négociations réitèrent le fait que les États-Unis ne tiennent pas leur promesse ; malgré des paroles douces et sucrées, les États-Unis s'affairent à endommager et frustrer les relations économiques de l'Iran avec d'autres pays", a-t-il déclaré. Selon lui, l'accord a "encore une fois démontré la futilité des négociations avec les américains [...] et la nécessité de ne pas faire confiance aux promesses des États-Unis." Il a mis en garde contre la coopération avec les États-Unis sur des crises régionales, faisant sans doute allusion aux guerres en Syrie et au Yémen. 

Il est avéré que de nombreuses répercussions économiques positives liées à l'accord ne se sont pas encore matérialisées pour l'Iran. Si le pays a pu augmenter ses ventes de pétrole, il reste coupé en grande partie du système financier international. En effet, si les sanctions liées au programme nucléaire iranien sont levées, celles liées à ses violations des droits de l'homme sont toujours en place. Le pays n'a donc pas accès au système financier américain, et les grandes banques européennes, qui doivent également respecter les réglementations américaines, ne veulent pas non plus travailler avec l'Iran. Ces problèmes ont par exemple retardé l'achat de 200 avions de ligne Boeing et Airbus par Iran Air, un contrat pourtant spécifiquement autorisé par l'accord nucléaire. La diplomatie américaine a fait de nombreuses démarches pour faciliter l'investissement international en Iran, mais sans grand succès jusqu'à présent. 

Les propos de l'ayatollah Khamenei, qui avait validé l'accord, sont les plus forts qu'il ait prononcés jusqu'à présent à ce sujet. Ces propos pourraient renforcer politiquement la faction conservatrice au sein du régime iranien, qui s'oppose à l'accord nucléaire. 

A LIRE AUSSI : Dans les coulisses de Téhéran : pourquoi l’Iran applique l’accord sur le nucléaire plus vite que prévu… par les Américains

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Reconstruction de Notre Dame : Emmanuel Macron prend-il le risque du « too much » ?
05.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
06.
Notre Dame brûla et obligea la France à se souvenir qu'elle fut catholique…
07.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 03/08/2016 - 00:28
"Les banques européennes qui doivent respecter
les réglementations américaines"...non mais, on croit rêver quand on lit une telle absurdité! L'UE est en pleine soumission, d'un côté à l'islam et à sa déferlante migratoire, grâce à Merkel-la-führerin, de l'autre aux USA qui l'entraînent dans ses guerres droidelhommistes, grâce à des benêts comme BHL, et qui lui dictent sa conduite économique et diplomatique. Sortons vite de cette double soumission, avant qu'il ne soit trop tard pour la France!