En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© Reuters
Vaste ambition

VTC : l'Urssaf veut requalifier les chauffeurs Uber en "salariés"

Publié le 16 mai 2016
L'entreprise de VTC est visée par deux procédures judiciaires dans ce sens.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'entreprise de VTC est visée par deux procédures judiciaires dans ce sens.

Dans la guerre entre les taxis et les VTC, ces derniers doivent faire face à une nouvelle offensive de l'administration française. L'Urssaf, l'organisme qui gère les cotisations salariales, entend bien faire requalifier les chauffeurs de l'entreprise Uber en "salariés" alors qu'ils sont officiellement "indépendants." Selon l'Urssaf, il existe "un lien de subordination" entre les chauffeurs et l'entreprise, ce qui caractérise le contrat.

Ainsi, deux procédures ont été engagées par l'Urssaf d'Ile-de-France, l'une devant le Tribunal des affaires de sécurité sociale (Tass), l'autre au pénal auprès du procureur de la République de Paris, selon l'AFP. L'Urssaf réclame un redressement "de l'ordre de quelques millions d'euros" sur l'aspect administratif. Le parquet peut ouvrir une enquête préliminaire pour travail dissimulé, sur le plan pénal.

"C'est Uber qui recrute, qui forme, la commission est plafonnée, ils prennent un pourcentage dessus, la course n'est pas libre, les chauffeurs doivent rendre des comptes... Toute une série d'éléments montrent que le salarié travaille bien dans le cadre d'un service organisé par Uber pour le compte de l'ensemble des chauffeurs", explique Jean-Marie Guerra, directeur de la Réglementation, du Recouvrement et du Service à l'Urssaf. "Et sur le plan pénal, il s'agit bien d'un montage : Uber a intentionnellement organisé une forme de détournement de statut."

La bataille sera longue. Uber s'est spécialisé dans les recours suspensif, espérant que l'opinion publique fasse céder l'administration. Dans ce dossier, les différents recours peuvent durer entre 5 et 6 ans…

Vu sur : Lu sur le Figaro
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
odelaf
- 16/05/2016 - 19:46
Pas si illogique !!
Dans la mesure ou les taxis payent l'urssaf , cela paraît normal .
Ce qui seraient bien c'est que les taxis en paient moins .
Mais ça , cela n'arrivera jamais !
clint
- 16/05/2016 - 15:25
Les rares emplois créés vont être supprimés !
L'état centralisateur, pieuvre socialiste du temps des républiques "démocratiques" fera toujours tout pour empêcher ce qui ne passe pas par lui ! Tant pis si ça génère du chômage !
Liberdom
- 16/05/2016 - 11:51
Le racket de l'URSSAF
L'URSSAF est toujours prête à racketer à tout va; et tant qu'à faire traduire les chauffeurs devant les TASS, tribunaux à la fois juge et partie. Pas de chance les TASS peuvent être valablement récusés, n'offrant en aucun cas une justice équitable. En effet les magistrats honoraires présidents des TASS sont payés par le ministère des affaires sociales dont dépendent justement les URSSAF. Les assesseurs sont payés par la sécurité sociale qui dépent du même ministère. Voilà toute une série d'éléments qui mettent en lumière cette justice très particulière, n'est-ce pas Môssieur le directeur du recouvrement qui êtes payé encore par le même ministère !. C'est plus pratique pour gagner à tous les coups.